mardi 3 août 2010

Argiope bruennichi ou Argiope frelon : la famille !

L’Argiope frelon ! Cette araignée que l’on rencontre dans bien des prés et des champs a élu domicile dans mon jardin ! Si l’an dernier je n’ai aperçu que des juvéniles, cette année j’ai la famille au complet !


La femelle Argiope bruennichi, adulte.

Si la femelle adulte est bien connue, identifier les juvéniles et le mâle a été un peu plus long !

Au printemps dernier, j’ai vu pour la première fois dans le jardin une très grande toile avec l’élément bien connu qui caractérise la toile des Argiopes : le stabilimentum . Celle- ci avait encore quelques leçons à prendre ! Mais quel travail, n’est-ce pas ?
Cette jolie jeune araignée se cache bien bas dans les herbes, je la comprends. Moins visible, elle court beaucoup moins de risques. Ainsi dissimulée, il m’a été bien difficile de bien la photographier !


Une jeune Argiope frelon au milieu de sa gigantesque construction dissimulée dans les herbes.

Cette année un sujet plus coopératif s’est installé le long d’une allée ! Pendant plusieurs jours je la vois ainsi avec une nouvelle toile chaque matin, bien installée au milieu de sa construction, immobile, à l’affût du moindre moucheron se cognant dans ses fils de soie !
Puis un jour elle a disparu ! Elle a sans doute déménagé !!


Argiope frelon juvénile aux jolis dessins argentés sur le dos!


A un autre endroit du jardin, je tombe sur une scène qui m’intrigue ! Une Argiope adulte et beaucoup de pattes d’Argiope ! Elle a dû consommer son compagnon, voilà ma première idée ! ! Mais qu’est qu’il est grand! Voilà l’anomalie ! Vous savez bien que chez les araignées, les mâles sont souvent petits, mais alors vraiment plus petits que leurs compagnes !!


Une excuvie d'Argiope femelle avec vue sur les chélicères!


En regardant mes photos ensuite, j’ai vu qu’il s’agissait en fait d’une mue ! Madame avait fait peau neuve pendant la nuit !!! Et contrairement à d’autres tels les sauterelles, elle ne consomme pas son excuvie(…préférant la chair fraîche.)

Et curieusement, maintenant qu’elle était adulte et bien grande, elle a installé sa toile à l’étage supérieur, bien visible ! Et ce qui devait arriver est arrivé, deux jours plus tard, elle avait disparu ! Soit que trop visible, elle a été consommée par un visiteur de passage, soit qu’elle aura compris que pour vivre tranquille il vaut mieux se cacher dans les herbes !!
C’est la seconde solution qu’il faut retenir, hier, j’ai retrouvé la dame, bien grande et bien grosse à 30cm de sol, bien dissimulée dans les grandes herbes !


Pour compléter le portrait de la famille Argiope frelon , il nous manque un élément : le mâle !


Mâle adulte d'Argiope frelon , sur sa toile.

Eh bien, il est aussi présent dans le jardin et j’ai eu la chance de le voir sur sa toile ! Ce qui est rare ! Dans les feuilles élancées de la citronnelle de Madagascar qui agrémente un coin du jardin, je vois une nouvelle araignée ! Ce dessin sur le dos, je ne l’ai jamais vu. La toile n’est pas l’œuvre d’un artiste, il n’y a pas de rayons, pas de d’organisation claire, pas de stabilimentum ! Mais la position de la bestiole avec ses pattes en forme de croix de Saint André m’oriente vers les Argiopes. Et c’est ainsi que j’en arrive à découvrir qu’il s’agit de monsieur Argiope !! Petit, moins d’un cm, l’araignée est restée immobile 2 jours sur cette toile ! Pourquoi ?


Voici les fameux "gants de boxe " qui permettent de reconnaître un mâle araignée!


Après sa dernière mue, parvenu au stade adulte, il attend que tout soit sec et bien solidifié , et il quitte définitivement sa toile pour aller chercher une copine ! Et la suite est moins réjouissante pour lui, car il finit assez souvent dans l’estomac de la dame !
Le soir même je retourne voir l’individu en essayant de voir sa face antérieure ! Et oui, les voilà les fameux gants de boxe ! C’est bien le mâle! Le lendemain plus aucune trace de sa présence !

Ce matin encore en faisant ma visite aux habitants du jardin dont j’ai repéré la présence, je constate que la grande femelle est toujours dans son carré d’herbes et qu’elle a même une copine, un peu moins grosse installée 3 brins d’herbe plus loin ! Pourvu qu’elles n’en arrivent pas à des querelles de voisinage !!!

11 commentaires:

  1. tu doid en passer du temps à scryter l'herbe ;) Belle leçon de choses !

    RépondreSupprimer
  2. Ton reportage est très instructif.

    RépondreSupprimer
  3. Je croyais naïvement que le mâle ressemblait à la femelle en plus petit...mais non ! Il y a une grande différence entre les jeunes, la femelle et le mâle !
    De plus, j'ignorai que les araignées muaient ?!

    Merci beaucoup pour toutes ces infos. Quel reportage intéressant !
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  4. La femelle est très belle. Très instructif. Diane

    RépondreSupprimer
  5. j'aime aussi beaucoup ces araignées , même si quelques fois je déplore les victimes qu'elles font , je pense que ce sont les plus efficaces , avec leur toile renforcées ...
    De belles images de cette espece

    RépondreSupprimer
  6. Une très belle araignée qu'il est toujours plaisant de photographier ! Pour ma part je n'ai jamais vu le mâle.

    Cdt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  7. Et bien voilà, je comprends tout... Mes argiopes de Ste Hélène que j'ai cherché en vain cette année, sont parties s'installer dans ton jardin... C'est pas trop grave, le message les concernant était déjà bien fourni... Il ne manque qu'une exuvie...
    La tienne est superbe, je me demande toujours comment nos bestioles font pour s'extraire de là...

    RépondreSupprimer
  8. Très sympa ta petite introspection dans le monde argiopien!
    Elles pullulent autour de l'étang dans les joncs, mais je n'y suis jamais au bon moment pour les prendre dans la bonne lumière et puis il y a toujours une libellule qui me nargue et que je finis par poursuivre!
    Ta première photo est magistrale! Quelle chance d'avoir pu la prendre, isolée de l'environnement!
    Heureusement qu'elles sont là pour gendarmer et contrôler les autres insectes!
    Bonne journée et à bientôt, Lucie!

    RépondreSupprimer
  9. Il va falloir que j'aille zieuter les toiles qui parsèment mon jardin pour voir si une de ces belles-là n'y a pas élu domicile, mais je ne crois pas.
    Merci pour cet article riche d'enseignements et plein de magnifiques photos :)

    RépondreSupprimer
  10. très présente dan mes coins de balade il est vrai que l'on remarque surtout les femelles ...... bien visible

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.