dimanche 29 mars 2020

Bon dimanche de printemps!


Trouvée au milieu de ma prairie fleurie cette petite "danseuse" m'a intriguée! D' venait-elle ?



Un peu plus loin voici ces petits lutins, ce sont eux les "ancêtres" de notre danseuse! 



La clé du mystère: un petit lutin avec sa grande sœur!




C'est elle qui nous a fait rêver:l'Eschscholzia ou Pavot de Californie.
Ces quelques images pour mettre de la couleur dans ce dimanche de printemps si particulier.

jeudi 19 mars 2020

En regardant par la fenêtre.



Parfois la vie vous offre de petits moments surprenants.
En ce temps de confinement si l’on ne peut  pas aller dans la nature, la nature vient à vous !
Le regard scrutateur le Faucon crécerelle observe son environnement

Vers 11h ce matin, assise à mon bureau je jette un œil vers le grand cèdre du voisin qui est dans mon champ de vision. Je regarde les oiseaux qui se posent dans les branches les plus hautes, souvent des tourterelles turques, parfois des pigeons ramiers en ce moment souvent des corneilles qui chassent les pies.
La silhouette que je vois alors m’intrigue et je jette un coup d’œil avec les jumelles : un faucon. Je commence par sortir mon petit bridge, histoire d’avoir une photo rapide pour pouvoir identifier mieux l’oiseau.
Un petit Pinson s'envole , on ne sait jamais, , ce Faucon crécerelle prend de petites proies

 Puis ayant 3 ou 4 clichés et comme l’oiseau est toujours là , je monte le 100-400mm sur mon reflex, l’oiseau a fait un plongeon vers le sol . Je le perds de vue.
Bien plus loin , l'oiseau regarde sa proie

Et depuis la terrasse je le revois posé plus loin .  Je ne vois pas grand-chose.
Lorsqu’il s’envole je vois la raison de son plongeon, il a attrapé un lézard.
Maintenant il faut trouver un endroit pour manger...tranquillement.

 Il s’envolera encore bien plus loin pour le manger tranquillement sans doute.
Petite précision, ce Faucon crécerelle sans doute une femelle ou un juvénile, est présent toute l'année chez nous. 
 Désolée pour la piètre qualité des images, je voulais simplement partager ce moment avec ceux dont la vue est moins champêtre.Mais en ville aussi les oiseaux  sont en train de revenir, ils n'ont pas lu le décret de confinement! 

jeudi 12 mars 2020

Onthophagus vacca mâle, un coléo à la tête ornée!


Comme souvent, il s’agit d’un  «  sauvé des eaux », c’est-à-dire qu’il a été repêché à la surface de la piscine.
Onthophagus vacca mâle

Il s’agit d’un Onthophagus ressemblant à celui déjà étudié précédemment ici : Onthophagus coenobita. Il mesure environ 1cm.
Mais la couleur sombre de son pronotum m’a vite indiqué qu’il pouvait s’agir d’une autre espèce. Et c’est avec la même clé déjà utilisée que son identification sera facile :
Les  Onthophagini de France (Coleoptera, Scarabaeoidea) par Roger COSTESSÈQUE * et Serge PESLIER **
R.A.R.E., T. XIV (2), 2005 : 39 – 53.
Onthophagus vacca mâle, il a sorti une aile dans une drôle de position

  •   les élytres sont testacées avec des taches noires
  • les cotés antérieurs du pronotum ne sont pas sinués
Onthophagus vacca mâle, l'angle avant du pronotum n'est pas sinué*


  • les taches élytrales sont éparses et non symétriques
  • la ponctuation du pronotum est granuleuse
Onthophagus vacca mâle,un pronotum bien granuleux*


  • il n’y a pas de tache noire à la base de la 5eme strie élytrale
Onthophagus vacca mâle,base de la 5 ème strie sans tache noire*


  • vertex en haute lame étirée en pointe couchée en arrière quand il s’agit d’un mâle.
  • Comme la nature a le souci du détail , vous remarquerez que la belle orne- mentation du mâle peut se loger dans le creux prévu sur l'avant du pronotum lorsque l'insecte incline la tête vers l'arrière.
Onthophagus vacca mâle,la belle ornementation du vertex qui désigne le mâle*


Notre Onthophagus porte le petit nom de « vacca », c’est-à-dire Onthophage des vaches. Il creuse des galeries ramifiées  profonde de 5 à 15 cm, où il enfouit des boulettes d’excréments ovins mesurant  1 à 1,5 cm.Il est très commun en Europe occidentale sauf au Royaume Uni et dans les pays scandinaves.. C’est un excellent recycleur des déjections des troupeaux.
Mais  la surprise vient de sa présence dans mon jardin , en zone périurbaine où les vaches et les moutons sont absents !

