vendredi 9 septembre 2011

Terellia serratulae, petite mouche liée aux Cirses.


Le décor : un cirse, le  Cirse commun après moult vérifications, les feuilles, les épines, les capitules floraux .La plante fait bien presque 2 mètres de hait, heureusement que certaines fleurs sont plus basses .Des piquants partout. Pour faire les images, je suis  bien couverte car même à travers les vêtements les pointes des feuilles se font bien sentir.
Pour accéder aux fleurs et voir de près ceux qui s’y promènent, il me faut repousser certaines feuilles,  en écarter d’autres et parfois tenir la tige lorsque le vent secoue l’ensemble. Et moi-même en essayant de me placer au mieux je fais bouger l’ensemble.

Tout cela pour mieux voir cette jolie mouche aux yeux verts.
Sur une inflorescence de Cirse: Terellia serratulae femelle
Ce sont les yeux verts et irisés qui ont attirés mon regard.
J’ai d’abord vu la femelle et avec cet ovipositeur je suis allée chercher du côté des Tephritides. Mais dans cette famille, souvent les ailes sont tachetées. Or, ma mouche a les ailes dépourvues d’ornementation. Cela limite la recherche.
C’est ainsi que j’en suis arrivée à Terellia serratulae. Il y un autre membre de la famille qui lui ressemble c’est T. longicauda dont l’ovipositeur est bien plus long (plus long que les 3 derniers tergites).
Femelle Terrelia serratulae


Certains auteurs lient Terrelia serratulae à Cirsum eriophorum, le cirse laineux. C’est à cause de cela que j’ai vérifié l’identité de mes Cirses. Et il s’agit bien des Cirsium vulgare. Il se peut donc que les seuls présents dans mon jardin étant ceux –ci, l’insecte s’en contente.

Ce qui est encore plus étonnant c’est que j’essaie de bien observer les visiteurs de ces cirses, j’ai trouvé deux autres Téprhritides liés à cette plante, je les présenterai petit à petit. Il s’agit de :Urophorora stylata et Xyphosia miliaria.
Mâle Terrelia serratulae sur une jolie fleur du Cirse commun.

Pour conclure, Terrellia serratulae est une mouche, qui appartient à la famille des Téphritides, elle fait 5 à 6mm..
L’extrémité abdominale des femelles de la famille est  terminée par un ovipositeur entouré d’une gaine rigide, sclérifiée, c’est cette gaine que l’on voit  bien  et qui donne cette allure caractéristique aux mouches de la famille. L’ovipositeur, à l’intérieur est muni, ai-je lu, d’épines de chitine qui servent à forer le tissu végétal pour y déposer les œufs. Les larves se développent ensuite dans un nid de soie sur les têtes florales et passent ainsi l’hiver.
Le mâle de Terralia serratulae

Le mâle bien sûr en est dépourvu de cet appendice abdominal, c’est une manière facile de distinguer l’un ou l’autre.

La "finition" de cet insecte est très soignée : les yeux sont bordés de soies raides blanches, le corps est recouvert de plusieurs variétés de soies,les  tailles et couleurs varient. On voit bien les plus grosses qui sombres parsèment l’abdomen. Celles, beaucoup plus petites et claires sont implantées très densément sur le thorax.
Couple de Terrelia serratulae, en haut la femelle.

Dans mes Cirses, je vois bien plus de femelles que de mâles.J'ai lu qu'ils étaient territoriaux et se chamaillaient avec d'autres mâles qui osaient s'installer sur leur capitules floraux! C'est sans doute la raison qui explique que je n'en vois qu'un seul .Il a dû chasser tous ses congénères!

A sa toilette!



Une scène classique : la toilette du petit matin!
Ce sont des observations fort intéressantes bien que fort piquantes! Le monde du Cirse!
A découvrir!

7 commentaires:

  1. Je ne connais pas cette mouche. Ses ailes sont superbes.

    RépondreSupprimer
  2. 5 à 6mm, là ca devient tr`s petit. beau reportage Lucie et très belles photos, pas facile avec cette petite taille. Merci pour le beau reportage et passe un bon week end.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai jamais croisé ce diptère ,superbes reportage et images

    RépondreSupprimer
  4. elle en a de jolis yeux cette miniature...merci pour le nom de mes sauterelles et tes explications.

    RépondreSupprimer
  5. Je l'ai chez moi, mais j'ai bien du mal à réussir des photos, quoique je n'ai pas revu cette mouche cette année!
    Les tiennes sont "nickel"! :)
    Bravo pour ce reportage intéressant!
    Bon dimanche, Lucie!

    RépondreSupprimer
  6. Un grand merci pour toutes tes explications: autant de complexité dans une si petite taille, cela m'impressionne.
    J'aime infiniment la 4ème image: c'est une mouche artistique.

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.