lundi 2 mars 2015

Mistletoebird, le mangeur de gui(Dicaeum hirundinaceum,Dicée hirondelle)

Voici encore un oiseau australien paré de jolies couleurs: ce rouge si voyant, du bleu presque noir et du blanc. Mais il présente une autre particularité bien plus curieuse que ses couleurs.

Mistletoebird,Dicaeum hirundinaceum, mâle

Pour les anglophones, le mystère est vite résolu, Mistletoe, oriente vers la famille de plantes parasites à laquelle appartient le gui( qui est visible en hiver dans les arbres dénudés), il en existe plus de 80 espèces en Australie.

Dicaeum hirundinaceum, mâle, se nourrissant de baies

Pour consommer beaucoup de fruits du gui,qui sont très toxiques , surtout pour de petits animaux, leur système digestif s’est adapté. Ils possèdent un gésier rudimentaire et le transit entre le gésier et l’intestin est très bref. Les baies du gui transitent en moins de 4 mn dans leur corps. Les déjections sur les branches propagent le parasite. Cet oiseau est le premier propagateur des semences de gui sur les autres arbres.

Mistletoebird, écrasant une baie pour en avaler les sucs

Il existe 4 sous espèces de Mistletoebird en Australasie, mais une seule en Australie. J’avais déjà rencontré le Mistletoebird (Dicaeum hirundinaceum)à Atherton, plus à l’est dans le Queensland.

Dicaeum hirundinaceum, mâle, dans un callistémon cherchant des insectes ou du nectar
 
Visiblement il n’y avait pas de gui dans ce grand callistémon et l’oiseau cherchait soit de petits insectes ou du nectar dont ces fleurs doivent être riches étant donné le nombre important de méliphages qui les visitent.Il était sur les mêmes arbres que le Myzomèle écarlate de la publication précédente Il ne consomme pas exclusivement du gui, mais aussi en plus des insectes et du nectar, d'autres baies comme je le verrais plus tard .

La baie machouillée par  le Mistletoebird

C'est enfin dans le Territoire du Nord que j'ai passé un moment avec lui! C'est sur cette haie pas très haute et mâchonnant ces fruits verts que je ne saurai nommer, que j’ai pu observer l’oiseau. Il est resté plus de 15 mn à suçoter avec son bec pointu cette baie de la taille d’un noyau de cerise. Il n’a jamais cherché à l’avaler, il appuyait sur la chair pour en faire sortir les sucs. Ses positions acrobatiques, le plus souvent la tête en bas me compliquèrent bien les prises de vue!
Vue de dos un bleu profond qui tranche avec le rouge de la gorge.


Ensuite il passera du temps à se nettoyer minutieusement le plumage. Le mâle est reconnaissable à sa gorge rouge. La tête et le dos sont d’un bleu profond L’abdomen blanc avec une bande noire au milieu,  la femelle est plus terne, grise.
 
Dicaeum hirundinaceum, un bel oiseau!

On  trouve ces petits oiseaux (9 à 11cm) dans les zones boisées partout où il y a des arbres parasités par le gui. Leur principale nourriture est constituée des fruits du gui, mais ils consomment aussi d’autres fruits et des insectes. Dicaeum hirundinaceum est nomade à travers l’Australie .

mardi 24 février 2015

Le Myzomèle écarlate (Scarlet Honeyeater, Myzomela sanguinolenta), rouge et noir!


 

Dans mon guide des oiseaux australiens de nombreuses pages sont consacrées aux Méliphages (Honeyeaters), les masqués, les unicolores, ceux qui ont des oreillons, de longs becs, des becs fins, des ailes jaunes…Vous aurez compris que de nombreuses espèces d’oiseaux se nourrissent de nectar et que souvent leur morphologie est adaptée à leur source de nourriture.

Je me permets de mettre un lien vers une page d’un ornithologue qui présente de très belles photos de ces oiseaux rencontrés sur tous les continents particulièrement en Asie et en Amérique !
En voici un , le Myzomèle écarlate que nous avons rencontré dans l'est du Queensland.

