samedi 16 janvier 2010

Le chardonneret et la cardère

C’est plutôt la cardère et le chardonneret qu’il me faut écrire.
Les chardonnerets sont des habitués de mon jardin, ils y vivent toute l’année, bien sûr l’hiver ils sont visibles aux mangeoires qu’ils animent de leurs zinzins sonores mais aussi de leur chant d’approche délicat !
En été, ils se promènent goûtant les graines des fleurs fanées de pissenlit, séneçon et de chardon que je laisse pousser tranquillement !
Les chardons !
Le nom latin du genre est carduus.
Le chardonneret porte le nom savant de carduelis carduelis, qui a la même racine latine : carduus.
On voit bien que les deux font la paire !

chardonneret élégant sur cardère
Chardonneret sur cardère cultivée.

Nous sommes déjà en janvier et dans mon jardin cela fait belle lurette que les chardons sont fanés et leurs graines envolées (surtout avec quelques bons coups de vent que l’automne nous réserve) !
Alors les photos suivantes sont faites en ce moment au jardin sur un support bien plus original ! C’est leur longue histoire que je vais vous conter ! Elle a commencé il y a plus de 2 ans ! Comme vous, je parcours les forums photos et certaines images me font rêver ! Par exemple des chardonnerets en hiver, sur des cardères, dans une friche ! C’est un support naturel des plus légers ! Dans certaines zones les cardères sauvages dressent leurs têtes piquantes et les chardonnerets se régalent des graines qu’elles contiennent ! Pourquoi cet intérêt pour de petites graines bien cachées ? Les graines de cardère peuvent contenir jusqu'à 22% d’huile, pas étonnant que les chardonnerets en raffolent en hiver !!!


Le chardonneret mange les graines de la cardère riches en huile!

Mais dans ma zone, pas de cardère, les terrains sont bien trop secs ! Alors lorsque je lis que La Hulotte entreprenait le sauvetage de la cardère des villes, je me suis dis voilà la solution ! .
Voilà la page de ce bon journal qui explique comment il faut procéder ! Rappelons aussi que les numéros 61 et 62 de ladite revue sont consacrés aux cardères avec tous les détails et d’excellentes illustrations !
Le hic pour moi, c’est que la cardère est une bisannuelle !! Eh oui, il lui faut du temps pour fleurir! En général le jardinier sème au printemps et récolte en été ou à l‘automne ! Non ici, il faut attendre l’été suivant et l’automne pour voir de belles têtes de cardère !!
Donc après avoir semé mes graines, bichonné mes plantules, veillé pendant l’hiver qu’elles ne soient pas victimes des sangliers qui prennent parfois mon jardin comme terrain de jeux (entre autre, car ils y viennent surtout pour consommer..), j’ai vu au printemps dernier de belles tiges commencer à grandir ! Malheureusement pour moi, les tiges ont vite dépassé ma tête, alors pour faire des photos ce n’était pas facile ! Installer un escabeau dans la terre meuble du jardin ce n’est pas l’idéal. Donc après maintes vicissitudes mes cardères m’ont donné ces jolis capitules.


Le bec très fin du chardonneret est parfait pour extraire la graine  de la cardère.

L’histoire n’est pas finie ! Faisant près de 3 mètres de hauteurs, les plantes se sont renversées sous les coups de vent, la pluie et les intempéries de ces derniers mois !
Mais obstinée, je les ai taillées à la bonne hauteur et plantées à proximité de mon poste de nourrissage !
Et enfin, les chardonnerets sont allés là où je les attendais ! Il m’aura aussi fallu attendre le soleil !
Tout cela pour dire que la patience et la suite dans les idées sont nécessaires pour arriver à ses fins, en photo comme pour le reste !!!
Comme je suis patiente je n’étais pas satisfaite des 2 premières images car je voulais montrer que le chardonneret prélève la graine. Enfin hier, entendant mon souhait un de mes petits visiteurs s’est prêté au jeu ! Sur la photo précédente on voit son bec fin qui extrait la graine.


