vendredi 11 avril 2014

Aurore (Anthocharis cardamines), de la chenille au papillon.


 

 

Au printemps dernier, souvenez vous le temps était particulièrement mauvais. Les oiseaux étaient moins nombreux que d’habitude, et les chenilles plus nombreuses! C’est ainsi que j’ai vu des chenilles de Piérides bien plus nombreuses qu’habituellement. Elles sont installées sur les plants de Monnaie du pape ( Lunaria annua)

Sur un des fruits en formation je vois une chenille un peu différente. Après une petite vérification, c’est une chenille d’Aurore (Anthocharis cardamines).Nous sommes le 24 mai 2013.
 
Chenille d'Aurore, mai 2013, sur un fruit de monnaie du pape

Je la mets à l’abri, et je commence mes observations.
 
Chenille d'Aurore au dernier stade.

Très rapidement la chenille se transforme en chrysalide. La chrysalide est étonnante. D’abord elle est étroite, pointue aux deux extrémités, attachée par une fine ceinture à son support. On appelle d’ailleurs ces chrysalides, des chrysalides à ceinture, celle du machaon se présente aussi de cette manière.

 
chrysalide d'Aurore en juin 2013, fixée par une ceinture de soie sur la tige de la plante nourricière.

 
 

Et à partir de là une longue attente commence. Depuis le mois de juin 2013 jusqu’à la fin du mois de mars je vais regarder cette mince chrysalide en pensant au futur papillon qui est en train de se préparer ( bien lentement!)
Chrysalide au début du mars 2014

Le dernier mois j’ai observé parfois avec inquiétude les changements imperceptibles de cette fine enveloppe

Il y a une quinzaine de jours, une tache rouge apparaît dans la partie centrale, une tache arrondie. J’avais des craintes pensant que l’émergence avait échouée. Puis, rien ne change.
 

Le dernier dimanche de mars j’ai la chance de voir dans mon jardin voler un magnifique mâle d’Aurore. La saison est donc bien commencée.
 

Ma chrysalide bien à l’abri dans son bac sur la terrasse a échappé aux aléas de cet hiver très arrosé! Dans la nature, la forme très allongée de la chrysalide imitant dit-on, une épine de rosier, décourage les prédateurs.

 

Chrysalide un jour avant l'émergence.

Et en l’observant ce dimanche soir,de nouveaux changements sont présents.. La photo permet de voir que c’est un mâle qui attend d’émerger: la tache rouge est cette fameuse couleur orange qui décore ses ailes antérieures, on voit aussi le petit point noir qui s’y trouve.
Chrysalide un jour avant l'émergence, tous les détails sont visibles.


Le relief de l’enveloppe laisse deviner les antennes, les yeux. L’émergence est imminente.

 

 
Un papillon tout neuf, l'Aurore sorti de son enveloppe.



Elle a lieu le lendemain et le joli mâle d’Aurore reste sur la tige sur laquelle il aura passé l’essentiel de sa vie, il me permet ainsi ses premières images. Tout neuf, un papillon présente le meilleur de lui-même: ses écailles sont intactes, ses couleurs resplendissantes, ses ailes bien entières!

Voilà le joli papillon avec son corps couverts d’une pilosité grise, ses antennes grisées terminées par une belle massue blanche.
Premiers pas le long de la tige de l'Aurore.


Dans un premier temps il reste ainsi, les ailes repliées ne présentant que le dessous des ailes postérieures. Elles  sont marbrées de vert en harmonie avec les yeux verdâtres ponctués de noir.

 
Premier pas sur la fleur de l'Aurore.


Puis, exposé au soleil, il déploie ses ailes. Les taches oranges que j’avais devinées sous l’enveloppe de la chrysalide s’étalent, une petite marque sombre se loge dans l‘angle antérieur de son aile bordée d‘un délicat liseré blanc et noir. Comme il a envie de quitter enfin cette vieille tige de Monnaie du pape sur laquelle il a passé tant de mois, je lui présente vite une fleur de telle sorte que je puisse encore lui tirer le portrait dans toute sa splendeur avant qu’il ne s’envole!

