dimanche 4 novembre 2018

Ancistrocerus nigricornis, une guêpe un peu maçonne (femelle et mâle)


C’est une observation faite sur ma terrasse par une belle après-midi de mai qui est à l’origine de ce texte.Je vois une petite guêpe, jaune et noire qui entre dans une tige de cardère placée dans un pot sur ma terrasse dans un endroit où nous passons tout le temps.
Ancistrocerus nigricornis femelle sur une tige de cardère support de son nid

 Je garde dans un pot des tiges de bambous, de cardères, qui peuvent me servir de mini tuteurs pour mes boutures ou au besoin pour en faire des tubes que je place deci -delà  pour servir de logement à qui en voudra.
 J’ai observé le  manège  de cette guêpe pendant environ 45 minutes.


Ancistrocerus nigricornis femelle apportant une boule de mortier, dur dur la grimpette!

La guêpe, Ancistrocerus nigricornis, a choisi une tige de cardère dont elle a ôté une partie de la moelle. Je ne serais témoin que de la phase terminale de son travail de reproductrice. Je la verrai pénétrer dans la tige et en ressortir au bout de 5minutes. Puis je la vois apporter des boules de mortier  bien coincée entre ses mandibules. C’est ce mortier qui sert à boucher le tube.
C’est à partir de là que débute mon enquête.


Ancistrocerus nigricornis femelle apportant une boule de mortier pour boucher la cellule contenant sa ponte

D’abord qui est-elle ?
Ensuite que faisait-elle ?
Identification
Je n’ai pas de photos de très près ne voulant pas la gêner dans son travail.
L’ayant vu importer de la boue je m’oriente vers les guêpes maçonnes.
Dans la famille des Eumenes, je retiens le genre Odynerus par élimination des autres ( voir Berland Faune de France 19).
Dans le tableau des sous genres je retiens  ceci :

  • 1er tergite abdominal sans sillon longitudinal: corps plutôt ramassé (fig. 39); antenne du mâle formant un crochet à l'extrémité (fig. 40).
Cela me conduit  vers Ancistrocerus

Puis voici un critère pour les femelles:

  • Deuxième sternite abdominal d'abord horizontal, puis s'abaissant brusquement sur l'articulation avec le premier, formant ainsi un angle droit très net, le bord antérieur du sternite parfois même un peu saillant (fig. 43)


Et maintenant sur cette photo on voit bien cela !


Ancistrocerus nigricornis femelle avec le détail du sternite 2 caractéristique


Cela conduit à Ancistrocerus callosus , mais callosus est devenu nigricornis

J'ai ensuite cherché d'autres sources pour compléter mon identification.
Dans une clé en allemand j’ai trouvé ceci :

  • Facile à reconnaître grâce à l’angle formé par le sternite 2 et aux bandes jaunes sur les tergites(5 pour la femelle, 6 pour le mâle).

Ancistrocerus nigricornis femelle vue dorsale


  • Et le scape de l’antenne jaune par en-dessous que l'on voit bien sur certaines photos.
Après avoir identifié la femelle, j’ai recherché dans mes photos si le mâle n’était pas dans les parages.
Et je pense l’avoir trouvé butinant sur les fleurs du fenouil très très fréquentées!
 Voici monsieur.


Ancistrocerus nigricornis mâle sur fleurs de fenouil

Il se distingue d’abord par 7 segments abdominaux(6 pour la femelle) et des antennes différentes, ici,  terminées par un crochet !


Ancistrocerus nigricornis mâle  avec le crochet caractéristique de ses antennes

 Quelques infos sur ses moeurs.

