dimanche 1 novembre 2020

Histoire d'un nid de Polistes nimpha: la fin du nid et ses étranges observations. 4eme partie

 


C’est à la mi août que le  nid est à son activité maximum. De nombreux mâles sont présents et restent la plupart du temps sur le nid, les femelles sont encore présentes et s’activent et il y a encore des cellules operculées. Elles donneront des mâles.

Sur le haut du nid, une femelle transporte une larve, on voit bien la tête et le thorax, bruns.


A la  fin du mois tout se met à changer, les mâles ont pris le pouvoir voilà ce que j’ai noté dans mon journal d’observation. Il ne reste qu’une ou deux femelles présentes, constamment harcelées.

De plus près, elle mord dans l'abdomen.


Mais déjà certains comportements changent. Début septembre j’ai vu une scène qui m’a étonnée. Une femelle se promène avec une larve sur le dessus du nid. Vous avez noté en observant les cellules situées à la périphérie haute du nid, que celles-ci ne sont jamais operculées.

Placée à l'arrière du nid


Explications.Les œufs sont pondus du centre du nid vers la périphérie. Les derniers œufs sont donc pondus dans les cellules extérieures. En septembre, il n’y a plus assez d’ouvrières ou de jeunes femelles  pour nourrir ces larves, elles n’arriveront jamais au stade adulte.

 J’ai lu que ces dernières étaient jetées hors du nid. 

Mais dans ce que j’ai vu, il m’a semblé que l’adulte mangeait la larve. Ce qui ne serait pas étonnant puisqu’elle n'est pas destinée à devenir adulte. Je n’ai pas d’explication précise à ce comportement sinon que cette larve ne sera jamais imago.

On voit qu'elle mange tranquillement, aucun des mâles ne s'approchant.

Le 6 septembre une grosse bagarre sur le dessus du nid : une des deux femelles présentes se dresse mandibules ouvertes contre un mâle, lui mord la patte et essaie ensuite de lui mordre les ailes en lui grimpant sur le dos.

Puis elle s'en prend à un autre en lui mordant l'antenne!

Toutes mandibules en avant!


A 11 h du matin je vois un mâle « exilé » sur un tige à 30 cm du nid.

A partir de ce jour je ne vois plus que des mâles sur le nid et leur nombre décroît :le 7 septembre, 8 mâles, le matin , 4 le soir.

Elle mord la patte d'un mâle


Quand j’arrive le 8 septembre, il ne reste que 4 mâles cachés à l’arrière du nid. Quand j’ai touché le nid avec une tige , ils se sont laissés tomber au sol. Et le nid s’est détaché.

Là c'est l'antenne qu'elle mord!


Je l’ai rentré pour l’observer et surprise 2 jours plus tard un nouveau mâle est présent dans le pot ! C’est le dernier né de ce nid qui m’aura offert d’intéressantes observations tout au long de l’été 2020.L'histoire se termine le 10 septembre!

 


6 commentaires:

  1. Une bien belle histoire qui nous apprend des tas de trucs. Quel plaisir d'observer tout ceci. Et encore bravo.

    RépondreSupprimer
  2. merci pour ce beau reportage qui nous laisse perplexe sur la vie de ces insectes !

    RépondreSupprimer
  3. Quel beau reportage, Lucie, c'est évident que ce nid a capté ton attention pendant des mois. C'est un document qui n'a pas son équivalent sur la toile.
    Bien triste tout ça ! Sans verser dans le mélo et l'anthropomorphisme le comportement de ces guêpes n'est pas sans m'évoquer une politique de terre brulée ! Foutu pour foutu, tout détruire... etc...
    Pardon, mais me retrouver confinée, privée de mes chères balades dans la nature alors que les chasseurs sont aurorisés à poursuivre leur activité, me ruine le moral !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a beaucoup d'incohérence dans ces mesures. Pareil pour nous , on ne rencontre pas un chat lors de nos sorties dans l'arrière pays. Heureusement que nous avons le jardin! Mais tout cela nous inquiète pour les autres!

      Supprimer
  4. Bonjour Lucie
    C'est passionnant de suivre tes observations et de nous montrer les détails.
    Bises

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.