C'est réussi, on se régale.

Maintenant on peut goûter tranquillement ce qui n'a pas été facile à obtenir! Dois- je préciser que l'extraction demande précison et  force, conséquence, emporté par son élan, il arrive que l'oiseau perde sa graine. De plus, il faut être bien équilibriste pour tenir sur ces têtes se balançant au gré du vent! Mais là encore, patience et obstination mènent au résultat!
Merci mes petits amis, vous m'avez offert un superbe spectacle, je suis contente d'avoir mené à bien cette culture de la cardère des villes (Dipsacus sativus(L.) Honckeny) .

22 commentaires:

  1. Ta détermination est à saluer, elle nous permet de savourer tes superbes photos !

    RépondreSupprimer
  2. Encore un beau reportage avec des images magnifiques.Chez moi la cardère pousse spontanément.On appelle aussi la cardère le "cabaret des oiseaux"ils y trouvent à manger et à boire(les feuilles n'ayant pas de pétiole,leur point d'attache avec la tige forme un creux dans lequel s'accumule la pluie).J'ai semé chez moi 2 autres chardons :l'onopordon et le chardon Marie.

    RépondreSupprimer
  3. magnifique lucie , les carderes sont vraiment les amis des oiseaux ,
    chez moi , on l'appel aussi le cabaret des oiseaux car sur la tige la base des feuilles reste unie pour former une coupole ou l'eau de pluie et de rosée s'accumule et reste un certain temps ce qui permet au oiseaux de s'hydrater , les tiges elles autrefois grasse a leurs epines
    dure et disposé de façons circulaires
    permettaient de "carder" la laine c'est a dire la peigner pour la filer ensuite ...
    LA DEUXIEME et la derniere images
    sont sublimes ...
    Oiseaux variés ,sangliers, insecte en tout genre ...Mais quel jardin tu as ...Un parc naturel a lui tout seul :)

    RépondreSupprimer
  4. coucou lucie toujours un vrai plaisir tes reportages photos je me régale devant la beauté de tes photos

    RépondreSupprimer
  5. Bonsoir Lucie,
    Encore un beau reportage avec des photos magnifiques! Quelle patience! J'ai beaucoup de plaisir à admirer les détails de cet oiseau qui fréquente volontiers notre jardin mais que je ne parviens pas à photographier si bien.
    Le truc de la cardère de ville me convient: je vais m'en rappeler. Cela me permettra d'observer les chardonnerets de plus près.

    RépondreSupprimer
  6. J'ai appris beaucoup de choses ce soir sur les cardères cultivées.Est-ce toujours d'actualité l'envoi de graines par la Hulotte? J'aimerais bien essayer ces chardons même s'ils demandent du temps avant la floraison.
    Tes photos sont magnifiques
    Si j'avais des cardères au jardin aurais-je des chardonnerets?
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Tu es récompensée de tes efforts au centuple... Absorbés par cette minutieuse recherche de la petite graine de cardère, leur nourrissage naturel, ces ravissants passereaux retrouvent leur dignité... J'imagine que son conjoint se tient à faible distance, prêt à donner l'alarme au moindre danger.
    De magnifiques images Lucie !

    De plus ton jardin se trouve enrichi de cette belle plante, appartenant au Dipsacacées ce qui l'éloigne malgré ses piquants des chardons qui eux sont des Astéracées.

    RépondreSupprimer
  8. Ils sont superbes et ont été de très bons acteurs pour illustrer ton propos.
    En lisant le commentaire précédent je constate que ma petite femme n'a pas de bons yeux car il y a à la maison l'été des chardonnerets, ce ne sont pas "des résidents" ils ne font que passer et on ne les retrouve pas maintenant autour des mangeoires,ils doivent avoir mieux ailleurs.
    Pour la vidéo de Noé le geai la chose qui nous a le plus étonnée c'est qu'il a pris un bain de neige dans les jardinières exactement comme dans de l'eau bien entendu le film d'origine dure 30' alors les coupures sont nombreuses et les séquences réduites mais il a passé beaucoup de temps a se baigner dans la neige.
    Neige où pas il sait exactement ce qu'il cherche là aussi les coupures nuisent a bien comprendre mais il ne va pas au hasard c'est certain.
    Bon dimanche Alain

    RépondreSupprimer
  9. des images magnifiques!! et quelle patience pour la culture de la cardère!!

