vendredi 5 février 2016

Capucins bec de plomb : bien installés dans les alentours du jardin.

Ces petits oiseaux échappés de captivité se sont bien implantés sur la Côte d’Azur !
 
Capucin bec de plomb sur le cotonoaster
D’abord sur la zone côtière de Nice à Cannes, les voilà maintenant présents dans l’arrière- pays et dans mon jardin.
Capucin bec de plomb dans le noisetier

Depuis 2 ou 3 ans je les voyais de temps en temps faire un passage dans le jardin. Depuis l’an passé je sais qu’ils nichent dans les alentours.
Capucin bec de plomb  toujours dans le noisetier

Cet hiver je les ai vus quasiment tous les jours. Ils ne viennent pas à la mangeoire, les graines de tournesols sont bien trop grosses pour eux.
Capucins bec de plomb se nourrissant sur le plumet de l'herbe de la pampa.

 Ils furètent dans les buissons, sur les noisetiers et sur les plumets des herbes de la  pampa. C’est d’ailleurs pour eux (et les rainettes méridionales) que je laisse ce pied dans le jardin.
En couple dans le noisetier

Dès le mois de décembre bien doux que nous avons eu je les ai vus d’abord se nourrir en petits groupes : ils sont alors 5 ou 6 qui s’appellent et « discutent » de leur voix si fluette et reconnaissable.
En famille sur l'herbe de la pampa

La buvette sert aussi de point de rencontre entre espèces différentes : on peut ainsi se rendre compte de la petite taille de ces oiseaux, ils sont plus sveltes que les petites mésanges bleues, même si leur longue queue fine leur donne une allure allongée. C’est bien sûr leur bec large, gris de plomb, qui en fait des granivores essentiellement.
Capucin bec de plomb et Mésange bleue , à la buvette

Déjà à cette époque on préparait le nid, j’ai ainsi vu à deux reprises un oiseau ramasser une plume, sans doute de tourterelle turque qui en se chamaillant continuellement, perdent parfois une de leurs petites plumes.

Capucin bec de plomb, la buvette sert aussi de bain!

J’ai ainsi assisté au spectacle très complexe de la récupération de ce précieux duvet. En survolant un petit enclos l’oiseau repère le  dans l’herbe : il ne se précipite absolument pas. Il fait un large détour, s’approche et s’installe sur une petite barrière qui surplombe la zone stratégique. Il observe longuement les alentours et soudain, plonge et hop ! repart avec son précieux butin ! 
Capucin bec de plomb avec sa précieuse plume

Si en décembre les plumets du pampa servent de rassemblement familial pour se nourrir, il en va différemment ces derniers jours.
Au nourrissage!

 Maintenant ils servent à la cérémonie du cadeau : il faut cueillir un brin  et ensuite le tendre à sa chère moitié qui en comprend en général la signification, l’acceptation du cadeau est en général suivi de l’accouplement.
Monsieur cueille un "bouquet" pour la belle , en retrait à gauche!

Pour l’instant je n’ai vu que la première phase de la cérémonie. Même si le nid est prêt il vaut mieux encore attendre pour fonder une famille, l’hiver n’a pas encore dit son dernier mot !
Un cadeau pour moi! Oh! J'arrive!


J’aime beaucoup la présence de ces petits oiseaux qui originaires d’Inde, ont un jour été « libérés » dans la région et depuis se sont installés en s’insérant dans la faune locale sans nuire aux autres oiseaux présents dans notre région.

Des histoires plus anciennes des Capucins bec de plomb dans le jardin :

19 commentaires:

  1. Bonjour
    Tes photos sont vraiment magnifiques!
    Ils sont trop mignons tous ces petits oiseaux!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour Lucie
    je me souviens en effet que tu m'avais informé de leur présence dans le jardin après l'avoir identifié pour une personne.
    Les capucins, tout genre confondu, n'ont aucune raison de ne pas s'habituer au climat doux de ta région. Vraiment très semblables au nonnette et damier, le bec puissant et conique est très caractéristique de cette espèce.
    Tes petits portraits sont très jolis, je me régale.
    Les herbes de la pampa sont très appréciées des moineaux ici, c'est un bon refuge.
    Bises et belle journée

    RépondreSupprimer
  3. Merci Lucie pour ton bel article, tu es très admirative de ces capucins et cela se sent.
    Bon week-end.