Ses ailes postérieures sont blanches, mais on devine les marbrures du verso.

 
Dans toute sa splendeur, le mâle de l'Aurore.


Après de longs mois passés sur ma terrasse le voilà maintenant parti vivre sa courte de vie de papillon; il émerveillera nos premières semaines printanières.

15 commentaires:

  1. wow en effet hyper étonnant comme forme de chrysalide !! L'absence de jardin ne me manque que pour ça ... pouvoir "stocker" les chenilles en attente de leur transformation en papillon ... ou autre :) Je galère un max pour les identifier et c'est sans doute le moyen le plus simple pour apprendre à les reconnaître ... La forêt étant mon jardin c'est moins facile car même dans les endroits isolés où les deux pattes ne vont pas le gibier y va et souvent perturbe ce que je laisse .... en tout cas merci pour ce sympathique partage :)

    RépondreSupprimer
  2. Ton article est une merveilleuse leçon de choses ! Bravo Lucie, tes photos sont de toute beauté !

    RépondreSupprimer
  3. Cela valait la peine de faire l'élevage de cette chenille qui a mis du temps à se transformer en un beau papillon Aurore mâle .Les photos de cet Aurore tout neuf sont saisissantes de beauté et toutes les explications très intéressantes .
    Bises

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Lucie,
    Quelle merveille ce reportage!
    Je n'avais jamais vu de chrysalide d'Aurore, c'est vrai qu'elle ressemble à une épine d'épineux.
    Serait-il sorti de nuit pour tu n'aies pas pu faire de photos de l'émergence?
    C'est vraiment un de nos plus beaux petits papillons!
    BRAVO et merci pour le partage!
    Bises à vous deux et bon weekend!

    RépondreSupprimer
  5. superbe reportage , magnifique papillon et extraordinaire chrysalide ! merci :)

    RépondreSupprimer
  6. Et en plus tu as eu la chance d'être tombée sur un mâle ! Trop for !
    Merci de m'avoir fait vivre sa transformation quasi en direct.

    RépondreSupprimer
  7. Un détour par ton jardin qui valait encore son pesant d'or. Tu me fais découvrir des choses incroyables à toutes les fois. Quelle histoire merveilleuse et quelle patience de ta part ! Il est beau ce piéridé, beaucoup plus coloré que ceux que je croise au Québec. Tes photos sont, comme toujours, exceptionnelles de précision et de luminosité. Celle de la chrysalide colorée est saisissante et je ne me rappelle pas en avoir déjà vu une de cette forme en pleine nature. Il est beau ton monde et c'est bon de penser qu'il n'en tient qu'à chacun de nous d'en faire naître un pareil tout autour de chez soi. Amitiés !

    RépondreSupprimer
  8. Quelle merveille !!! Des photos SUPERBES
    MERCI

    RépondreSupprimer
  9. Super ce cycle de vie, si bien illustré!
    Bravo!

    RépondreSupprimer
  10. J’adore la forme de la chrysalide, sur cardamine elle passe facilement inaperçu !
    Superbe suivi !
    Raymond

    RépondreSupprimer
  11. J'adore les papillons, et je trouve cet article superbe !!!
    Je me suis inscrit à la Newsletter
    Bonne journée

    RépondreSupprimer
  12. merci pour ce magnifique reportage photo. Très professionnel!

    RépondreSupprimer
  13. Ces photos sont magnifiques. Bravo pour votre très beau blog.
    De notre côté nous avons pu observer un ballet entre un mâle et une femelle en période de reproduction.
    A très bientôt pour de nouvelles observations.

    RépondreSupprimer
  14. j'arrive bien tard...
    j'étais un peu en plongée hors du temps depuis cette époque, et je m'émerveille de ce reportage

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'est jamais trop tard pour se laisser emporter par la beauté de ces petits papillons!

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.