mercredi 14 septembre 2011

La pyrale du buis (Diaphania perspectalis)


En voilà une vraie peste ! Comme dans beaucoup de jardin j’ai un pied de buis. C’est une bouture du pied qui se trouvait dans le jardin de ma mère, qui était une bouture de celui qui se trouvait dans le jardin de ma grand-mère. Vous comprendrez que ce buis à une valeur toute sentimentale.
D’habitude c’est une plante tranquille dans laquelle se promène de temps en temps une punaise, mais jamais de trace sur les feuilles. Une belle plante bien saine. Jusqu’à ces jours-ci. Jamais je n’avais vu une feuille desséchée ou  entamée. En ce moment des feuilles sont évidées, d'autres sèches, des fils de soie , relient les feuilles et des crottes vertes sont bien visibles!


C’est étonnant les dégâts qui sont déjà visibles ! Et bien j'ai cherché  et découvert les responsables.
Dans le buis, voici, la coupable, une chenille de Pyrale du buis.


Il s’agit d’un papillon venu d’Asie, la Pyrale du buis de son nom scientifique : Diaphania Perspectalis.

Je ne vous les présenterai pas, car je ne l’ai jamais vue.
Déplacée sur une feuille de chêne pour qu'on puisse bien la voir!


Mais des chenilles et des chrysalides oui.
Bien sûr comme toujours les chenilles sont responsables des défoliations sur le buis.
Une jeune chenille et les dégâts qu'elle cause.


Elles ont pour habitudes de se cacher entre deux feuilles qu’elles maintiennent avec des fils de soie. Si on voit 2 feuilles collées, il faut les écarter et on y trouve des chenilles souvent au début de leur développement. La présence de crottes vertes collées aux feuilles est aussi un bon indicateur.


Les chenilles en fin de croissance sont plus visibles et très véloces. D’habitude les chenilles se déplacent lentement, celles-ci sont d’une rapidité étonnante pour échapper à votre regard.  Pour nous fuir, beaucoup de chenilles se laissent tomber au sol où elles sont alors plus difficilement repérables. Celles-ci, le font aussi mais restent attachées à un fil de soie qui les relie à la feuille qu’elle dégustait. De ce fait on peut les attraper facilement !
Une chrysalide de Pyrale du buis en début de métamorphose


Les chenilles sont vertes et avec des dessins noirs sur le corps. La tête est d’un joli noir bien luisant. Quelques grandes soies parsèment le corps. Elles ont la même apparence, que ce soit aux premiers stades ou aux derniers stades de leur développement. Seule la taille varie, mais aussi leur appétit qui grandit avec leur taille. Au départ elles mangent le parenchyme de la feuille, puis s'en prennent à l'intégralité de la feuille qu'elles évident tout simplement! 


 J’ai donc trouvé des chenilles à différents stades et des chrysalides. Ces bestioles sont malignes. Beaucoup de chrysalides se font dans la plante hôte. C’est aussi le cas pour certaines de ces Pyrales du buis. Deux ou trois feuilles de buis formées en cocon et la chenille se transforme.
Une chenille qui commence sa transformation en chrysalide


Mon buis se trouve à proximité d’un chêne de grande taille et des feuilles sèches de l’automne dernier sont tombées dans le buis. Ces feuilles sont aussi utilisées pour faire une belle enveloppe bien solide dans laquelle la chenille se métamorphose. Une feuille de belle taille a ainsi contenu 3 chrysalides.

A l'intérieur du cocon , une chrysalide et des capsules céphaliques .

D’habitude j’ai une très grande tolérance vis-à-vis de tous les insectes. Mais là, en peu de temps mon buis a été trop fortement attaqué alors je sévis ! Sans produit chimique, j’utilise la bonne vieille méthode manuelle. J’attrape les chenilles ( elles ne sont pas urticantes) mais je mets des gants, j’écarte les feuilles collées ensemble et les locataires sont livrés aux poissons qui se régalent ! Rien ne se perd !
Bien cachée à l'intérieur d'une vieille feuille de chêne


En trouvant ces chenilles je me suis renseignée sur cette Pyrale et voici un site qui est très clair.


L’invasion a commencé en Alsace et la voici déjà dans le sud de la France, puisque nous sommes à 15km de la Méditerranée et que d’autres cas sont signalés dans la région.
On devine déjà le papillon dans la chrysalide: 1, la tête; 2, les ailes.


Si comme moi vous avez un ou des buis dans votre jardin, surveillez- le pour détecter tout début de présence de la Pyrale du buis.

6 commentaires:

  1. pas de buis chez moi mais merci de l'information, c'est toujours bon à savoir. J'espère que ta plante se remettra de ces visites intempestives...

    RépondreSupprimer
  2. J'ai des buis dans le jardin et demain il faudra que j'aille regarder de près car les dégâts sont terribles.
    Merci Lucie pour l'information
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. J'ai déjà observé des feuilles de noisetiers repliées comme ta feuille de chene mais je n'ai pas pensé à regarder s'il y avait des locataires. Existe-t'il d'autres espèces de pyrales adeptes des feuilles de noisetiers?
    Merci Lucie pour ton article et pour ta réponse!

    RépondreSupprimer
  4. sympathique déclinaison des differents stades , ça a l'air d'être une sacrée vorace ...

    RépondreSupprimer
  5. Tu me donnes envie d'aller observer les buis...
    Je ne peux que répèter mon admiration pour cette patiente collecte d'images qui ne laisse rien ignorer de cette ravageuse, il ne manque que l'imago !

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.