mardi 18 juin 2019

Thereva bimaculata(unica) une femelle à la face curieuse!


Parfois ce sont des  insectes-visiteurs qui viennent à moi en se posant sur une fenêtre qui donne sur le jardin. Quand leur aspect me semble inconnu,  je les recueille dans un pot en verre pour les examiner. C’est ainsi que ce drôle de Diptère gris allongé m’a intrigué.
Thereva bimaculata femelle vue de face

Mais c’est en photographiant sa face avec ces 2 ronds noirs et brillants au centre que j’ai vraiment été curieuse de la connaître un peu mieux(c'est une mouche ou une femelle au choix).
Thereva bimaculata femelle vue de face

Ensuite ce sont  ces callosités entre les 2 gros yeux qui ont orientées mes recherches.
D’abord il s’agit bien d’une femelle avec ses yeux bien séparés.
Et la particularité de présenter ces callosités est présent uniquement dans la famille des  Therividae, dans laquelle le genre Thereva comprend une dizaine d’espèces.
Je me suis servi de 3 documents sur le net pour avancer.
Thereva bimaculata femelle vue de dessus

Le premier : une clé en anglais 
On y définit la famille :
  •          le premier segment antennaire n’est pas plus long que la tête
  •          il est aussi large que le 3eme
  •          la face est poilue
  •          la femelle présente deux callosités noires(une chance ce signe très remarquable, c’est bien plus facile que pour les mâles )

Nous voici chez les Thereva
En bas de la page on retrouve une clé pour en déterminer l’espèce :
  • On retrouve les 2 marques noires sur le front
  • Et comme indication supplémentaire point 28 :les tergites 2 à 4 avec une bande noire basale(bien visible sur la première photo). J’avoue  ensuite ne pas avoir bien compris la présence des poils  antéraux ventraux sur les fémurs 1 et 2. Nous voici donc avec Thereva bipunctata

Thereva bimaculata femelle poils aux fémurs 2 et 3

Le deuxième document qui présente les Therevidae finnois complète la clé avec des schémas et l’un d’eux à la page 50 présente exactement notre individu avec ses deux taches bien séparées Je me retrouve avec une première confirmation.(Thereva unica = Thereva bipunctata)


Thereva bimaculata femelle détail de la tête avec ses belles callosités bien rondes

Le troisième document,publié par la revue Argiope de l'association Manche Nature relate les difficultés pour identifier ces mouches ( en parlant de l’utilité de combiner plusieurs clés) .
Surtout on y voit une photo de la face de Thereva bipunctata qui confirme mon identification.
Thereva bimaculata femelle: aile

Que savons- nous du mode de vie de cette mouche?
 Comme les  documents divers le montrent, elles vit dans une grande partie de l’Europe jusqu’en Finlande.
"c’est habituellement une espèce rare en Belgique et il s’agit sans doute d’une
espèce pionnière qui s’installe sur les grandes zones de sable nu".
Dans le document des entomologistes de la Manche, on apprend que les adultes se nourrissent  de nectar et de sucs divers  mais ne sont pas prédateurs. Les larves dont on précise qu’elles sont très mal connues, et aussi très mobiles , vivent dans  le sol , le bois mort et seraient prédatrices de larves de coléoptères.
Thereva bimaculata femelle se nettoyant les pattes

Mais ce qui m’étonne c’est que la présence de Thereva est liée aux dunes et aux zones sableuses. Chez moi, point de dunes et encore moins de belles étendues de sable. 

C’est en tout cas pour moi une découverte très intéressante.

dimanche 16 juin 2019

Megascolia maculata flavifrons, mâle, ou la Scolie des jardins.


Nous nous sommes rencontrés sur une inflorescence de blette, il faisait un peu frais et bien qu’impressionnant, ce jeune sujet n’a pas quitté sa plante support quand je l’ai invité à une séance photo.

Megascolia maculata flavifrons, mâle. J'y suis , j'y reste...., sur mes fleurs de blettes!