    RépondreSupprimer
  4. Très jolis oiseaux et magnifiques photos !belle cérémonie du cadeau :)

    RépondreSupprimer
  5. Bon jour Lucie,
    Ce sont des oiseaux que je découvre, et que je ne cois pas présents dans ma région.
    Toujours de très jolis clichés qui allient la qualité et l'artistique.
    Alors merci et merci aussi pour les information les concernant.
    Biz et bonne journée

    RépondreSupprimer
  6. EXTRA!!
    Je les attends donc avec impatience dans ma région!!
    Quelle belle série de photos lumineuses, sur ces herbes de la pampa c'est ravissant!
    Bises Lucie, et bon weekend à vous deux :)

    RépondreSupprimer
  7. Suite au décès de mon beau-père, j'ai récupéré une volière et des inséparables. Au moment où je les installais chez moi, un couple que j'avais déjà repéré dans le jardin est venu les accueillir alors qu'ils étaient dans leur cage de transport. Ces agapornis s'installent aussi chez moi, j'espère une nidification de ce couple en liberté près de ma volière. Amitiés Lucie.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour Lucie,
    Comme c'est tendre et romantique ! Je ne les connaissais pas du tout et ils me séduisent par leur comportement.
    Merci pour ce délicieux moment et bon dimanche.

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Lucie,
    Je ne connaissais pas du tout et je pense qu'ils ne remontent pas jusqu'à chez-moi ...certainement trop frais pour eux.
    Ta série est très belle, nette et bien présentée.J'admire
    Bon dimanche de ta voisine du haut.

    RépondreSupprimer
  10. La captivité de leurs ascendants ne leur a pas fait perdre leurs instincts. C'est merveilleux que tu aies pu assister à ces préliminaires. Ils ne savent pas la chance qu'ils ont de vivre en liberté... Ouvrons, ouvrons la cage aux oiseaux !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est la raison pour laquelle je suis si contente de les voir dans notre environnement, et apparemment , leur installation est réussie puisque je les vois maintenant plus nombreux!

      Supprimer
  11. Quelle belle série de photos. Bravo. Bonne journée. Diane

    RépondreSupprimer
  12. Qu'ils sont beaux ces petits capucin que je découvre et j'aime beaucoup leurs rituels auxquels j'aimerais bien assister .
    Bises

    RépondreSupprimer
  13. Vite fait, mal fait, on peut les confondre avec les moineaux, non?
    Il me faudra bien "zieuter" autour de chez moi.
    Merci pour la découverte Lucie
    ;)

    RépondreSupprimer
  14. Un billet magnifique et informatif. C'est toujours magique lorsqu'une nouvelle espèce apparaît dans notre environnement. Nous croyons naïvement que la nature telle que nous la connaissons ne peut qu'en ressortir grandie et encore plus belle. Dans certains cas, ces introductions d'une nouvelle espèce n'ont aucun effet négatif sur les espèces indigènes, mais il peut en être autrement en autres circonstances. En Amérique, au début du XXième siècle, nous avons vécu l'introduction du Moineau domestique et de l'Étourneau sansonnet. La suite a prouvé que leur présence a beaucoup affecté certaines de nos espèces indigènes au niveau de leur site de nidification. Les moineaux et les étourneaux, beaucoup plus agressifs que nos espèces, se sont vite battus pour occuper les cavités et ils ont sûrement affecté la nidification d'espèces locales comme les pics et les merlebleus. Je ne crois pas qu'il existe des problèmes avec ces capucins, des granivores peu agressifs, mais qui sait ? Merci encore pour la présentation.

    RépondreSupprimer
  15. très intéressant. Mais pas une raison pour relâcher n'importe quoi, en effet.

    RépondreSupprimer
  16. Beaucoup de bonheur à promener mes yeux dans votre jardin Lucie... :)

    RépondreSupprimer
  17. Bonjour Lucie, je suis moi aussi sur la Côte et j'ai découvert ces petits chenapans bruyants , cette année au mois de février quand la tribu arrive (7 à 8)on ne peut l'ignorée . après quelques investigations j'ai su leur nom et origines. Ils viennent manger dans la mangeoire que j'ai faite pour les oiseaux communs de notre région chardonnerets, mésanges, sittelles etc.puis, ils ont disparu et les voila qui reviennent. Apparemment vous les connaissez mieux que moi je serais enchanté des les sédentariser près de chez nous mais ne sais quoi faire pour leurs plaire. j'ai trouvé votre petit reportage bien sympathique et bien documenté en images.Vous avez mis beaucoup de cœur ou de passion dans votre papier et on le sent.Merci beaucoup de nous avoir fait partagé votre enthousiasme. j'ai l'intention de leur faire une mangeoire spécialement pour eux sans tournesol, peut être des mélanges pour perruches nos oiseaux autochtones boudent les petites graines à l’exception des chardonnerets. encore un gros merci!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de votre témoignage! C'est agréable de voir que ces petits oiseaux se débrouillent très bien dans un environnement qui n'est pas le leur à l'origine.
      Je pense que lorsqu'ils viennent dans un endroit c'est parce qu'ils y trouvent ce dont ils ont besoin, cela doit être le cas chez vous.
      Belles observations!

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.