Onthophagus vacca mâle,l'instinct du fouisseur

Pour faire patienter et occuper mes sujets je pose souvent soit une fleur soit comme ici une boulette de terre et notre terrassier a suivi son instinct : c'est par dessous qu'il faut aller voir( alors tout ce qui vole grimpe en hauteur!)
* Images grossies 2 à 3 fois

samedi 29 février 2020

Oedemera flavipes, un mâle presque unicolore



Tous les mois de juin , nous nous croisons dans le jardin.
En regardant mes images sur plusieurs années, je me rends compte que n’y figurent pas de femelles. Sans doute présentes, elles sont plus difficiles à déterminer que les mâles.
Oedemera flavipes mâle sur une corolle de liseron.

Les Oedemères appartiennent à la grande famille des coléoptères mais elles sont surtout reconnaissables à leurs couleurs brillantes, vertes, cuivrées ou plus sombres. Les mâles se différencient avec leurs cuisses postérieures impressionnantes.
Ensuite il s’agit d’observer quelques détails qui nous permettent de les séparer entre différentes espèces présentes sur nos territoires.Ici, la taille  de notre sujet est comprise entre 6 et 9 mm.
Je me suis servie de cette clé en allemand, une aide précieuse!

Oedemera flavipes mâle, la nervure latérale ne fusionne pas avec le bord de l'élytre

Je vais suivre les différentes étapes proposées pour arriver à l’espèce.
  •          La nervure latérale court tout le long de la partie externe de l’élytre sans fusionner avec elle.
  •           Les pattes postérieures entièrement sombres
  •          Tête, pronotum, élytres de la même couleur
    Oedemera flavipes mâle, coloration des pattes avant à observer.*

  •          Tibias antérieurs au moins partiellement jaunes ou bruns
  •          Antennes rétrécies à partir de leur  milieu.
  •         Tête en avant des yeux plus longue que large ; pattes  avant orange ou marron
    Oedemera flavipes: détail de la coloration des palpes et des antennes*

·                Et maintenant une description complète : 



    Elytres fortement rétrécis vers l’arrière, bords internes des yeux parallèles, insecte  monochrome vert cuivré ou bronze avec seulement le dessous des antennes à la base, les palpes mandibulaires, les tibias jaunes .La base des fémurs et l’extrémité des tarses sombres pour les pattes antérieures.
Oedemera flavipes: détail du pronotum*

    Pronotum avec une faible carène, légère dépression de parte et d’autre ainsi qu’à la base, faiblement ponctué. Elytres recouverts d’une fine pubescence couchée.

Répandu de Europe, moyenne, du sud et de l’ouest.

Oedemera flavipes , mâle , vue dorsale
* Images grossies 3 fois

Rappel  sur d'autres Oedemères:
-le plus répandu: Oedemera nobilis, puisque je le vois presque sur toutes les fleurs du jardin .


jeudi 20 février 2020

Onthophagus coenobita, une femelle à la robe cuivrée


Voici un petit coléoptère (6 mm)qui s'est promené à découvert dans le jardin au début du mois d'avril de l'an passé. Avec ses pattes antérieures bien développées je cherche parmi les scarabées, qui sont bien  nombreux !
Je vais me servir de documents tous disponibles sur le web .
Onthophagus coenobita, vue dorsale, elle permet de voir la forme générale de l'insecte et l'importance relative des différentes parties;on voit ici que le pygidium (partie terminale de l'abdomen) n'est pas recouvert par les élytres)

Première étape
 L'outil : la clé de détermination des Coléoptères Lucanides et Scarabéides de Vendée et de l’Ouest de la France de Stéphane CHARRIER.
  • 1. Antenne avec la massue en forme de lamelles = SCARABAEOIDEA ( super famille)
  • 2. Face ventrale à 6 segments visibles (difficile à toujours compter mais l’autre alternative est de 5 segments avec des dessus sculptés ou rugueux.)
  • 3. Clypeus recouvrant les mandibules, ne les laissant pas voir( voir sur la photo du détail de la tête 3)
  • 4. Tibias postérieurs avec un seul éperon terminal. Écusson absent. Pygidium toujours découvert = SCARABAEIDAE(famille) Ceci bien visible sur la première photo
Onthophagus coenobita,les détails à voir

