mercredi 1 septembre 2010

Graphosoma italicum,la punaise arlequin

Punaises alors, pourrait –on dire ! Pourquoi ! Ces petits hétéroptères nous compliquent bien les recherches quand on veut mettre un nom sur certains d’entres-eux au stade juvénile, de plus ils ont un mode de vie complexe.


Tout commence par cette rencontre dans le fenouil!

Premièrement ils naissent dans des tonneaux, des tonnelets faut-il dire, nous ne sommes quand même pas à Marseille !! ! Comment cela ? Eh bien, leurs œufs sont contenus dans des petites capsules qui s’ouvrent par le haut et les petites larves sortent et restent à proximité de leur lieu de naissance pendant quelques jours !
Secundo, les larves ne ressemblent pas du tout, mais pas du tout aux adultes ! Mais, dans la forme générale, une larve de Pentatomide a la forme générale d’une Pentatomide.
Ce qui change ce sont les couleurs.



Un chapelet de petits tonnelets qui contiennent les oeufs!

Prenons l’exemple de ces Graphosome italicum, la Punaise arlequin, répandue et très commune ! On la trouve facilement sur les fleurs de carottes ou sur le fenouil par exemple. Rouge et noire elle ne passe pas inaperçue et ne le souhaite d’ailleurs pas, ses couleurs avertissant les éventuels prédateurs qu’elle ne ferait pas un bon repas !
On pourrait alors s’imaginer que ses larves auraient elles aussi une couleur aposématique qui les protégerait ! Eh bien pas du tout, elles sont beiges et brunes et doivent compter sur leur homochromie pour se protéger et se fondre dans le décor pour éviter de servir de repas !


Plus petit qu'une graine de carotte sauvage à ses débuts!

Comme le fenouil est bien fréquenté par de nombreux graphosomes, c’est là que j’ai cherché et observé des larves .
Avant d’être adultes ces punaises muent et passent par 5 stades larvaires, le sixième étant celui d’insecte adulte !
Certains de ces stades sont facilement reconnaissables.
Au premier stade, pas de doute, la larve est plus petite qu’une graine de carotte sauvage ! C’est d’ailleurs difficile de les voir au milieu de cette corbeille où elle passe son temps à se dissimuler !


Pas encore de trace d'ébauche ailaire, stade 2 ou 3!

Les stades suivant sont plus difficiles à distinguer, c’est la taille qui donne des indications. Entre chaque étape, l’insecte change d’enveloppe, la chitine qui forme l’extérieur de l’insecte, n’a pas de souplesse et ne peut pas s’agrandir.


Plus petit qu'une graine de fenouil, stade 2 ou 3 toujours!

Au quatrième stade, on voit ondulation dans la marge postérieure du mésonotum (la partie dorsale du thorax) .
Au stade 5, l’avant dernier avant de devenir adulte, on devienne les ailes par ces deux pointes qui se dessinent sur le dos de l’insecte. Là on est sûr que dans quelques jours, la larve va muer pour la dernière fois.


Les ailes se dessinent, stade 5, encore une mue et la larve sera adulte!

Et c’est ainsi que j’ai trouvé, retenue par une toile d’araignée, l’exuvie d’une de ces petites punaises ! On voit bien la déchirure dorsale par laquelle l’insecte s’extrait de son enveloppe devenue trop petite.


Souvenir de la vie de larve, l'exuvie!

L’excellente page d’André Lequet vous dira tout ce que vous voulez savoir sur ce bel Arlequin.

18 commentaires:

  1. Lucie, toutes vos photos et explanations sont si fascinantes.
    Je ne laisse pas de commentaire souvent mais je vous rends visite au moins une fois par semaine.

    RépondreSupprimer
  2. Tu mets à l'honneur un insecte que j'ai tendance à négliger, merci Lucie pour toutes ces infos!

    RépondreSupprimer
  3. Plutôt marrant, je viens à l'instant de publier un post sur....les punaises !!
    En effet, l'identification des juvéniles est vraiment difficile pour certaines espèces.
    Bravo pour ton explication du mode de reproduction des punaises. Ta photos des oeufs est géniale !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  4. Publier cette punaise qui pullule sur les carottes sauvages (entre autres) c'est facile... Mais réunir tous les éléments de leur développement en commençant par les oeufs... Il n'y a que toi !
    Je ne m'attendais pas à trouver de nouveaux messages ces temps-ci... Merci d'avoir pensé à nous alors que tu es je crois très occupée.

    RépondreSupprimer
  5. Comme d'habitude, j'ai appris quelque chose, je ne savais pas que la punaise muait, je n'ai jamais vu d'exuvie, et les oeufs ne sont pas faciles à voir.
    Belles photos et commentaire complet !

    RépondreSupprimer
  6. Superbe et passionnant!
    Ton article est vraiment le prolongement du mien... où je ne montre que quelques photos d'adultes!, mais ta photo des œufs est fantastique!!
    Quelle patience de fouiller les plantes pour voir tous ces petits détails!!
    bonne journée, Lucie!

    RépondreSupprimer
  7. J'ai vu un tonnelet translucide et doré vide hier, je me demandais ce que c'était mais c'était surement un de ces oeufs.

    Passionnant et de belles images!

    RépondreSupprimer
  8. Ouah excellent, vraiment superbe. Jðadore la photo de la pont et celle de l'exuvie, mais tout le reportage est tip top! A bientot.

    RépondreSupprimer
  9. Tu as l'art de rendre les insectes tellement intéressants !

    Merci !

    RépondreSupprimer
  10. lucie , un insecte que l'on rencontre si souvent que l'on oubli quelques fois de s'y intéresser , et pourtant de a a z il est intéressant de suivre ses différentes mutations
    comme tu l'as si bien fais ...
    toujours ,des images d'une exceptionnelle clarté tant dans la réalisation technique que dans les informations qu'elles nous apportent, merci une fois de plus ...

    RépondreSupprimer
  11. C'est vrai que cette punaise est belle,audessus comme endessous.Elle se laisse facilement approcher.J'ai sur mon blog une copulation sur les fruits de la carotte sauvage.
    Dans mon terrain vague je vais de surprise en surprise,j'y ai trouvé Oecanthus pelluscens le Grillon d'Italie encore plus rare que la mante dans nos contrées selon un site allemand.

    RépondreSupprimer
  12. Sur les conseils d'Alain, je suis venue lire ton article qui est très instructif ! bravo !!! et merci pour ces renseignements que je ne connaissais pas !
    Amitiés.
    Monique.

    RépondreSupprimer
  13. de quoi tout comprendre ...merci pour ces photos Lucie, finalement c'est plutôt joli une punaise!!

    RépondreSupprimer
  14. Punaise “pyjama”, on l'appelait ainsi dans nos jeux d'enfant. Mais pour une bête si proche, je ne connaissais pas le coup du tonnelet en ce qui concerne la reproduction. Je serai plus attentive (je viens d'en apercevoir dans les trémières). Encore une fois merci de partager tes photos et tes textes très instructifs.

    RépondreSupprimer
  15. Lucie,
    Puisque vous êtes dans les punaises, j'ai trouvé un "OVNI" assez marrant dans Picasa qui probablement pourrait entrer dans les hétéroptères;
    voir ici, ça vaut le déplacement !

    http://picasaweb.google.com/ahchanthor18/Macro150Insect?feat=comment_notification#5504204449997889794

    RépondreSupprimer
  16. bravo pour cette série de messages
    A prèsent je regarderai attentivement dans les petits "paniers" des carottes, car je n'ai vu -superficiellement- que les adultes

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.