lundi 8 juillet 2019

Tetralonia malvae femelle (Eucère de la mauve) aime les Mauves



Comme l’an passé, j’ai retrouvé les mâles de la belle Tetralonia malvia en train de dormir dans les Lavatères ponctuées.Voir ici 
 
Tetralonia malvae femelle au butinage sur la Mauve sylvestre
Comme l’an passé j’ai observé les femelles en vol rapide, les pattes arrières chargées de grains de pollen bien blanc prélevé sur les étamines ; mais j’ai eu la chance de cueillir une femelle peut être moins bien réveillée que ses copines.
Et nous avons passé un petit moment ensemble à lui tirer le portrait.
Tetralonia malvae femelle avant d'être couverte de pollen.

Quelques informations disponibles sur le net ici 
  •  base et marge terminale de  tergites 2 et 3 avec bande feutrée(les bandes blanches encadrent alors une zone brune)
  •  Sur le T4,(tergite4) il y a uniquement une bande  feutrée blanche à la fin du tergite 
  •  le dernier tergite porte une pilosité blanche sur les côtés mais brune au centre.


Tetralonia malvae femelle détail de l'abdomen avec ses bandes feutrées blanches

  • pilosité de la brosse tibiale 3 clairsemée.On le voit bien sur la photo du dessous où l'abeille n'a fait que peu de récolte. Alors que  sur les vues  prises lorsque les butineuses sont en pleine action , les grains de pollen cachent les  poils de la brosse. 

Tetralonia malvae femelle détail  de sa brosse tibiale  hirsute sur la dernière paire de pattes

  •  Si le clypeus du mâle est jaune, celui de la femelle est tout noir.

Tetralonia malvae femelle  avec  son clypeus  noir

Je vois ces belles abeilles en nombre sur les Lavatères ponctuées et les Mauves sylvestres depuis depuis le début du mois.
Tetralonia malvae s’appelle aussi(s’appelait) Eucera macroglossum et sur cette page en allemand se trouvent des infoscomplémentaires.

Tetralonia malvae femelle  en plein travail!


C’est une espèce qui vole de la mi-juin à septembre chez nous, mais c’est surtout au mois de juillet qu’elles sont les plus abondantes chez moi.
Tetralonia malvae femelle  une championne!

 Ce qui correspond aussi à la période où les Lavatères ponctuées et les Mauves sylvestres sont le plus en fleurs puisque Tetralonia malvae est oligolectique sur les Malvaceae.

samedi 29 juin 2019

Philipomyia graeca, femelle taon aux très beaux yeux verts.


Certains insectes insistent vraiment pour être vus et mieux connus.
Philipomyia  graeca, femelle se nettoie la l'appareil buccal.

C’est le cas de ce taon dont pas moins de 4 exemplaires ont atterri  sur les fenêtres de la cuisine pour être capturés et photographiés.
C’étaient toutes des femelles et si les 2 premières ont très rapidement retrouvé l’extérieur, j’ai quand même eu deux exemplaires qui ont accepté une séance photo où j’ai pu voir les principaux caractères distinctifs.

Philipomyia  graeca, femelle avec son antenne rougeâtre particulière

Ce qui étonne d’abord ce sont bien sûr ces gros yeux d’un beau vert et même avec des nuances de bleu pour la deuxième femelle.

Philipomyia  graeca, femelle, des yeux changeants

Leurs yeux écartés distinguent les femelles des mâles. Dans la famille des taons,  on sait que ce sont les femelles qui piquent les animaux ( et les humains) pour prélever du sang . Les mâles sont inoffensifs.
Une curiosité: sous les griffes au bout des tarses des pelotes aident au maintien sur le support.(voir photo plus bas)
Grâce à un message sur le site insecte .org, j’ai quelques infos pour m’aider :
  • Les yeux verts, nus, les antennes rougeâtres et la taille(20mm) orientent vers le genre Philipomyia.

Philipomyia  graeca, femelle détail de l'article 3 de l'antenne

  • Le détail de l’antenne avec cette importante dent au 3ème article, la couleur assez claire nous donne  P.graeca, ..( Il n’y a que 2 espèces de Philipomyia en France, la seconde est P.aprica)

Philipomyia  graeca, femelle, une pilosité dorée et des ailes hyalines et jaunes

J’ai ensuite cherché d’autres détails qui pourraient me conforter dans mon identification et j’ai trouvé sur Diptera .info, un message très clair. 
  • « Graeca est beaucoup plus doré, antenne presque complètement orange dans le segment 3, dont la  vue latérale  est beaucoup plus large ».

Philipomyia  graeca, femelle pelotes sous les griffes

  • Autre précision intéressante, graeca est une espèce confiné aux terres basses, alors que l’autre espèce(aprica) est  montagnarde et que les deux espèces ne se chevauchent pas.

Philipomyia  graeca, femelle 

 De plus sur ce fil de discussion on présente des schémas des antennes qui ajoutent à la précision des infos.

