vendredi 21 mars 2014

Mniotype solieri, La Xyline provençale, de l'oeuf à l'adulte en passant par la chenille.


C’est comme souvent, une histoire qui s’étale sur plusieurs mois
Mniotype solieri au mois de novembre.

Nous sommes à l’automne, le 9 novembre pour être précise. Je trouve un petit papillon sur la barrière de piscine, c’est le soir, et le papillon ne s’envole pas à mon approche. Je décide de le mettre à l’abri pour la nuit. Le lendemain matin une séance photo pour essayer de lui donner un nom. Il n’est ni grand ,ni particulièrement beau. Des couleurs sombres, des dessins d’où il est difficile de faire ressortir des lignes dominantes. Grâce au forum  Le monde des insectes (insecte.org) on arrive à son nom Mniotype solieri, probablement. Mnioptype sûrement mais ensuite il existe un petit doute pour être sûr que ce soit solieri, mais peut être aussi spinosa. C’est en effet une espèce méridionale.
Mniotype solieri une Noctuelle aux couleurs sombres..

Le lendemain surprise, dans le fond de la boîte, des petits grains.

Vous aurez sans doute deviné, mon papillon était une femelle et elle a pondu toute une série d’œufs.
Oeuf frais pondu de Mniotype solieri

Ces œufs vont passer par différents stades avant d’éclore.
Oeuf de Mniotype solieri, après 2 jours.

Au départ, ils sont transparents puis de jolis dessins rougeâtres apparaissent 2 jours plus tard. A la fin de la maturation( le 25 novembre) ils semblent plus sombres.
Je les trouve magnifiques avec ces côtes perlées qui partent du sommet. Ces œufs sont collés au support et l'envers qui n'a pas besoin d'être vu, est lisse.
Oeuf de Mniotype solieri, après 2 jours, l'envers du décor.

 Environ 15 jours après la ponte,  de minuscules chenilles en sortent. J’aurais la chance d’en voir une qui mange la coquille de son œuf c’est son premier repas !
Chenille néonate de Mniotype solieri mangeant la coquille de son œuf.
 
Ce qui explique qu’ensuite il ne reste plus  de traces. Cela donne aussi à cette minuscule chenille le temps de chercher la nourriture végétale adéquate.
Chenille néonate de Mniotype solieri encombrée par  la coquille de son œuf.

Une autre restera encombrée de la coquille et je l’aiderai à s’en débarrasser, mais il faut une bonne loupe pour voir cela .

Les photos sont grossies au minimum 3 fois pour découvrir ce minuscule monde.
Chenille  Mniotype solieri après son premier repas. Comme elle est incolore on voit la nourriture végétale qui traverse son abdomen!

 J’avais lu que les chenilles de Mniotype solieri étaient polyphages, qu’elles se nourrissaient de diverses plantes basses. J’ai commencé à leur proposer des herbes en choisissant les feuilles les plus tendres. Et cela a bien fonctionné. Les jeunes chenilles ont grossi, grandi et mué. Il faut environ 14 jours pour passer d’un stade au suivant. Aux deux premiers stades on voit des soies sur la chenille, ensuite elle est glabre.

Chenille Mniotype solieri  stade 2

Aux 3 premiers stades elles sont vertes.
Chenille Mniotype solieri  stade 2, joliment verte avec des soies noires.
 
Et au mois de janvier à la quatrième mue elles sont devenues brunes. Ce fut étonnant de voir la chenille de verte le soir, se retrouver le lendemain brune.
Chenille Mniotype solieri  stade 3

 

 Voilà après être restées joliment vertes , les chenilles deviennent plus foncées puis  changent de couleur. Elles se nymphosent dans le sol pour attendre d’éclore au mois de mai.


Le changement de couleur se fait progressivement.
Au dernier stade, juste avant la nymphose j’ai remis les chenilles en liberté dans un coin abrité du jardin.
 
 
Voici la chenille Mniotype solieri, devenue brune, au dernier stade.
 
Elle se nymphose dans le sol. Le papillon est peu visible car il s'alimente de nuit et ses couleurs sombres aident à le dissimuler..
 
 

12 commentaires:

  1. Les carnets de ton jardin sont toujours aussi passionnants à lire! Cela m'invite à des observations mieux ciblées chez moi. Par cette douce météo l'animation redouble dans tous les coins du jardin.

    RépondreSupprimer
  2. Epatant!
    Un reportage d'une précision formidable et un cours de Sciences Nat comme j'aime!!
    Tu as bien raison de récupérer les adultes afin de décortiquer l'évolution des chenilles, ce serait carrément impossible de faire de telles observations directement dans la nature!
    Quelle patience aussi pour obtenir de pareilles photos!
    Biiiizzzz et bonne journée Lucie!

    RépondreSupprimer
  3. comme ils sont jolis ces œufs ! Encore une belle découverte :)

    RépondreSupprimer
  4. Ton article est captivant de bout en bout, merci Lucie :)

    RépondreSupprimer
  5. coucou lucie
    j ai beaucoup aimé ton article et le suivit de l oeuf à la chenille est très intéressant =)))
    merci, passe un bon dimanche ☼

    RépondreSupprimer
  6. C'est passionnant de te lire et de voir l'évolution de ce papillon de nuit , mais aussi quelle patience .
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour,

    Tes observations sont incroyables et très détaillées. Tu as beaucoup de patience et surtout passionnée par les insectes. Bravo!
    Bon WE

    RépondreSupprimer
  8. Chère Lucie,

    Que de choses passionnantes se passent dans ton jardin ! Tes récits et tes photos sont tout à fait exceptionnels et ils nous démontrent les uns après les autres ta passion et ta volonté de comprendre et de nous partager tous ces secrets qui se cachent pourtant si près de nous. Merci infiniment !

    RépondreSupprimer
  9. Sans toi, qui aurait pu supposer qu'un papillon d'aspect aussi rustique puisse pondre de tels bijoux !
    Tes élevages sont couronnés de réussite, j'imagine que tu y consacres beaucoup de temps. Un grand merci pour ce partage.

    RépondreSupprimer
  10. Incroyables photos, ces oeufs sont d'une splendeur, Fabergé peut aller se rhabiller !!!

    RépondreSupprimer
  11. papillons-49

    Bravo pour ton élevage à partir de l'oeuf, dommage que tu n'ai pas poursuivi jusqu'à l'imago. J'en élève une en ce moment et j'espère bien voir le papillon.
    Je me pose des questions sur les chenilles d'hiver que tu as élevées et des chenilles identiques en avril que j'ai élevées en 2017 avec 2 imagos femelles en septembre. Les cocons étaient dans la litière (herbes sèches)et non pas dans la terre qu'elles avaient à disposition.
    Bravo encore et j'espère que tu vas les revoir dans ton jardin.

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.