Jeune, il me semble avoir émergé il y a peu, mais bien grand, 28mm, je l’ai rapidement casé dans la famille des Scolies. J’en vois tous les étés sans jamais avoir réussi à bien les observer sous mon objectif.
Megascolia maculata flavifrons, mâle. Détail de l'aile, 3 cellules cubitales et un apex sans nervures

Je pensais avoir à faire à Scolie hirta, mais la couleur orange des ailes ne convenait pas(celles de S. hirta sont noirâtres).
J’ai alors relu dans le volume 10 de Faune de France les pages concernant cette famille.
On reconnait les Scolies mâles à :
  •          Les nervures  de l’aile s’arrêtent bien avant le bord des ailes(voir la photo ci-dessus)
  •          L’abdomen n’est pas étranglé entre les segments
  •          Il est terminé par 3 pointes fines
  •          Il est taché  de jaune.
Megascolia maculata flavifrons, mâle.Détail de l'abdomen on voit 2 pointes fines sur les 3!

    Comment ai-je reconnu un mâle? Des antennes avec 13 segments, chacun étant plus long que large(chez les femelles c’est le contraire).
Megascolia maculata flavifrons, mâle.Détail de l'antenne aux 13 articles


Pour déterminer de quelle Scolie il s’agit il faut, toujours continuer dans le Berland( volume10 de Faune de France).

Voici ce que j’observe

  •          Une grande taille (près de 30 mm, en sachant que le mâle est plus petit que la femelle), 3 cellules cubitales.
  •          Les antennes sont noires et on voit 4 taches jaunes sur l’abdomen
  •          Pas de pubescence rousse(au bout de l'abdomen par exemple)
Megascolia maculata flavifrons, mâle. Un beau specimen
Nous voilà avec Triscolia flavifrons..
Depuis le nom a changé c’est devenu Megascolia( c’est vrai qu’elle fait partie des plus grandes espèces de la famille)maculata flavifrons (c’est la femelle qui a le front jaune).

Megascolia maculata flavifrons, mâle.Tête

On notera les yeux fortement échancré vers l’intérieur.Ses mandibules sont beaucoup moins développées que ceux de la femelle.

C’est en France le plus gros des hyménoptères.
Les mâles apparaissent en premier, maintenant et attendent les femelles. Ces dernières pondent leur œuf sur une larve de Oryctes nasicornis. Elle est alors pourvu de mandibules bien plus fortes que le mâle.Mandibules qui servent à creuser le sol ou le bois pourri où se trouve la larve.

Megascolia maculata flavifrons, mâle.Détail de la patte avant avec son crochet de nettoyage.
 Ce n'est pas parce qu'on est un mâle que l'on ne dispose pas de l'outil nécessaire au nettoyage des antennes!

Megascolia maculata flavifrons, mâle. en train de se nourrir sur des fleurs de ronce, au mois de juin dans le Var.

Les adultes sont floricoles, on les rencontre à partir de maintenant jusqu’en Septembre, l'espèce est répandue dans la zone méditerranéenne.
Les mâles n'ont pas d'aiguillon et ne piquent donc pas. Les femelles l'utilisent pour paralyser la larve sur laquelle elles vont pondre.
 Très impressionnante, cette guêpe ne vous attaque pas si vous ne la touchez pas, laissez-là vivre sa vie si vous la croisez. 




dimanche 9 juin 2019

Halicte quadricinctus femelle ,une abeille solitaire à la longue vie


C’est la plus grande des Halictes, belles abeilles solitaires, c’est aussi celle qui a la plus longue vie, mais elle est aussi menacée par la disparition de son habitat dans certaines régions.
Halictus quadricinctus femelle, la plus grande des Halictes en Europe.

Quand un beau matin ensoleillé, j’ai vu une, puis deux puis trois de ces abeilles solitaires se rouler dans le pollen des coquelicots j’ai été très heureuse d’en voir autant, de les voir si belles avec leurs ailes bien intactes et leurs bandes claires sur l’abdomen en si bon état. Voilà sans doute des abeilles qui ont émergé il y a peu !
Halictus quadricinctus  à deux dans le coquelicot

C’est l’occasion d’en inviter une d’elles pour une séance photo !
Capturée dans son coquelicot, je l’ai posé sur ma table et recouverte d’un pot sombre pour qu’elle se repose. Très calme elle m’a laissée lui tirer le portrait.
Récompensée ensuite par une goutte d’eau sucrée, elle retrouvera rapidement les coquelicots pour poursuivre son destin de solitaire !

