samedi 23 mai 2015

Des petits trous et encore des petits trous dans les Malvacées. Ou comment Trachys troglodytiformis et,Podagrica fuscicornis ornent nos Mauves ou Lavatères!

Les petits trous sur vos mauves, rose trémières…, c’est nous!
Eh,  ne vous trompez pas nous sommes deux pour faire de jolis trous, beaucoup de petits trous…
Altise Podagrica fuscicornis , en haut et Bupreste Tachys troglodytiformis en bas, les deux compères poinçonneurs 

Deux , oui, mais pas de la même famille
Il n’y a que de loin qu’on se ressemble..

Nous allons nous présenter, d’abord moi, je suis le plus beau, j’appartiens à la belle  famille des Buprestes. J’ai quelques cousins  que vous connaissez déjà :Acmaedora pilosellae,, le gros Capnodistenebrionis,les belles Anthaxies,…Tous bien plus grands que moi
Trachys troglodytiformis, un tout petit bupreste

Je suis un des plus petits, juste entre 2 et 3,5mm. Mon nom ?
Trachys coruscus aujourd’hui dénommé troglodytiformis, ou encore Trachys étincelant !
Trachys troglodytiformis, en couple, le mâle encore plus petit que la femelle

Je suis de plus très très commun dans le jardin de Lucie, je squatte et je poinçonne surtout ses plants de lavatères ponctuées(Lavatera punctata) !Bon ailleurs, les roses trémières, les mauves , les guimauves me conviennent aussi et je me régale de toutes ces plantes dans la moitié sud de la France où je suis très répandu et visible surtout de de mars à fin octobre. En hiver je me planque sous les mousses.
Bon comment me reconnaitre ?
Trachys troglodytiformis, vue de dessus, un pronotum joliment ondulé!

Outre ma petite taille on voit surtout deux couleurs : mon pronotum rouge, orange doré, ma tête que je cache bien  est aussi de cette couleur.  Ensuite mes élytres bleus assez sombres. Comme bien des Buprestes j’ai de petites antennes que l’on voit peu Je suis assez difficile à photographier car mes surfaces chitineuses renvoient les reflets et surtout pensez bien que je joue à cache- cache avec beaucoup de zèle. Et j’aime bien me laisser tomber au plus profond de la plante !

Podagrica  fuscicornis, orange et bleu sombre,bien visible sur les fleurs

Bon maintenant à mon tour, je ne suis pas beaucoup plus grand (3 à 6 mm) plus grand mais contrairement à mon collègue moi je montre fièrement ma belle tête ! Je suis une Altise : Podagrica fuscicornis, autrement dit l’Altise à antennes brunes car moi je les montre fièrement mes antennes, elles sont orangées , à partir du 6ème article légèrement obscurcies. L’orange est d’ailleurs ma couleur , sauf sur les élytres , qui sont bleus ! Un joli bleu sombre  qui contraste bien sur les images avec le reste de mon anatomie.

Podagrica  fuscicornis, les dépressions de mon pronotum sont cerclées, la ponctuation de mes élytres bien visible.

Mon pronotum est finement ponctué, mes élytres avec une ponctuation bien plus forte qui fait des semblants de lignes.
Mon pronotum présente une jolie bordure, avec deux légères dépressions une bien visible à la base à proximité de l’angle postérieur, l’autre derrière l’œil.( Voir sur la photo ci-dessus)
Moi je saute comme toutes les altises alors quand je veux m’échapper, hop un petit bond et je disparais dans la végétation. Mais je ne suis jamais loin de mes plantes nourricières les Malva,Alcea Lavatera.
Altise Podagrica fuscicornis, je sais aussi faire des trous dans les fleurs avec mes solides mandibules!

Les mâles sont souvent un peu plus petits et présentent le 1er article des tarses dilatés, ce qui est visible sur la photo ci-dessous.
 Podagrica fuscicornis, mâle détail des tarses 


Cela ne nous  empêche pas de faire de jolis petits trous dans les Malvacées sauvages ou cultivées ! Vous pouvez me voir jusqu’au mois de septembre et dans toute la France et bien au-delà , dans presque toute l’Europe sauf les régions les plus nordiques.

Petite précision , leurs trous ne mettent pas en danger la plante et ne l'empêche pas de fleurir ni de produire des graines.

mardi 19 mai 2015

Anthaxia nitidula, Anthaxie brillante , un nouveau petit bijou!

Les bijoux sont de retour au jardin !

Voici une nouvelle anthaxie aperçue ces jours derniers au jardin .
Anthaxia nitidula : un mâle bien vert, mais bien brillant!

C’est d’abord le mâle qui s’est montré mais n’a pas daigné passer du temps en ma compagnie :posé sur les feuilles du noisetier il a vite pris son envol.
Un peu plus tard j’ai vu sa copine et je ne suis pas laissée surprendre. Je l’ai attrapée et nous avons fait la traditionnelle séance photo.
L’Anthaxie brillante est petite : entre 5 et 7mm.
Anthaxia nitidula femelle, de petite taille mais rutilante, on peut noter la couleur rouge sous les élytres!