    RépondreSupprimer
  10. Bravo!
    C'est formidable!
    J'admire tes efforts et ta petience! Mais quelle récompense!
    Et puis tes photos sont extras!
    Mais au fait, elle est en grève miss Parus??
    bisous, Lucie!!

    RépondreSupprimer
  11. tu me fais regretter une fois de plus l'absence d un jardin ... c'est si beau la vie sauvage !!!!
    bravo une fois de plus pour ta patience
    bonne soirée

    RépondreSupprimer
  12. Pas n'importe quel jardin, pour planter des cardères qui poussent, poussent... Une splendeur le chardonneret qui extrait la graine.
    Plaisir des yeux avec toutes ces couleurs chatoyantes.

    RépondreSupprimer
  13. Bel oiseau et superbes photos, il fallait le faire, le chardonneret sur un "chardon". :)

    RépondreSupprimer
  14. Ta patience et ta détermination ont été bien récompensé ! Tes superbes photos mettent bien en valeur ce très beau passereau ...

    Cdt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  15. Salut Lucie,
    Où comment rendre tous les ornithos fous ;-) Mamma mia, qu'elles sont splendides ces photos et que je rêve d'en faire d'aussi belles. C'est absolument sûr que ta patience à payer! Bravo ce sont de pures beautés.

    RépondreSupprimer
  16. Encore un magnifique reportage et des photos splendides, d'une netteté extraordinaire et avec une lumière sans pareille. Bises.

    RépondreSupprimer
  17. Quelle patience, mais ça en valait la peine car tes photos sont superbes!

    RépondreSupprimer
  18. chouette reportage suivis de jolies photos...que la nature est belle!
    j'ai sourie ,en voyant l'oiseau et la cardére* il a un micro et chante c'est superbe *

    RépondreSupprimer
  19. Merci à Marithé de nous rappeler ce post que je n'avais pas vu.
    Magnifique, cette patience et la précision de ces photos.
    Je sais comment maintenant établir plus longtemps ma colonie de chardonnerets. Et dire que des cardères sauvages il y en a plein le long de mes chemins de campagne. Ils servent même d'abreuvoir pour les oiseaux en période de sécheresse. Ce sont des plantes cabarets comme on le dit en Flandre.

    RépondreSupprimer
  20. vos images prises en directes sont magnifiques chapeau à la patience je voudrais vous poser une question puisque vs êtes une spécialiste j'avais un nid de chardonneret dans mon rosier les petits avaient dans les 8 à 10 jours hier matin tout a disparu le nid les petits sans aucune trace sinon du sang sur le mur ou grimpe le rosier et des branchages du rosier par terre qui a fait ça à 2 m de hauteur est ce que la maman peut refaire un autre nid avant l'hiver et comment faire pour protéger la nichée prochaine dans l'attente de votre réponse Anne

    RépondreSupprimer
  21. Hélas, c'est le sort qui arrive parfois à une nichée qui est trop facile d'accès.La nuit, de nombreux animaux cherchent à se nourrir et selon l'endroit où vous habitez il peut s'agit de petits mammifères comme rat, loir, martre, fouine etc.. Mais dans certains cas les chats aussi sont des prédateurs redoutables.
    Il est fort probable que devant l'anéantissement de cette couvée, le couple refasse une nichée.
    Les chardonnerets ne nichent pas très en hauteur dans un buisson , il faudrait interdire tout support qui permette d'accéder au nid, mais c'est parfois bien difficile.
    L'équilibre naturel fait que les pontes assez nombreuses, ou celles de remplacements préservent l'espèce de ces jolis oiseaux qui enchantent nos camapagnes!

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.