Le Myzomèle écarlate , mâle.
 Le Myzomèle écarlate qui porte le joli nom de Scarlet Honeyeater est  attiré par des fleurs tubulaires.Il n’est pas bien grand, entre 10 et 11cm ; pendant qu’il va chercher la minuscule goutte de nectar au fond de la corolle, les grains de pollen se collent sur son front. Il fait partie du groupe des long billed Honeyeaters(Méliphage à long bec).
Son bec très fin et long lui permet de plonger au cœur de la fleur

Il  le transporte  ensuite le pollen de fleur en fleur. Il rend ainsi bien des services pour assurer la diversité des espèces végétales !

Les Myzomèles écarlates sont nomades parce qu’ils suivent les floraisons des arbres sur lesquels ils se nourrissent, on les rencontre dans les forêts et les zones boisées de l’Est australien..

 


L’oiseau se nourrit principalement de nectar et parfois aussi sur les fruits et d’ insectes. Il a tendance à se nourrir dans les niveaux supérieurs de la canopée, recherchant sa  nourriture dans les fleurs et le feuillage, généralement seul parfois , en couple ou en petits groupes.
Scarlet Honeyeater,  Myzomela sanguinolenta, dans son milieu 
 
Nous l’avons trouvé une seule fois au cours de notre voyage, sur ces callistémons de la taille d’arbres de 5 à 6m de haut ,abondamment fleuris . Voir un oiseau aux couleurs rouges sur des fleurs rouges ,  fut difficile.

 Le Myzomèle écarlate, a la tête, le haut du dos et du ventre d’un rouge vif chez le mâle. Les ailes sont noires et le bas de l’abdomen blanc.



 Myzomela sanguinolenta , rouge comme la fleur sur laquelle il se nourrit!

Je n’ai vu que ce mâle solitaire. La femelle quant à elle, n’a que la tête rouge le reste du corps est beige et les ailes brunes.
Mais quel bel oiseau!

vendredi 20 février 2015

Capucin donacole,(Chestnut breasted Mannikin, Lonchura castaneothorax )


Voici d’autres petits oiseaux, les Capucins donacoles, que nous avons rencontrés, souvent en grands groupes dans la zone côtière allant de Sydney à Broome. 
Capucin donacole,mâle

C’est sur le plateau d’Atherton que nous avons eu l’occasion de mieux les photographier  comme souvent, autour d’une buvette. La chaleur difficile à supporter attirait souvent la gent ailée autour du moindre point d’eau !
Capucins donacoles groupe au bain

Les Capucins donacoles ne font guère plus de 10 cm, leur jolie couleur noisette se trouve sur la poitrine , les ailes et le dos sont davantage marron, le ventre d'un joli blanc.
Dans la végétation

Ces Capucins, vivent dans les plantations de canne à sucre, les mangroves, les bois particulièrement près de l’eau ! En effet , dans la nature les endroits où nous les avons rencontrés n’étaient jamais éloignés de l’eau, même s’il ne s’agissait que d’une petite mare.
Capucins donacoles, couple sortant du bain!

Mâle et femelle sont presque  semblables, la femelle aux couleurs un peu moins vives.


Les capucins donacoles se nourrissent de graminées ;ils s’accrochent souvent  sur les plantes pour consommer les  graines et volettent dans la végétation d’une source de nourriture à une autre.
On observe les environs pour trouver de la nourriture

 Bien difficile alors de les repérer dans la végétation sèche. C’est  quand ils sont au repos sur une petite branche, en train de faire la toilette ou de chercher une nouvelle source de nourriture légèrement perchés en hauteur qu’on peut les admirer.
Même de dos , le Capucin donacole présente ses jolies couleurs noisette
Pour en savoir un peu plus ici

vendredi 13 février 2015

Diamant mandarin(Zebra finch,Taeniopygia guttata, ) petit et magnifique.


Nous avons souvent rencontré ces petits oiseaux (10cm seulement) au cours de notre voyage , en bandes parfois nombreuses, jamais en isolé, mais toujours difficiles à approcher ! 
Diamant mandarin , mâle
 
 Ils se nourrissent au sol et on les aperçoit difficilement dans la végétation ou les broussailles .Et dans le groupe il y en a toujours un ou plusieurs qui préviennent de votre approche et  pfff….tout le monde s’envole !
Diamant mandarin , mâle, au sol se nourrissant de graines.

Nous avons passé de longues  marches en leur compagnie car ils sont magnifiques. Les mâles sont les plus voyants et  les plus colorés. Comme ils sont petits et si beaux ils sont aussi élevés, parait-il facilement. Mais c’est bien plus agréable  de les voir voleter en groupe et les entendre gazouiller !
Diamants mandarins ,deux mâles et trois femelles.