Et la description faite par Gaëtan du Chatenet dans Coléoptères phytophages d’Europe, colle parfaitement à mes individus observés.

D’abord le mâle il est entièrement vert et s’il ne m’a pas laissé beaucoup de temps pour l’admirer, sa forme générale correspond bien à Anthaxia nitidula.
Sur photo on voit bien sa couleur : il est vert  doré et brillant .Le pronotum  des ces Anthaxies est traverse ( ce qui signifie plus large que long), la plus grande largeur se situe à l’avant avec un bord bisinué que l'on voit bien sur la photo ci-dessous..
Anthaxia nitidula femelle, vue de dessus, pronotum et élytres ridés*

La femelle permet de mieux voir ces détails. Sa couleur est différente, la tête et le pronotum sont rouges ce qui tranche avec le reste vert comme le mâle.(La couleur de la tête et du pronotum de la femelle peuvent aussi être dorés).On note aussi sur les photos grossies la structure ridée de ce pronotum et de la tête.
"Le bord antérieur du pronotum  fortement bisinué avec deux larges dépressions dans les angles postérieurs". 
Anthaxia nitidula femelle, des élytres qui s'élargissent jusqu'aux deux tiers postérieurs*

La forme des élytres est aussi particulière :ils s’élargissent légèrement de l’avant vers l’arrière , c’est au tiers postérieur qu’ils sont les plus larges.

Anthaxia nitidula femelle: prête à s'envoler*

Où peut-on les voir en cette saison? Sur les églantines, les marguerites, les achillées, les fleurs des ronces, des aubépines, des genêts, des viornes.Je les trouve essentiellement sur les fleurs jaunes.
Mais les larves se développent dans les jeunes rameaux des pruniers, prunelliers, merisiers, amandiers et aubépines.

Petite  précision ces insectes volent très bien On peut les rencontrer partout en France et en Europe centrale.
Un lien vers un site allemand qui aide à les identifier.

*photos grossies 3 fois

vendredi 15 mai 2015

Fallenia fasciata, de belles mouches

Lors de notre récente sortie dans la garrigue autour de 1000 mètres d’altitude, j’ai retrouvé avec plaisir cette belle mouche.
Fallenia fasciata, femelle

 C’est ce qui me donne l’occasion de la présenter et de ressortir les photos d’années précédentes.
Ce beau nounours  aux yeux chatoyants, est en effet une mouche.
Fallenia fasciata, un couple, le mâle est en haut.(Un coléoptère cryptocephalus sur le côté de l'inflorescence)

Les Fallenia fasciata sont des Diptères avec deux ailes et ne présentent aucun risque pour nous. 
Ce qui est caractéristique et c’est bien visible sur les photos de couple, le mâle est celui qui est le plus coloré. Les premiers articles de l’abdomen sont couverts d’une abondante pilosité orangée.
Leur trompe dirigée vers le bas, les distingue aisément des Bombyles ( trompe dirigée vers l'avant).
Fallenia fasciata,couple,la longue  trompe de la femelle  sortie et agitant ses ailes pour tenir"en l'air"!

La femelle est couverte de poils clairs, grisâtres.Tous deux ont de superbes yeux.
Fallenia fasciata,couple, trompe sortie chez les deux individus et la femelle enfin posée

J’ai toujours vu ces mouches se nourrir sur des chardons. C’est grâce à leur langue très longue qu’ils peuvent aller chercher un peu de nectar au fond de ces fleurs .
Fallenia fasciata,mâle de face.

Sur la photo ci- dessus on voit bien la nervation de l'aile caractéristique de la famille des Nemestrinidae, détaillée ici


Fallenia fasciata mâle vu de dos
Ici on voit bien de dos la différence de pilosité entre le haut de l'abdomen plus roux du mâle et le reste découvert, seulement poilu sur les côtés.
Fallenia fasciata, mâle, au cœur du chardon!
 Si les adultes se nourrissent essentiellement sur les chardons, je les vois toujours sur ces plantes, en particulier Carduus litigiosus, très répandu par chez nous, les larves elles, dévorent celles d'autres insectes en particulier celles d'Orthoptères et de Scarabaeidae.

Ces belles mouches sont davantage présentes dans la moitié sud du pays,on peut les observer de mai à août! C'est le moment de scruter ce qui vole autour des chardons! 

jeudi 7 mai 2015

Lixus punctiventris,, un charançon couleur de brique!


L’autre jour en parcourant la pelouse, je vois de loin un insecte sur un plant de blettes en train de pousser au milieu de l’herbe. En m’approchant je pense voir un des Lixus juncii déjà présents sur les pieds de blettes qui montent en graine en cette saison.
Lixus punctiventris, joliment coloré

Mais de suite la couleur rouille que je remarque me dit que j’ai affaire à une autre espèce. Car les Lixus juncii qui vivent sur mes plants sont tous identiques et se reconnaissent à leur couleur jaune orangée et une petite bande claire.
La clé que j’ai déjà utilisée permet d’identifier mon visiteur.


