mercredi 21 septembre 2016

Macroglossum stellatarum, le Moro-sphinx, chenille , chrysalide et imago.

Tout le monde connait le Moro sphinx (Macroglossum stellatarum) , aussi appelé le Sphinx colibri  à cause de son vol stationnaire au-dessus des fleurs qu’il butine. Répandu dans toute la France, on le voit se déplacer rapidement de fleur en fleur.
Chenille de Moro-sphinx au dernier stade.

J’ai rencontré sa jolie chenille au mois d’août le 18 , pour être précise. Comme les chenilles de Sphinx, elle présente une petite excroissance terminale, le scolus  bleu avec une pointe jaune.
Chenille de Moro-sphinx, pattes rouges et scolus bleu avec une pointe jaune au dernier stade.

 Le corps est vert (il peut aussi être roux) avec des points blancs et deux lignes le long du corps, l’une blanche , et celle au-dessus des stigmates jaune.
J’ai à peine eu le temps d’en faire quelques images, puis je l’ai posé dans une boite avec quelques tiges de gaillet, pensant faire le lendemain des photos de meilleure qualité.
Chrysalide à ses débuts, le long trait noir est la trompe.

Mais elle avait déjà entamé sa transformation et je l’ai laissé tranquille pendant deux jours.
Elle s’était transformée en chrysalide en reliant par de minces fils les herbes mises à sa disposition. La chrysalide était bien visible j’ai ainsi pu observer ses modifications au fil des jours.
La transformation s’opère entre le 20 août et le 5 septembre, c’est un peu plus de 2 semaines, 17 jours pour être exacte.
Chrysalide: détail des futures antennes.

Au début, sa couleur est claire, parcheminée, le premier détail qui a attiré mon attention, c’est cette longue ligne, fine, bien plus longue que les antennes sur la partie ventrale . Il s’agit de la trompe, qui permet à l’insecte de butiner les fleurs de loin. Elle est particulièrement longue.
Les antennes se dessinent latéralement. Pendant toute la période d’observation , la chrysalide sera très « gigoteuse », il suffit que j’effleure son abdomen avec le pinceau qui me sert à la retourner pour que son abdomen bouge de droite et de gauche.
Chrysalide mâle 2: anus, 1 orifice génital, il lui manque le troisième pour la ponte réservé aux femelles.
Une autre observation est intéressante : dans les derniers segments abdominaux on voit de futures petites ouvertures : deux pour un mâle, trois pour une femelle.
Mon exemplaire est un mâle : une boutonnière pour l’anus (2), une autre pour l’appareil génital(1)la femelle en a une troisième pour la ponte.
Chrysalide de Moro-sphinx s'assombrissant


C’est lorsque j’ai vu la chrysalide changer de couleurs et surtout s’assombrir jusqu’à devenir presque noire j’ai su que l’émergence était proche.
Chrysalide de Moro-sphinx: on devine les longs poils futurs de la tête( voir plus bas)

 D’habitude elle se fait la nuit et au petit matin je trouve un papillon dans le bac.
Avant l'émergence, à comparer avec la photo du début !

Nous avions prévu de nous absenter, et la journée précédente j’avais été très occupée. Le matin je suis allée voir « ma «  chrysalide et pas de papillon.Si sombre, je pensais que l'émergence était très proche!
Imago nouvellement émergé

 Déçue, je lui ai dit, dommage je ne te verrais pas dans ta splendeur de papillon, tu émergeras tout seul ! Je ne sais si cela l’a décidé mais à 14 heures, Moro- sphinx était présent, bien immobile dans le bac.
Imago nouvellement émergé, détail de sa belle coiffure, bien ordonnée!

 Il aura droit à sa séance photo, sera sollicité pour me montrer ses ailes et prendra son envol dans le jardin où je vois souvent ses congénères sur les lantanas.
Vue latérale avec son gros oeil de nocturne et antenne bien rangée

Je n’ai hélas pas vu comment il a rangé sa trompe en l’enroulant, on la devine sur les images de face.
De face: antennes déployées et trompe enroulée

Papillon de nuit, volant le jour Moro-sphinx, est de plus migrateur, des exemplaires viennent d'Afrique du Nord et se joignent à ceux nés chez nous. 
Moro-sphinx, premiers essais de vol.

Ici des pages qui le présente en vol.

7 commentaires:

  1. Bonsoir Lucie
    C'est en effet ma jolie chenille qui se baladait sur notre vigne :)
    La chrysalide est vraiment très très belle ! Un costume digne des plus grands bals.
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Reportage passionnant. J'en ai trouvé une chenille, bien caractéristique, le 30 août dernier. Ca me fait regretter de ne pas avoir pu suivre la suite de son histoire...

    RépondreSupprimer
  3. Merveilleux et attendrissant!
    Avec sa point jaune, elle doit dissuader beaucoup de prédateurs qui doivent la confondre avec une branche épineuse!
    J'adore la bonne bouille de l'imago, comme celle de tous les sphingidés.
    Bises Lucie et je te mets un mail dès que je suis tranquille :)

    RépondreSupprimer
  4. Wow! That was absolutely fascinating. Many thanks for taking the time with this blog post even though you were busy.

    RépondreSupprimer
  5. Quel superbe reportage de la chenille au papillon moro-sphinx , c'est fabuleux .
    Tes photos sont très belles et voir ce papillon de si près est un pur bonheur .
    Bravo Lucie .
    Bises

    RépondreSupprimer
  6. C'est prodigieux, tu parviens à décrire ce qui se cache dans la chrysalide, une vraie découverte pour moi. La chenille c'est bien celle que j'ai rencontrée dans les dunes de Port-la-Nouvelle sur la crucianelle maritime, une plante qui ressemble peu aux gaillets mais appartient pourtant aux rubiacées.

    RépondreSupprimer
  7. un des plus sympathiques hôtes de nos jardins. je lui trouve une bouille irrésistible!
    Je saurais à présent reconnaître sa chenille grâce à vous!

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.