C'est un insecte assez méridional en Europe, visible de mai à septembre.Mais je n'ai pas trouvé d'informations sur son mode de vie.

lundi 24 juin 2019

Anthidium manicatum,une femelle à la cueillette pour préparer le nid !

Une belle abeille cotonnière cette Anthidie à manchettes, son petit nom.
Dans le jardin j’ai des cinéraires maritimes, des sauges aux feuilles et tiges bien velues à l’intention de ces abeilles cueilleuses de fibres végétales .
Anthidium manicatum femelle,  récoltant des fibres pour y installer son œuf.

Hier matin j’ai été surprise d’en voir une sur le seul exemplaire d’Echinops ritro du jardin .
Je n’ai pas pu m’approcher de trop près pour ne pas écraser les fleurs plantées à l'avant et ne pas effrayer l’active cueilleuse.
La jolie boule de fibres!

La scène n’a que peu duré : l’arrivée inopinée d’une fourmi a fait fuir l‘abeille. J’ai pu constater la parfaite rotondité de la boule de fibres.
L’après –midi j’ai constaté qu’elle avait disparu, le travail méticuleux n’était pas perdu !
Mais ces quelques images sont l’occasion de rencontrer une nouvelle espèce d’abeille solitaire dans le jardin.
Il s’agit bien sûr d’une femelle qui recueille les fibres végétales pour y installer son œuf.
Anthidium manicatum femelle, tergite 6 taché de jaune, on le voit un peu!

Comment identifier Anthidiuma manicatum :
-la face et les tergites présentent des taches jaunes
-la marge antérieure du clypeus est jaune et dentée finement
-le tergite 6(le dernier) est aussi taché de jaune
-la brosse ventrale est jaunâtre et les fémurs 2 et 3 ont une grosse tache jaune(chez moi, c’est plutôt orangé)
Les mégatarses avec leur aspect laineux destiné au recueil des sécrétions végétales.

Dans la description les auteurs précisent en plus que les métatarses ont un aspect laineux : ce sont des poils spécialisés qui récoltent des sécrétions des plantes qui vont nourrir la larve.
Détail du clypeus, jaune et dentelé finement

 Le clypeus présente aussi cette pilosité particulière : en se frottant contre des anthères des lamiées ces poils collectent le pollen. Ces infos sont extraites de Fauna helvetica, Amiet,  volume 4 sur les Apidae.
Anthidium manicatum femelle,  tous les tergites bien tachés de jaune et des fémurs orangés.

C’est une abeille visible de mai à septembre, la plus commune des Anthidies, largement répandue en France et en Europe. Elle niche dans le bois mort, des fissures…… Elle collecte le pollen sur les  Lamiacées, Fabacées, et Scrofulariacées,elle diversifie ses sources de nourriture.

mardi 18 juin 2019

Thereva bimaculata(unica) une femelle à la face curieuse!


Parfois ce sont des  insectes-visiteurs qui viennent à moi en se posant sur une fenêtre qui donne sur le jardin. Quand leur aspect me semble inconnu,  je les recueille dans un pot en verre pour les examiner. C’est ainsi que ce drôle de Diptère gris allongé m’a intrigué.
Thereva bimaculata femelle vue de face

Mais c’est en photographiant sa face avec ces 2 ronds noirs et brillants au centre que j’ai vraiment été curieuse de la connaître un peu mieux(c'est une mouche ou une femelle au choix).
Thereva bimaculata femelle vue de face

Ensuite ce sont  ces callosités entre les 2 gros yeux qui ont orientées mes recherches.
D’abord il s’agit bien d’une femelle avec ses yeux bien séparés.
Et la particularité de présenter ces callosités est présent uniquement dans la famille des  Therividae, dans laquelle le genre Thereva comprend une dizaine d’espèces.
Je me suis servi de 3 documents sur le net pour avancer.
Thereva bimaculata femelle vue de dessus

Le premier : une clé en anglais 
On y définit la famille :
  •          le premier segment antennaire n’est pas plus long que la tête
  •          il est aussi large que le 3eme
  •          la face est poilue
  •          la femelle présente deux callosités noires(une chance ce signe très remarquable, c’est bien plus facile que pour les mâles )

Nous voici chez les Thereva
En bas de la page on retrouve une clé pour en déterminer l’espèce :
  • On retrouve les 2 marques noires sur le front
  • Et comme indication supplémentaire point 28 :les tergites 2 à 4 avec une bande noire basale(bien visible sur la première photo). J’avoue  ensuite ne pas avoir bien compris la présence des poils  antéraux ventraux sur les fémurs 1 et 2. Nous voici donc avec Thereva bipunctata

Thereva bimaculata femelle poils aux fémurs 2 et 3

Le deuxième document qui présente les Therevidae finnois complète la clé avec des schémas et l’un d’eux à la page 50 présente exactement notre individu avec ses deux taches bien séparées Je me retrouve avec une première confirmation.(Thereva unica = Thereva bipunctata)


Thereva bimaculata femelle détail de la tête avec ses belles callosités bien rondes