  • 5. Tibias médians avec 2 épines terminales.
  • 6. Élytres à 8 stries. Taille plus petite (4-12 mm)( l’autre alternative taille plus de 12 mm)
  • 7. Ecusson invisible
Onthophagus coenobita,bord terminal du tibia antérieur. Remarquez la "petitesse " des tarses et la finesse des ongles 

  • 8. Bord terminal des tibias antérieurs oblique et dirigé plus ou moins vers l’avant.
  • 9. Élytres fauves avec des taches noires, ou inversement
  • 10. Côtés du pronotum sinués ou fortement épaissis un peu avant les angles antérieur
Onthophagus coenobita,profil qui permet de voir les bords latéraux du pronotum et des élytres ainsi que les épines des tibias.

  • 11. Epipleures (bords des élytres) entièrement fauves. Pronotum en général avec un fort reflet cuivreux. Taches brunâtres des élytres peu nombreuses = Onthophagus  coenobita.

Deuxième façon de procéder 
En partant de la clé de détermination illustrée de la tribu des Onthophagini de France(Coleoptera, Scarabaeoidea) par Roger COSTESSÈQUE  et Serge PESLIER 
R.A.R.E., T. XIV (2), 2005 : 39 – 53.
Les Othonphagini se reconnaissent à la présence de 2 carènes sur la tête :
  • -une sur le front 2 Cette carène est absente chez le mâle d'O. coenobita
  • -une sur le vertex (partie arrière de la tête)1

Onthonphagus coenobita, détails de la tête.

Ensuite cette clé est faite avec des photos et le classement est assez simple.
  • On part de la couleur des élytres : ici ce sont des élytres testacées avec des taches noires
  • Ensuite on observe la couleur des épipleures des élytres (Rebord externe des élytres), ici il est de couleur jaune sans tache noire.

Onthophagus coenobita, vue latérale avec des épipleures testacés

  • De plus la couleur très cuivrée du pronotum est un indicateur sûr.



Cela confirme donc la précédente identification.
Onthophagus coenobita,une femelle, on voit dans la partie avant du pronotum une petite excroissance qui caractérise la femelle..

Ensuite pour avoir une idée de l’endroit où vit ce coléoptère il faut consulter  par exemple Coléoptères scarabéides par R. Paulian.(Faune de France 38).
L'insecte vit dans toute la France et même l'Europe, mais il serait assez rare et chercherait particulièrement les excréments humains. Ceci expliquant cela . Il ne faut pas oublier que tous les insectes de cette famille sont des recycleurs de crottes ,  certains plus spécialisés que d'autres !



jeudi 13 février 2020

Oedemera femoralis femelle


Souvent je trouve mes sujets dans le jardin au cours de mes travaux de jardinage ou de mes promenades. La piscine est aussi un endroit qui me fournit nombre de sujets.
Oedemera femoralis femelle
D’autres, comme ce coléoptère s’invitent directement dans la maison.
Nous sommes début avril (2019) et sur la fenêtre de mon cellier je vois cet insecte, blond, longiligne et bien immobile.
Nous en profitons pour faire mieux connaissance à travers une séance photo.
Ce qui m’a intrigué en premier c’est sa grande taille. Mesurée, madame atteint 17 mm.
Oedemera femoralis femelle 17mm à la toise

Oedemera femoralis est le plus grand des Oedemères  que nous ayons en France.
Grâce à un extrait de la Revue l’Entomologiste j’ai trouvé une clé des Oedemères.
La description étant peu explicite je suis contente d’avoir trouvé sur cette page des infos bien plus détaillées  et une description qui correspond bien à mes images.

Mon sujet est une femelle, comme souvent dans cette famille, les mâles ont les cuisses postérieures bien épaissies.
Oedemera femoralis détail de la tête et du pronotum*

La couleur est assez uniforme, un jaune assez clair et les cuisses présentent un anneau noir. Il m’a fallu bien regarder pour voir une zone plus grisâtre sur mon sujet.
Le corselet (pronotum) est arrondi vers l’avant et présente une carène médiane, bien visible sur l’image.
Oedemera femoralis détail des élytres*

Les élytres ont 4 nervures. Les deux premières sont reliées entre elles par une nervure transversale.
La seconde dit-on est ramifiée du côté externe.