Ces guêpes  sont très communes en France et en Europe.
Elles comptent deux générations par an , la première composée aux printemps de femelles qui auront passé l’hiver puis sortent tôt au printemps. Et ensuite d’une génération estivale, ce sont ces guêpes  que j'ai vues dans le jardin. 
Ancistrocerus nigricornis mâle  détail de la tête

Les mâles que j’ai trouvés étaient majoritairement sur les fleurs de fenouil.
Les femelles pondent leurs œufs dans des tiges creuses comme chez moi, mais aussi dans d’autres trous comme ceux laissés par des larves de coléoptères dans le bois mort.
Ancistrocerus nigricornis mâle , vue de face

Elle y font une ou plusieurs cellules approvisionnées de chenilles et fermées par un mortier.Les chenilles sont celles de Lépidoptères.Il y a une ou plusieurs cellules séparées et ensuite bouchées par ce mortier.
Les femelles adultes hivernent et peuvent parfois sortir par certains journées ensoleillées en hiver
Ici un site en allemand avec photos et explications.

Il fallait que je sois intriguée par cette activité particulière de la guêpe pour que je cherche à mieux la connaitre et surtout la reconnaître parmi les nombreuses guêpes qui se promènent dans le jardin.
On peut encore une fois observer que cette guêpe, totalement inoffensive pour nous, joue un rôle régulateur dans la petite faune qui nous entoure.

8 commentaires:

  1. Bonjour Lucie,
    Quelle patience il te faut avoir pour faire de telles observations !
    Mais la passion est là et tu sais t'investir. C'est rare des personnes comme toi.
    Bon, je t'avoue que je ne tiens pas beaucoup tes explications mais depuis que je viens sur ton blog je vois les insectes avec un autre oeil.
    Je te souhaite une bonne fin de dimanche. Ici, c'est tout grisounet et la pluie s'invite un peu trop à notre goût.

    RépondreSupprimer
  2. Merci, je me suis passionnée pour cette démonstration de détermination! Cela me permettra d'être plus rigoureuse lors de mes observations!
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  3. Je reviendrai voir cette page avec l'attention qu'elle mérite + tard.
    Pour l'instant je cherche (sans trouver) dans ton nuage de tag si tu as fait des observations de Blastophaga. J'imagine tu peux trouver des figuiers à proximité. Si tu ne t'es pas encore penchée sur ces précieuses bestioles, c'est bientôt le moment... De mon côté je vais tenter de voir ce que je peux faire avec mes petits moyens.
    Sous tes objectifs performants ce sera tellement mieux

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non pas d'observation de Blastophaga, bien que j'ai un figuier dans le jardin. Je n'ai jamais cherché d'ailleurs. Je me suis "brûlée" avec le suc des feuilles et je me méfie un peu surtout à approcher la tête entre les feuilles.

      Supprimer
    2. J'ai trouvé une page remarquable sur le site de Jussieu, sauf refus de leur part, je vais installer un lien en attendant... Mais pour des observations aussi fines mon matériel et mon savoir-faire seront peu performants.
      Bravo pour cette guêpe si élégante. Pour suivre son activité tu as dû passer des heures à l'observer... Encore une belle performance !

      Supprimer
  4. Coucou Lucie,
    Je n'ai toujours pas reçu ta news, pourtant je viens de retenter une inscription, et je suis bien sur ta liste de diffusion.
    Par conséquent désolée, ne pas passer lors de tes publications est parfaitement involontaire.
    Superbe cette Guêpe, tes photos sont magnifiques.
    Merci aussi comme toujours pour toutes ces informations précises.
    Bises et bonne journée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas de souci Pascale! Je publie peu et tu passes toujours pour laisser un commentaire agréable à lire! . Pour moi aussi hier cela n'a pas marché avec une autre adresse qui précédemment fonctionnait!

      Supprimer
  5. Bonjour Lucie,
    Des photos magnifiques de précision pour illustrer ta recherche méticuleuse.
    J'aimerais avoir le temps de me repencher sur ce microcosme!
    Etonnant que le nombre des segments de l'abdomen du mâle et celui de la dame ne soit pas le même!
    Bises à vous deux et tu me tiens au courant pour ce que tu sais!!

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.