Halictus quadricinctus  femelle le dernier tergite avec sa zone glabre

Grande, notre Halicte mesure 15mm. Comme toutes les Halictes femelles on voit une zone glabre sur le dernier tergite. Autre caractère ce sont les fameuses bandes  de poils clairs sur partie terminale des tergites. Il faut bien les observer et noter que les bandes sont présentes sur tous les tergites et surtout très réduites au centre.

Halictus quadricinctus  femelle ;les bandes blanches des tergites rétrécies au milieu
 Les tibias et métatarses postérieurs sont bruns.

Deux détails me confortent dans mon identification. Dans Fauna Helvetica, 6 (Amiet, Herrmann, Mueller, Neumeyer) on note que

  •          la ponctuation du  mesonotum (la plus grande partie du thorax) laisse des espaces lisses au moins aussi grands que le point lui-même. En y regardant sur les photos agrandies on voit ces espaces entre les points.

Halictus quadricinctus  femelle détail de la ponctuation du mesonotum

  •         De plus le clypeus est légèrement enfoncé au milieu, voir sur les photos de profil.

Halictus quadricinctus  femelle vue de la tête

Comme annoncé dans l’introduction, notre Halicte quadricinctus vit presque un an. 

Halictus quadricinctus  femelle détail du clypeus (voir la flèche qui indique le léger enfoncement)
Les femelles qui viennent d’émerger, vont organiser leur nid en creusant dans le sol sur 10 à 20 cm. A l’extrémité, elles construisent dans une cavité  un «  rayon d’argile de 15 à 20 cellules, entouré d’un vide ». (Extrait de Guide des abeilles, bourdons, guêpes et fourmis d’Europe de Hans Bellmann)

A la fin de sa période de reproduction elle voit émerger ses  premiers descendants qui restent dans le nid mais ne participent pas et le quittent ensuite pour construire le leur. La femelle hiverne dans le nid et au printemps  construit un nouveau nid. Il n'y a qu'une génération par an;les femelles sont visibles d'avril à septembre, les mâles à partir  de la mi-juin .

Deux belles Halictes dans le coquelicot

Ce matin encore j’en ai vu une dizaine sur les fleurs de coquelicots, mais elles aiment aussi les astéracées, les scabieuses, ..Elles ne sont pas spécialisées sur une famille de plantes. En juillet je les vois sur les lavandes.

Halicte quadricinctus sur une goutte d'eau sucrée

En regardant  ma jolie visiteuse «  sucer » la goutte sucrée que je lui aie donnée pour la récompenser et lui donner une belle énergie pour reprendre sa vie solitaire, on voit que la langue est articulée et se déploie en quelque sorte sous le menton.
Halicte quadricinctus sur une goutte d'eau sucrée, détail
 On y voit bien les palpes latéraux et la manière dont est aspiré le liquide.
Halicte quadricinctus : détail de la langue

A quoi servent donc les mandibules de ces abeilles ?
D’après mes observations sur d’autres espèces, elles servent à creuser le sol pour y faire la galerie, puis à lisser, maçonner les parois qui recevront les alvéoles  où seront pondus les œufs, et aussi à façonner les boules de pollen qui leur serviront de nourriture.

Halicte quadricinctus : une acrobate à la toilette


Admirez cette belle acrobate: les pattes avant venaient de nettoyer la tête, celle arrières s'occupent de l'abdomen.
C'est une abeille visible partout en Europe , mais mise en danger par la raréfaction de son habitat, des sols  compacts, sablonneux ou argileux des chemins creux ou des talus peu végétalisés.
J'espère que vous aurez l'occasion de voir ces belles abeilles solitaires sur les fleurs lors de vos promenades estivales!

dimanche 2 juin 2019

Gymnosoma clavatum (probable) mâle et femelle,des tachinaires coccinelles!