C'est un insecte que l'on peut voir partout en France. Par contre j'ai trouvé peu d'informations sur son mode de vie, il est dit plutôt nocturne et plus répandu dans la partie sud du pays.
Oedemera femoralis détails caractéristiques.*

*Images grossies 3 fois

Rappel  sur d'autres Oedemères:
-le plus répandu: Oedemera nobilis, puisque je le vois presque sur toutes les fleurs du jardin .
-des ressemblances avec O. femoralis , mais il faut regarder le bout des élytres et la taille pour distinguer O barbara.



jeudi 6 février 2020

Du jaune au jardin en Février!

C'est la floraison précoce de ces narcisses qui poussent au pied de la rocaille qui m'a incitée à chercher dans le jardin d'autres fleurs de cette couleur! 
En voici un bref inventaire! 
Jacinthe

Outre les narcisses que j'ai plantés il y a longtemps et qui se plaisent à cet endroit, il y a aussi deux espèces cultivées dans la rocaille : des Euryops.
Euryops à grandes fleurs

Ceux à grandes fleurs sont magnifiques et très florifères ils attirent le regard avec cette   belle teinte lumineuse ..

Euryops à petites fleurs

A petites fleurs, leur floraison est moins importante.
En allant plus loin dans notre pelouse prairie on découvre ces astéracées difficilement identifiable que j'appelle laiteron, il pousse où il veut et se dresse à plus de 50 cm.

Laiteron

Le séneçon vulgaire  a droit de prospérer pour le plaisir qu'il nous offre d'y voir les chardonnerets y jouer les équilibristes quand ils viennent les déplumer pour se régaler de leurs minuscules graines.

Séneçon vulgaire

Le pissenlit lui s'épanouit au ras du sol.
Pissenlit

Dans la partie plus humide la ficaire fausse renoncule déploie ses pétales jaune d'or si difficile à photographier.

Ficaire fausse renoncule

Des arbustes forment de petites haies sur les côtés: le jasmin d'hiver ou nudiflore est couvert de nombreuses fleurs .
Jasmin d'hiver

Le forsythia, quant à lui nous offre très peu de fleurs, la cause : les Mésanges viennent se régaler de ses bourgeons floraux! 

Forsythia, rescapé du repas des Mésanges

Plus près du sol un insecte ou un gastéropode s'est fait les dents sur cette fleur d'Euryops.
Euryops: reste d'un repas

Au jardin , la vie si elle est en sommeil est toujours présente.
Laiteron

Ainsi février nous offre des teintes lumineuses dans  un avant goût de printemps , mais aussi de la nourriture pour les visiteurs du jardin.

jeudi 30 janvier 2020

Syromastus rhombeus, encore une punaise qui aime la géométrie!




Syromastus rhombeus, femelle
Rhombe est un mot venu du grec qui signifie losange, c’est ensuite ce dernier qui est utilisé et  a fait oublier le précédent.
Cette punaise est facilement reconnaissable : son abdomen  a la forme d’un très joli losange.
Syromastus rhombeus, femelle, vue de profil

Elle appartient à la famille des Coridae.

Une jolie clé bien illustrée pour vous présenter les punaises de la famille  avec photos: ici
Détail du pronotum et de la tête: du pointillisme!

Notre punaise a 4 articles aux antennes, une tête étroite pourvue d’ocelles et surtout cette forme particulièrement reconnaissable de l »abdomen.
Détail de l'abdomen, dont l'apex denté indique une femelle

Elle se nourrit sur les  caryophyllacées (tels que les  silènes ou mes œillets) mais sans doute aussi d'autres plantes.
Syromastus rhombeus dans l'herbe

Mais je  l’ai toujours photographiée sur diverses  plantes. Elle consomme aussi des petits insectes.
Syromastus rhombeus sur la bourrache

Elle aime les endroits chauds et secs.
Le mâle a l’extrémité de l’abdomen arrondi, celui de la femelle est denté (voir photos) 
A 1000 mètres d'altitude , un mâle sur une belle orchidée sauvage.

Le dernier article de l’antenne est plus sombre  que les deux précédents .
Syromastus rhombeus, une belle géométrie!

On peut rencontrer cette punaise dans tout le pays.