mercredi 22 septembre 2021

Zelus renardii, juvénile, un réduve récemment arrivé en France

 

Zelus renardii, juvénile, probablement au dernier stade larvaire.

En voyant ses longues pattes et ses antennes qui lui donnent une allure dégingandée et son déplacement saccadé j‘ai eu du mal à chercher une case où mettre ce nouveau venu rencontré en observant attentivement les feuilles d’un arbousier. Une sauterelle, non le rostre ne convient pas, une mante, non les pattes avant sont simples…mais bien sûr un réduve. Je n’en avais jamais vu de cette couleur. De plus, les ailes à peine ébauchées me mettent en présence d’un juvénile, ce qui complique la tâche.

Des ébauches d'ailes seulement


En cherchant sur la page des réduves  du site insecte.org, j’en suis arrivé à son nom :Zelus renardii.

Il s’agit bien d’un réduve originaire du continent américain, présent du Canada à l’Argentine. Le premier sujet a été trouvé en février 2019, dans le massif des Maures, dans le Var. Depuis il est signalé depuis les bouches du Rhône aux Alpes maritimes.

On préfère se mettre sous les feuilles pour partir à la chasse


Il vient probablement d’Italie où il a été introduit pour lutter contre le ravageur des oliviers, Xylella fastidiosa .(voir ici )

Un rostre solide pour attraper ses proies


En Espagne il est considéré comme invasif et « piqueur ».En effet, la piqure du réduve est douloureuse(je l’ai expérimenté avec un réduve commun par chez nous, le réduve irascible qui porte bien son nom).

 

Beaucoup de poils collant sur tibia pour retenir la proie.

Ses pattes avant présentent de nombreux poils avec une substance collante qui retient les proies. L’insecte mesure environ 12 mm.

Zelus renardii, réduve en vert et ocre!


C’est un insecte qui se nourrit de différents homoptères dont  des cicadelles vecteurs de la bactérie tueuse.Il vit dans les arbustes et la végétation basse Des études s’intéressent maintenant à son impact sur le reste de la petite faune locale. Chez nous je n’ai trouvé que ce juvénile. Mais on peut quand même considérer que sa dissémination a été rapide.

 

6 commentaires:

  1. Bonjour Lucie. Ce juvénile est magnifique !

    RépondreSupprimer
  2. Magnifique bestiole !
    Je crois reconnaître des feuilles d'arbousiers ?
    Penses-tu parvenir à nous faire découvrir cette réduve au terme de ses transformations.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bravo, la botaniste a l'oeil ! La difficulté est de lui trouver ses repas, on verra!

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais vu cet insecte ici ou au Canada. Mais peut-être qu'à l'époque je
    ne faisais pas attention.
    Au fait toi l'amie de ce petit monde. Tu sais comment les Québecois nomment les petits insectes ? Ce sont des "bibittes". Nous l'employons toujours entre nous ce mot mais tu penses bien que nous ne le disons pas aux autres. La honte !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je savais pour les "bibittes " qui sont nos bébêtes. Chaque langue a son charme et "le parler" canadien nous enchante! J'ai surtout noté la grande gentillesse et simplicité des personnes que nous avons croisé! D'excellents souvenirs!

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.