Le premier critère concernant les deux premiers articles du funicule antennaire est difficile à voir autrement que sur photo.
Mais il n’y a qu’un seul cas où le second article est plus long que le premier, peu de chances de se tromper en passant au numéro 2 de la clé
Notre insecte n’a pas de bande pubescente transversale blanche

Retour aux antennes : le scape ( voir flèche) est nettement plus long que les 2 premiers articles réunis , c’est le cas on passe au numéro 4
Lixus punctiventris, détail des antennes

Case 4 : les élytres n’ont pas de bande  latérale blanche bien distincte , on va au numéro 5
 Case 5 Observation de la partie terminale des élytres : les nôtres sont arrondies et non mucronées (  qui porte une pointe raide ), on fait un grand bond pour rejoindre la case 16
Lixus punctiventris, vue de dos, les élytres arrondies au bout

  Case 16 Je lis «  Prothorax  sans  lobes  oculaires  en  forme  de  petite  dent  saillante.  Premier  article  du  funicule seulement environ 1,5 fois aussi long que large ».
Lixus punctiventris, vue de face

Je ne vois pas de dent près de l’œil et surtout pas de longues soies comme décrit pour la seconde option que l’on nous propose à ce stade .
Pour la proposition suivante je prends aussi en considérant les 2 propositions,  ayant du mal à voir  la ponctuation prothoracique , car mon insecte, tout neuf est bien couvert
Mais à la case 18 tout devient clair car notre sujet a « l’abdomen densément pubescent, à gros points dénudés »
Lixus punctiventris, le ventre ponctué de gros points sombres qui sont dépourvus de poils

Ensuite il faut observer les profémurs( fémurs antérieurs), ils sont simples. Mais surtout notre sujet présente bien « un revêtement  dorsal  à  pubescence  légère  cendrée, le  prothorax  avec  une  fine  bande  médiane  claire peu  tranchée. Surtout ce qui est bien visible et caractérise cet insecte : les  élytres  ornés  d'une  petite  tache  basale  sur  le  2e  interstrie  et  de  quelques  vagues mouchetures le long des stries »

Lixus punctiventris, les taches claires à la base des élytres

Nous y voilà : punctiventris . Avec les gros points qu’il porte sur le ventre , il est bien nommé!

Dans la description faite ensuite, je trouve les détails qui complètent le portrait de notre insecte :
les  côtés  du  prothorax  ornés  d'une  bande  blanchâtre  peu  tranchée, brièvement prolongée  sur l'épaule .
Voici un insecte que l’on trouve presque partout en France, particulièrement dans les régions côtières du Nord. La larve vit dans les tiges des composés tels que les séneçons et certains crépis(biennis, vesicaria), plantes répandues(c'est sans de sur ces plantes que s'est développé mon sujet).

C'est aussi l'occasion de remercier l'auteur de la clé, mise à disposition des curieux pour les aider à identifier les petites bêtes qui se promènent dans nos jardins, un grand merci !


jeudi 30 avril 2015

Bon 1er Mai!

Bon 1er mai à tous!

Un grand merci aux visiteurs réguliers du blog et surtout à ceux qui me laissent un message pour commenter les petites bêtes qui se promènent dans mon jardin ou la nature environnante. Elles sont petites et on ne les regrette que lorsqu’on se rend compte que leur disparition nous porte préjudice ! Je fais allusion à nos abeilles dont nous avons tous besoin.

Et je  profite aussi de cette occasion pour faire avec vous un tour différent dans le jardin. C’est l’occasion de vous le présenter sous un aspect plus fleuri qu’entomologique.

On y trouve des fleurs cultivées qui me ravissent à chaque printemps, mais beaucoup d'autres se sont invitées et s'y plaisent.
C'est le cas de bel iris qui m'accompagne depuis de longues années. Seul défaut, ses hautes tiges sont sensibles au vent. Vous remarquerez qu'il a déjà servi de repas à un petit gourmand!

Pour agrémenter ma prairie j’ai semé ce beau trèfle, le trèfle incarnat commence à fleurir.
Alors que celui des prés se fane déjà!
Ce matin ce joli coquelicot m'a fait un grand sourire!

Tandis que le gaillet m'accroche à chaque passage, mais m'offre ses petites fleurs  et nourrit bien des insectes.

Une jolie rose simple se plait  tout au fond, sous l'arbre de Judée!

Voici un autre indéterminé ,sans doute un crépis qui pousse en bordure de la prairie.
En voici  des promesses de fruits , de framboises délicieuses!
Ici peut être du raisin!
Et là, l'emblème du blog! Il ne  leur reste plus qu'à mûrir pour nous offrir de belles groseilles, promesses de gelée ou de confitures délicieuses!
Ici de l'ail rose, semé au gré du vent et qui montre ses délicates fleurs en cette saison!
 Et pour achever la promenade , un peu de menthe à feuilles rondes, avec ses petits locataires, dont nous reparlerons bientôt!!



A tous, un joli mois de mai plein de belles découvertes dans vos jardins ou dans la nature!