dimanche 4 mai 2014

Cucullie de la Scrofulaire, (Cucullia scrophularia), de la chenille au papillon.


Voici l’épilogue de l’histoire commencée en juillet de l’année dernière. Cette sortie dans ma région à 1000mètres d’altitude avait déjà donnée lieu à un article le 26 juillet 2013 consacré à un petit charançon : Cionus-schönherri

 

Le 1er Mai, après de longs mois d’attente j’ai enfin vu le papillon qu’est devenue la chenille aux couleurs vives qui se promenait sur la Scrofulaire.
Chenille de la Cucullie de la Scrofulaire sur la Scrofulaire!

Voici les différents moments de ce développement.
Cucullie de la Scrofulaire, une grosse chenille en fin de développement

Le 1er juillet 2013 de grosses et belles chenilles joliment colorées dévorent joyeusement les feuilles de la scrofulaire. Feuilles, fleurs tout y passe. Elles ont bon appétit, les chenilles.
 Détail de la chenille au dernier stade.
 
 Sur la plante on voit deux stades de la chenille, l’avant dernier où elle est davantage jaune, et le dernier, un fond blanc, de gros points noirs et une ligne latérale d’un jaune bien vif. Bien visible sur la plante !
Cucullie de la Scrofulaire, chenille à l'avant dernier stade

C’est à ce stade que je prélève la chenille et la nourrit quelques jours.
Cucullie de la Scrofulaire, portrait

Très rapidement, le 5 juillet, elle s’enterre et disparait à ma vue. Les lectures m’apprennent que le papillon n’a qu’une génération annuelle.
Cucullie de la Scrofulaire, chenille qui s'enfonce dans la terre
 
 Il faudra donc attendre le printemps de l’année suivante pour voir émerger un papillon. C’est dire que la vie de l’insecte se passe 10 mois sous terre dans un cocon.Dans certaines régions, elle y passe même un second hiver, leur vie sous forme de chrysalide est  bien longue.
Cocon de terre qui contient la chrysalide.

Au mois de mars je suis curieuse et je retourne la terre dans laquelle la chenille avait disparue. J’y trouve un cocon de terre de forme ovale et je l’ouvre pour y découvrir une chrysalide brune.
Chrysalide de Cucullie de la Scrofulaire

Vous aurez sans doute remarqué qu’après la pluie on observe souvent de nouveaux insectes. Cela se comprend. Par ici, le sol sec est très dur et heureusement la pluie ramollissant la terre, les papillons comme cette Cucullie peuvent alors trouver le chemin vers la lumière.
Cucullie de la Scrofulaire,enfin le papillon!

Voici donc ce papillon, la Cucullie de la Scrofulaire. Oh rien d’extraordinaire, bien moins voyant que sa belle chenille. Petit papillon, grisâtre au premier abord, mais en fait on y voit des nuances de beige allant du très clair au brun.
Cucullie de la Scrofulaire,portrait
 
 Comme bien des Noctuelles c’est la houppe, je ne sais d’ailleurs pas comment appeler cette importance de poils qui se dressent sur le dessus de la tête, qui lui donne une allure un peu étrange. Les pattes  sont aussi très poilues. Les gros yeux des papillons nocturnes sont peu visibles cachés par ces poils.
 
Les gros yeux de la Cucullie, papillon nocturne

Le papillon peut être confondu avec une autre Cucullie celle du Bouillon blanc et pour les distinguer, il faut parait-il examiner les genitalias.
Un papillon tout neuf va prendre son envol .

Ici pas de problème, c’est bien la Cucullie de la Scrofulaire puisque c’est sur cette plante que la chenille a été prélevée. Le papillon est visible dans une grande partie de l’Europe à partir du mois d’avril, les chenilles le sont de juin à septembre.
Bonnes observations !

 

 

10 commentaires:

  1. Je suis toujours épaté par ta patience et ta persévérance ! Merci Lucie pour ton article très intéressant !
    Bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
  2. La chenille est splendide si claire;c avec ses quelques taches de couleur.
    L'imago est tellement particulier qu'il doit avoir été conçu pour se fondre sur un support bien spécial.
    Une belle série d'images, bravo Lucie!
    Bonne semaine ensoleillée et bizzz à vous deux!

    RépondreSupprimer
  3. Belle chenille et papillon étonnant !
    Merci pour cette présentation...

    RépondreSupprimer
  4. Je ne l'ai jamais rencontrée. Très bel article
    Merci

    RépondreSupprimer
  5. Quelle patiente Lucie, tes photos sont comme d'habitude superbes et tes commentaires très instructifs.Bises.

    RépondreSupprimer
  6. verbasci grignote parfois aussi la Scrofulaire mais la chenille est sensiblement différente, bravo pour cet élevage bien mené !

    RépondreSupprimer
  7. La chenille est très colorée par rapport au papillon .
    J'ai trouvé une chenille dont je cherche le nom que j'ai mis dans une vieille cafetière en verre et je voudrais suivre son évolution , j'ai mis un film perforé sur le dessus de la cafetière et je l'ai trouvé sur des feuilles de consoude .
    Je vois qu'elle mange beaucoup de feuilles et beaucoup de petites crottes .
    Que dois-je faire d'autre Lucie ?
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bonjour Marithé,
      Veille à la propreté des lieux, enlève les crottes qui sont signe que ta chenille se nourrit bien, mets des feuilles fraiches, pas trop. Tu peux ainsi surveiller ce qu'elle consomme. Quand elle arrête de s'alimenter( = plus de crottes), tu regardes si elle tourne en rond, peut être cherche-t-elle un endroit pour faire son cocon ou sa chrysalide.
      Sur la consoude il y a une chenille, c'est celle de Callimorpha dominula. Mais il peut y en avoir bien d'autres qui sont polyphages!
      Bonne chance, c'est super de pouvoir ainsi observer leur vie.

      Supprimer
  8. J'ai dans mes stocks les images du suivi de la métamorphose de la cucullie de la laitue. Pour alimenter la chenille je devais aller lui chercher de la prénanthe pourpre que je plantais dans un gros pot pour qu'elle reste fraîche. Une chance pour elle, car j'ignorais que la nymphose se passait dans la terre... Un beau jour ma pensionnaire avait disparu... Elle s'était enfouie dans la caisse de terre, j'ai retrouvé la boulette de terre agglomérée tout comme toi... Puis la chrysalide et enfin le papillon...
    Il n'est pas nécessaire d'emprisonner les chenilles, du moment qu'elles ont la nourriture qui leur convient.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce sont des observations très intéressantes. Parfois il faut protéger la chenille de ses prédateurs si on la laisse à l'extérieur et accessible aux oiseaux. En ce moment un couple de mésanges bleues nourrit ses petits devant notre bureau et la quantité de chenilles quelles apportent est impressionnante. Les chenilles ne quittent jamais la plante sur laquelle elles se nourrissent !

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.