Le troisième document,publié par la revue Argiope de l'association Manche Nature relate les difficultés pour identifier ces mouches ( en parlant de l’utilité de combiner plusieurs clés) .
Surtout on y voit une photo de la face de Thereva bipunctata qui confirme mon identification.
Thereva bimaculata femelle: aile

Que savons- nous du mode de vie de cette mouche?
 Comme les  documents divers le montrent, elles vit dans une grande partie de l’Europe jusqu’en Finlande.
"c’est habituellement une espèce rare en Belgique et il s’agit sans doute d’une
espèce pionnière qui s’installe sur les grandes zones de sable nu".
Dans le document des entomologistes de la Manche, on apprend que les adultes se nourrissent  de nectar et de sucs divers  mais ne sont pas prédateurs. Les larves dont on précise qu’elles sont très mal connues, et aussi très mobiles , vivent dans  le sol , le bois mort et seraient prédatrices de larves de coléoptères.
Thereva bimaculata femelle se nettoyant les pattes

Mais ce qui m’étonne c’est que la présence de Thereva est liée aux dunes et aux zones sableuses. Chez moi, point de dunes et encore moins de belles étendues de sable. 

C’est en tout cas pour moi une découverte très intéressante.

dimanche 16 juin 2019

Megascolia maculata flavifrons, mâle, ou la Scolie des jardins.


Nous nous sommes rencontrés sur une inflorescence de blette, il faisait un peu frais et bien qu’impressionnant, ce jeune sujet n’a pas quitté sa plante support quand je l’ai invité à une séance photo.

Megascolia maculata flavifrons, mâle. J'y suis , j'y reste...., sur mes fleurs de blettes!

Jeune, il me semble avoir émergé il y a peu, mais bien grand, 28mm, je l’ai rapidement casé dans la famille des Scolies. J’en vois tous les étés sans jamais avoir réussi à bien les observer sous mon objectif.
Megascolia maculata flavifrons, mâle. Détail de l'aile, 3 cellules cubitales et un apex sans nervures

Je pensais avoir à faire à Scolie hirta, mais la couleur orange des ailes ne convenait pas(celles de S. hirta sont noirâtres).
J’ai alors relu dans le volume 10 de Faune de France les pages concernant cette famille.
On reconnait les Scolies mâles à :
  •          Les nervures  de l’aile s’arrêtent bien avant le bord des ailes(voir la photo ci-dessus)
  •          L’abdomen n’est pas étranglé entre les segments
  •          Il est terminé par 3 pointes fines
  •          Il est taché  de jaune.
Megascolia maculata flavifrons, mâle.Détail de l'abdomen on voit 2 pointes fines sur les 3!

    Comment ai-je reconnu un mâle? Des antennes avec 13 segments, chacun étant plus long que large(chez les femelles c’est le contraire).
Megascolia maculata flavifrons, mâle.Détail de l'antenne aux 13 articles


Pour déterminer de quelle Scolie il s’agit il faut, toujours continuer dans le Berland( volume10 de Faune de France).

Voici ce que j’observe

  •          Une grande taille (près de 30 mm, en sachant que le mâle est plus petit que la femelle), 3 cellules cubitales.
  •          Les antennes sont noires et on voit 4 taches jaunes sur l’abdomen
  •          Pas de pubescence rousse(au bout de l'abdomen par exemple)
Megascolia maculata flavifrons, mâle. Un beau specimen
Nous voilà avec Triscolia flavifrons..
Depuis le nom a changé c’est devenu Megascolia( c’est vrai qu’elle fait partie des plus grandes espèces de la famille)maculata flavifrons (c’est la femelle qui a le front jaune).

Megascolia maculata flavifrons, mâle.Tête

On notera les yeux fortement échancré vers l’intérieur.Ses mandibules sont beaucoup moins développées que ceux de la femelle.

C’est en France le plus gros des hyménoptères.
Les mâles apparaissent en premier, maintenant et attendent les femelles. Ces dernières pondent leur œuf sur une larve de Oryctes nasicornis. Elle est alors pourvu de mandibules bien plus fortes que le mâle.Mandibules qui servent à creuser le sol ou le bois pourri où se trouve la larve.

Megascolia maculata flavifrons, mâle.Détail de la patte avant avec son crochet de nettoyage.
 Ce n'est pas parce qu'on est un mâle que l'on ne dispose pas de l'outil nécessaire au nettoyage des antennes!

Megascolia maculata flavifrons, mâle. en train de se nourrir sur des fleurs de ronce, au mois de juin dans le Var.

Les adultes sont floricoles, on les rencontre à partir de maintenant jusqu’en Septembre, l'espèce est répandue dans la zone méditerranéenne.
Les mâles n'ont pas d'aiguillon et ne piquent donc pas. Les femelles l'utilisent pour paralyser la larve sur laquelle elles vont pondre.
 Très impressionnante, cette guêpe ne vous attaque pas si vous ne la touchez pas, laissez-là vivre sa vie si vous la croisez.