vendredi 16 janvier 2009

La mésange charbonnière (Parus major).

C’est la plus grande de nos mésanges. Elle est sédentaire. Elle n’est pas très abondante dans le jardin, je pense ne voir que 5 ou 6 individus ! Elle vient se nourrir rapidement à la mangeoire et disparaît aussi vite !


Elle est facilement reconnaissable : le dessus de la tête est noir, les joues bien blanches, soulignées par un collier et une bavette noire brillante, une large bande noire orne son ventre
de couleur jaune citron.


Elle aime aussi picorer la margarine !

Ce beau mâle défend son territoire : la mangeoire! Joues gonflées et ventre en avant avec ses couleurs vives; il compte impressionner ceux qui oseraient s'aventurer dans son domaine!



C’est le mâle qui porte les couleurs les plus éclatantes. Madame se reconnaît au jaune plus pâle de son ventre et à sa bande ventrale moins large et parfois incomplète
Ici c’est l’oiseau le plus sensible au bruit : le clac de l’appareil photo lui fait prendre la fuite quand elle est en repérage et le mouvement de l’objectif l’inquiète beaucoup. Elle ne mange jamais sur place et emporte toujours sa graine à l’abri du feuillage à quelques mètres de la mangeoire.


La photo surprend parfois des individus différents. L’hiver dernier une charbonnière « bec croisé » est venue se ravitailler !



La malformation de son bec est bien visible ! Elle ne semblait ni en mauvais état, ni gênée pour se saisir de graines.
Mais je ne l’ai pas revue cette année.



11 commentaires:

  1. j'ai peur que ta charbonnière "bec croisé" ne soit plus Ce type de malformation non handicapant au départ devient vite une catastrophe pour l'animal si personne ne lui taille le bec régulièrement. En règle général ces déformations sont dus à un traumatisme sur une des mandibules qui déplacée ou mal cicatrisé va entrainé une impossibilité aux mandibules de s'user correctement l'une et l'autre par la suite. ce n'est jamais réversible. Je connais un perroquet dont il faut parer le bec deux ou trois fois par an. Un travail fastidieux même pour le veto

    bonne journée Lucie
    tes photos font grand hommage à ces oiseaux

    RépondreSupprimer
  2. La mésange charbonnière qui gonfle les joues est impressionnante je vais observer un peu plus les oiseaux à la mangeoire, j'aurais peut-être l'occasion de voir un mâle
    Et pour le bec croisé c'est aussi surprenant
    De belles photos et une bonne description qui capte l'attention

    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  3. Encore de superbes photos et un reportage très intéressant sur les mœurs de la belle charbonnière ! C'est vrai qu'elle est moins présente aux boules de graisse que les mésanges bleues, mais elle vient quand même très régulièrement... j'ai remarqué qu'elle semble plus tolérante que sa petite cousine bleue car deux individus peuvent s'accrocher en même temps à la même boule ! (la mésange au bec croisé est impressionnante, c'est une vraie curiosité ornithologique que tu as là !)

    RépondreSupprimer
  4. Difficile effectivement de "capturer" la mésange charbonnière ! Tu as réussi cette série avec brio !

    Cdt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  5. Rien ne t'échappe, ce détail sur le bec de ta visiteuse est tout à fait étonnant.
    Un handicap venu avec l'âge peut-être, fais pas bon vieillir, si vous saviez ma pauv'dame !...

    RépondreSupprimer
  6. Captivant, comme toujours, ton reportage Lucie.Les mésanges sont vraiment très belles et très photogéniques.
    Bon week-end

    RépondreSupprimer
  7. Très ces photos de charbonnière, je n'ai jamais vu de malformation celle celle-là, surprenant!
    @ bientôt

    RépondreSupprimer
  8. Beau reportage agrémenté de bonnes photos.
    Comme Fremalo, je crains pour l'anomalie du bec sachant que la mésange décortique ses graines en les creusant et ne les broie pas comme le verdier par exemple. Elle va finir par mourir de faim avant l'arrivée des insectes qu'elle pourrait ramasser sans problème.
    Bonne continuation !

    RépondreSupprimer
  9. Merci beaucoup de votre passage et de votre intérêt pour ces petits familiers de la mangeoire.
    Frédérique: N'ayant pas revu cette année la mésange, je me doute bien que son handicap lui a été fatal.Je comprends qu'un oiseau de compagnie a heureusement plus de chance grâce à l'intervention humaine.
    Zygena: C'est vrai qu'elle est beaucoup moins "belliqueuse" que les verdiers ou les chardonnerets.D'ailleurs elle ne fréquente la mangeoire que lorsqu'il y a moins d'affluence!
    Photo Nature Passion : J'avais bien pensé que si elle pouvait attendre l'arrivée des insectes elle serait sauvée! Mais entre son handicap , les prédateurs et les autres accidents possibles nos petits passereaux doivent être en pleine possession de leurs moyens pour arriver "à faire de vieux os"!

    RépondreSupprimer
  10. Ce que tu explique sur la charbonnière est extrêmement intéressant. On apprend beaucoup de choses, c'est vraiment bien ! Et tes photos sont très sympa.

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.