Le mâle a une tache rouge orange sur la joue, un joli collier de plumes claires zébrées de noir autour du cou, sans doute le nom de Zebra finch en anglais leur vient-il de là. La couleur orange ponctuée de blanc revient sur les flancs, la queue noire est aussi rayée de blanc. Les pattes et le bec sont rouge orange soutenu. Le bec est bordé de deux fines moustaches noires encadrant une zone blanche.

Diamants mandarins, couple, la femelle au premier plan

On retrouve cette moustache chez la femelle mais la jolie tache rouge sur les joues est absente ainsi que les rayures sur la poitrine et la couleur orange sur les flancs.

Diamant mandarin juvénile, le bec est noir

Les jeunes sont aussi peu colorés que la femelle mais se distinguent par leur bec noir !
Diamant mandarin juvénile

Les Diamants mandarins sont granivores et mangent des graines tombées au sol. Ils se réfugient dans les buissons pour faire leur toilette, s’attendre les uns les autres et passent ainsi de bosquets en bosquets.
Diamant mandarin:  deux couples.

Ce ont les petits oiseaux que nous avons vu le plus souvent dans le bush, jamais dans les campings ou les parcs urbains.
Un beau mâle de Diamant mandarin
 
Pour en savoir davantage :ici

jeudi 5 février 2015

Les Oedicnèmes bridés:des parents attentifs (Burhinus grallarius - Bush Stone-curlew)


Voici le héros de ma petite histoire.
Il a 3 jours.
 Poussin Oedicnème bridé, âgé de 3 jours
 

Il a un peu plus de 15cm de haut et vit dans un terrain de camping, dans les environs de Cairns, Queensland. Nous sommes début octobre. Comme tous les petits de son espèce, il suit ses parents dès sa naissance. Ceux-ci veillent attentivement sur leurs petits(en général deux) et les nourrissent bien sûr.

Nocturnes, ces oiseaux sont peu visibles le jour se dissimulant dans la végétation grâce à leur plumage cryptique. Le titre vous l’indiquant nous sommes en présence d’un petit Oedicnème bridé.

Famille d'Oedinèmes bridés, formée de 2 adultes  et 2 jeunes poussins

 Les adultes, haut sur pattes, atteignent entre 50 et 60cm.

Leurs grands yeux aident à trouver des insectes, des petits reptiles, des graines lorsque tombe le jour. On le trouve sur toutes les zones à la végétation basse, mais la destruction de cet habitat entraine la raréfaction de l’espèce protégée maintenant dans certains états.
Il commence à faire chaud, faut trouver un coin à l'ombre! En avant!

Au petit matin, la famille cherche un coin à l’ombre pour passer les moments chauds de la journée. Les adultes, qui se sont nourris la nuit, mènent doucement la petite famille.
Le vaillant petit Oedicnème bridé devant cet obstacle infranchissable.

 Un des adultes est à l’avant et l’autre ferme la marche. On avance tout doucement les petites pattes des oisillons ne permettent pas de grandes enjambées. L’adulte en tête et un des jeunes passent sur une plate-forme en béton qui sert pour garer la caravane. Le second juvénile à son tour essaie de franchir l’obstacle : il faut franchir les 15cm de hauteur de cette plate- forme : une fois, deux fois, les essais échouent. Pas grave, le vaillant petit Oedicnème recommence, se couche presque sur cet obstacle si difficile à franchir, hélas retombe ! Toujours volontaire et décidé à suivre les traces de son grand frère, il recommence. Plus raisonnable, l’adulte de tête qui attendait, comprend la situation, sur ses pattes encore trop petites le vaillant petit n’y arrivera pas !
Bon , cela ne sert à rien de rester ici: demi -tour on va chercher un autre passage!

Alors, demi tour , l’adulte et l’ainé des oisillons reviennent sur leur pas , et toute la famille contourne l’obstacle en passant autour de celui-ci !

Oedicnèmes bridés : sous les ailes protectrices de maman (ou de papa), enfin à l'ombre.

Et tout finit merveilleusement bien , à l’ombre, sous les ailes protectrices de maman ou de papa, les sexes étant semblables !
J’ai été attendrie de voir comment ces oiseaux s'occupaient de leurs petits!