mardi 22 mars 2016

Tritoma bipustula variété binota, un coléoptère mangeur de champignons.

Ce petit coléoptère qui se promenait sur ma barrière de piscine, recherchant le soleil de ce début de printemps ou plus simplement recherchant un congénère, fut à l’origine d’une recherche passionnante sur le web.

Tritoma bipustulata, noir, brillant, ponctué avec 2 belles macules rouges!*

Ne disposant pas de documents livresques sur les nombreuses espèces d’insectes qui se promènent dans le jardin, j’utilise avec beaucoup de constance, les nombreuses ressources offertes par le web. Et par divers chemins qui me font emprunter bien souvent des sentiers de traverse, j’arrive ainsi à mettre un nom sur mes petits visiteurs.
Celui-ci, 4 mm, ressemble beaucoup, à une coccinelle au premier abord. Mais malgré l’apparence ce n’est pas une coccinelle.
Tritoma bipustulata, capable de voler, la preuve, on déploie élytres et ailes*

Car il n’y a pas de coccinelle avec ces couleurs et cette forme ovale qui a des élytres parcourues de lignes de points très régulières. J’en fus réduite à chercher dans d’autres familles de coléoptères. Et après un détour par un site russe(https://www.zin.ru/Animalia/Coleoptera/rus/tribipkm.htm) avec d’excellentes photos) j’arrive sur un site allemand déjà maintes fois utilisé,( http://www.coleo-net.de/coleo/texte/tritoma.htm) qui permet de déterminer et discriminer les deux espèces de Tritoma présentes en Europe.

Et c’est Wikipedia en langue allemande (https://de.wikipedia.org/wiki/Rotfleckiger_Faulholzk%C3%A4fer) qui sera alors un précieux auxiliaire avec une description précise de l’insecte.

Tritoma bipustulata, un dessous ponctué et finement pileux*

 Tritoma bipustulata est  un coléoptère qui vit sur des champignons que l’on trouve sur du bois pourrissant. J’ai en effet dans le jardin, non loin de l’endroit où je l’ai rencontré de vieux morceaux de bois issus de petites branches de divers bois et qui pourrissent tranquillement.

Sa couleur dominante est un  noir brillant avec deux grosses taches rouges sur les élytres. Les tarses, les palpes labiaux, les antennes (sauf la massue) sont brun roux.
Les fameuses taches sur les élytres atteignent la base de ceux-ci mais pas la suture. Mon exemplaire a une tache rouge uniforme qui recouvre aussi le calus huméral alors que dans la variété nominale, ce calus est souvent très assombri, presque noir. Chez moi, il s’agit alors d’une variété nommée binota.
Le bord latéral des élytres est marqué d’une fine bordure ainsi que les côtés latéraux du pronotum.

Tritoma pustulata avec une légère tache rouge sur l'arrière de la tête.

La tête, le pronotum, les élytres sont finement ponctués.
Les élytres portent en plus 8 lignes de points plus gros, entre lesquels on voit une ponctuation très fine.
Les antennes ont 11 articles, elles sont terminées par une massue de 3 articles, de couleur plus sombre, de même que le pivot où s’attache l’antenne.
Tritoma bipustulata, détail des antennes de 11 articles*

Les pattes très noires portent 5 tarses roux avec une particularité bien montrée sur le site de Wikipedia allemand : le 4ème tarse est imbriqué dans le 3 ème.
 Le dessous du corps est noir, finement ponctué et porte une fine pilosité.

Comme je voulais avoir de meilleure chance de photographier mon insecte en le maintenant dans le champ de mon objectif, je lui ai proposé de la nourriture : il n’a pas voulu de divers petits champignons se trouvant sur des branches en train de se décomposer, mais c’est sur un morceau de champignon en lamelles qu’il s’est installé.
Tritoma bipustulata mangeant sur un morceau de champignon*

 Dans les documents que j’ai lus, on parle de Daedalea, Lenzites, Trametes qui seraient consommés. 
L’insecte passe l’hiver dans les champignons secs, se réveille en mars, et les larves se nourrissent dans les champignons, forment une pupe dans le sol  et le cycle reprend. On les trouve dans toute l’Europe dans les forêts, et là où l’on trouve du bois pourrissant.
*Photos grossies 3 fois



11 commentaires:

  1. Sans toi, je l'aurais probablement confondu avec une coccinelle tout comme j'ai confondu la destination de ton voyage avec celle de Monique !!!
    On mettra ça sur le compte de l'âge... ou de ma distraction chronique !

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour
    Adorable petit insecte que je n'avais jamais vu!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  3. Bonjour Lucie
    J'ai aussi rencontré cet insecte joliment photographier et bien expliqué
    Je suis ici en ayant vue ton lien chez jojoradon chez eklablog , lors de ma visite en son blog
    Bisous - Danielle

    RépondreSupprimer
  4. Quelle patience tu as Lucie pour réussir à trouver le nom de ce coléoptère en passant par des sites étrangers .
    Du bois qui pourrit j'en ai beaucoup au jardin avec dessus des champignons , et je vais aller voir dans les jours qui suivent si je vois ce joli petit coléoptère .
    Merci pour toutes ces informations .

    RépondreSupprimer
  5. Ta persévérance a porté ses fruits : bravo Lucie pour ton article captivant !
    Bonne soirée.

    RépondreSupprimer
  6. Tu me fais sourire Lucie. En ai-je passé des heures à chercher sur le web ! Je suis têtue et nous aimions partager ça avec mon mari. Lui aussi était passionné, c'était son travail.
    Ceci dit, ton jardin est un véritable paradis pour les insectes. Que de découvertes !
    Celui-là, je ne l'aurais pas confondu avec une coccinelle vu comme sur la première et la dernière photo. Mais quand il ouvre les ailes ou quand il est sur le dos, si, certainement, au premier coup d'œil.
    Merci pour cette présentation si bien documentée.
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Bonjour Lucie,
    On la croirait passée par la machine à coudre avec ses petits "trous" sur les élytres!
    C'est vrai que ces recherches sont passionnantes et on apprend plein de choses quand on photographie toutes ces petites bêtes!
    Encore un bien joli reportage :)
    Bises à vous deux et bonne journée

    RépondreSupprimer
  8. captivant, oui
    merci pour la découverte et pour les liens qui serviront peut-être un jour

    RépondreSupprimer
  9. Bonjour Voisine du Sud/Sud
    Il faut être une passionnée comme toi pour pouvoir donner toute cette documentation et faire ces recherches. Merci pour ce temps que tu sais nous donner et que nous apprécions.
    Bises de Haute Provence

    RépondreSupprimer
  10. Bon soir Lucie,
    Superbe insecte photographié sous toutes les coutures.
    Merci et jolies clichés.
    Bonne fin de journée à toi

    RépondreSupprimer
  11. Un autre petit coléoptère tout mignon. Ils sont des couleurs fascinantes et chacun leur histoire.
    Il a raison, c'est bon les champignons !
    Tu as de la chance d'avoir les zizis chez toi, ici ils ne font que passer.
    Bises et bonne soirée

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.