Appelée aussi tachinaire coccinelle, cette mouche fait partie de la famille des Gymnosoma ce qui signifie corps nu , sa  pilosité  est bien moins  importante que chez les autres Tachinaires(surtout très peu visible).
Gymnosoma clavatum femelle, en surveillance

Les exemplaires que j’ai trouvés ont une forte probabiltié d’être Gymnosoma clavatum.
J’ai d’abord trouvé la femelle à proximité de « ma réserve de punaises », punaises brunes(Coreus marginatus) et  punaises vertes (Nezara viridula) qui se rassemblent sur des pieds de blettes montés en graines.

Gymnosoma clavatum femelle, flèches indiquant les taches de pruinosité grise sur le thorax

Vous aurez compris que ce n’est pas pour admirer le paysage que madame se poste ici. Elle attend de pondre ! Gymnosoma pond ses oeufs sur les punaises pentatomides comme Nezara viridula. Un œuf par punaise.. La larve se développe à l’intérieur du corps de la punaise, provoquant sa mort.

La mouche atteint de 6 à 8mm, habillée de noir sur le thorax( pour la femelle) et de rouge sur l’abdomen, avec cette décoration en forme de clou chez la femelle essentiellement. La femelle aussi possède 3 taches de pruinosité sur le thorax(les flèches sur la photo du haut et le rond sur ce gros plan)
Gymnosoma clavatum femelle, détail de la tache de pruinosité grise sur le thorax

Le lendemain , j’ai trouvé sur le même pied de blette un autre individu, qui est un mâle .
Gymnosoma clavatum mâle

 Ce n’est pas la position des yeux, qui éclaire le sexe de cette mouche. Mâle et femelle ont les yeux écartés, mais le mâle a le thorax d’une jolie couleur dorée(on parle toujours de pruinosité), qui va jusqu’à la suture entre les différentes parties du thorax.

Gymnosoma clavatum mâle,détail du pronotum avec sa pruinosité dorée

C’est l’abdomen , rouge avec des dessins noirs en forme de clou pour la femelle, plus arrondi pour le mâle qui lui a donné ce surnom de tachinaire coccinelle.
Gymnosoma clavatum femelle,détail de l'abdomen*

Les pattes sont noires et les ailes jaunes à la base et un peu assombries. Les antennes noires et les yeux composés sont rouges.
Gymnosoma clavatum femelle,détail des yeux composés*

 Le lendemain j'ai trouvé une femelle sur une fleur de pissenlit, couverte de pollen, et bien immobile. Elle s'était fait piéger par une araignée saltique en embuscade. C'est elle que j'ai pu voir de très près pour en examiner les détails.

Gymnosoma clavatum mâle
Ces petites mouches limitent ainsi la population des punaises. On les rencontre dans toute l'Europe.
*Images grossies 3 fois

mercredi 29 mai 2019

Criquet égyptien : on se marie en Mai!

Ouf, le mois de Mai se termine, dépêchons-nous, voilà ce qu'ont dû se dire ces deux criquets égyptiens.
C'est en observant les visiteurs sur des pieds de bettes en fleurs que j'ai vu à mi-hauteur ces deux "géants" dans le monde des insectes.
Sans problème, sans renoncer à assurer la perpétuité de leur espèce, j'ai pu les promener dans le jardin pour choisir des fonds de couleurs différentes en guise de photos souvenir!
A la fin de la séance, notre gentil couple a été replacé dans la végétation d'origine!
Voici leur album souvenir!



On voit la différence de taille entre madame et monsieur!


Madame est solidement agrippée à la tige, et Monsieur sur le dos de Madame.




Sur fond de ciel bleu , après une nuit d'orage le soleil brille ce matin !



Sur fond de coquelicots!



Le message est clair, on aimerait que cela se termine



Heureusement que j'ai trouvé un chapeau pour me protéger du soleil !


Ce sera la fin de la séance: un grand merci pour votre patience à tous deux!