vendredi 30 août 2013

Arge pagana, mangeuse des feuilles du rosier


Il s’agit de présenter le devenir de ces petites et amusantes larves d'Arge pagana vues au stade 2 puis en train de passer au stade 3 sur les 2 messages précédents.

En fait mon histoire commence au mois de juillet de cette année.

Larve d'Arge pagana au dernier stade

Le 23 juillet, j’observe une fois de plus que les feuilles de mon rosier sont réduites, pour certaines à l’état de squelette. Je décide de chercher le nom de ces voraces.

Je prélève quelques- unes des larves au dernier stade et les nourris avec des feuilles de rosiers tout en observant ce qui se passe. Je n’ai pas trop longtemps à attendre. Une semaine plus tard je ne trouve plus que de petits cocons blancs et soyeux au fond de mon bac. Voilà donc comment elles disparaissent des rosiers. En fait, elles descendent vers le sol et se nymphosent au sol, sans doute cachées dans la végétation.

Cocons d'Arge pagana


 Je pensais que mes mangeuses de feuilles de rosiers étaient des Tenthrèdes, des mouches à scie de la famille des Symphytes.  Je m’apprêtais à attendre le printemps prochain pour connaître le nom de l’insecte. La patience est nécessaire avec ce petit monde.

 Quand à mon retour de quelques jours de vacances j’ai trouvé un insecte mort dans mon bac après seulement une douzaine de jours de vie dans le cocon, zut, me suis-je dis, un des cocons était parasité par une mouche. J’ai regardé l’insecte de plus près et j’ai compté  4 ailes. Ce n’était pas un diptère mais bien le locataire du cocon qui était devenu adulte.
Femelle Arge pagana en ponte

J’ai eu le réflexe d’aller voir mon rosier dans le jardin  et là aussi j’ai vu un adulte stationner sur les feuilles

Arge pagana ne fait pas partie des Tenthrèdes mais de la famille des Argidae qui se reconnaît à la particularité de ses antennes : l’article 3 est très très long.

Dans la famille des Argidae,  Arge pagana est facile à reconnaître, l’hyménoptère est tout noir : tête, ailes , pattes, thorax, seul l’abdomen est jaune orange. Sa taille est d’environ 1cm . L'adulte permet de bien voir le troisième article de l'antenne , très long, les deux premiers sont très courts.

Quelques jours plus tard je vois un autre adulte sorti d’un des cocons.

Je constate que la durée de la nymphose varie grandement. Lorsque j’ai vu le premier adulte né après une dizaine de jours seulement j’ai eu la curiosité d’ouvrir  un autre cocon, voici ce qu’il contenait , une larve bien rétrécie  mais pas transformée.
Larve dans le cocon
 Deux jours plus tard après la naissance du second adulte j’ai ouvert un autre cocon et là j’ai vu un insecte à moitié formé.
Dans le cocon imago encore incolore .
La durée de métamorphose de ces larves en insecte adulte est variable. Voilà un premier constat. Bien sûr mes observations n’ont rien de scientifiques, je fais des observations sur quelques individus que je prélève dans mon jardin !


La suite de l’histoire se passe sur le rosier.  On peut dire que la bestiole a de la suite dans les idées. Je verrais tous les jours un ou deux adultes sur le rosier. Ayant observé le soir un adulte en ponte sur une tige je l’ai retrouvé au matin à proximité de cette tige.

En ponte, rien ne dérange l’insecte. J’ai observé sur le rosier Arge pagana en train de pondre. J’ai bougé la tige pour la rapprocher de mon objectif, je l’ai coupé pour la mettre dans une position mieux éclairée et finalement je l’ai emporté sur ma table de travail. Jamais l’hyménoptère ne s’est laissé distraire de sa tache de reproductrice. Quand j’ai eu fini mes observations je l’ai mise à l’abri dans un bac et encore là l’infatigable pondeuse est restée en place. Ce n’est que le matin suivant que je l’ai vu quitter la tige  porteuse de ses œufs.

Comment fait-elle pour pondre ses œufs à l’intérieur de la tige du rosier ?

Arge pagana incisant la tige du rosier avec sa "scie", méritant ainsi le surnom de "mouche à scie"

D’abord elle choisit  un endroit de la tige proche des feuilles terminales, là où elle est la moins dure et où les jeunes larves trouveront des feuilles tendres pour se nourrir. Elle choisit toujours le côté de la tige tourné vers le sol, là où son travail est le moins visible.

J’ai essayé de rendre en photos les 2 étapes du travail
Détail montrant l'outil en fonctionnement.

En premier la partie terminale de l’abdomen  « incise » la tige, c’est avec la scie que je n’ai eu l’occasion de voir qu’une fois . C’est relativement court.
Toujours en ponte, la flèche indique une précédente ponte d'Arge pagana
Puis la seconde phase la plus longue consiste en la ponte proprement dite. Le dernier segment de l’abdomen se relève et on voit un tube fin, l‘ovipositeur qui s’enfonce dans la lige et un liquide gélatineux recouvre la tige. Extérieurement on voit ensuite un trait fin sur la tige.
La flèche indique l'oviducte qui injecte par des contractions les œufs dans la fente préparée par la "scie"

Au fil des jours ce trait grossit, la tige enfle puis les deux lèvres de la tige s’écartent laissant apparaître les œufs. Autre moyen d’identifier Arge pagana : ses œufs sont disposés en 2 rangées parallèles et non en quinconce comme  Arge  ochropus(qui lui ressemble ).
Au bout de quelques jours les œufs sont bien visibles.

Au bout d’une dizaine de jours encore une fois les œufs donnent naissance aux larves.

Aux premiers stades elles sont translucides, on les voit très peu sur les feuilles et les tiges des rosiers..

Larve nouvelle née, elle est entièrement translucide, sa tête va se colorer au fil des heures Observez sa taille sur la tige du rosier, difficile à voir!



C’est en ce moment que la seconde génération est à l’œuvre, c’est la dernière pour cette année. Les larves sont visibles jusqu’en septembre et sans doute même plus tard pour certaines. J’en vois tous les ans à ces périodes. Elles se nymphoseront et passeront l’hiver au sol pour reprendre leur développement au printemps prochain.

La question que l’on peut se poser : comment s’en débarrasser ?

 Cela fait des années que j’en vois sur mes rosiers qui se portent toujours bien. Je secoue les feuilles quand je vois beaucoup de larves et elles vont nourrir les poissons. De toute façon je taille assez régulièrement les rosiers et ils se portent bien. Je n’utilise pas de produits chimiques.

12 commentaires:

  1. Cette série est une magistrale démonstration de science naturelle. Bravo :-)

    RépondreSupprimer
  2. Je vais désormais regarder de plus près les rosiers et essayer de voir cette "mouche à scie " c'est très intéressant mais quelle patience pour voir tous ces détails .
    Bises

    RépondreSupprimer
  3. Voilà un grand nombre de points soulevés dans un même article!
    Un vrai thriller entomo!
    Et quels détails dans ces photos, la 9 est impressionnante!
    Tu as finalement bouclé le cercle avec ces 2 générations!
    Je suis bien tranquille que des observations de ce type, même si elles ne pas parfaitement scientifiques, doivent apporter beaucoup d'infos aux experts.
    Bon appétit aux poissons!
    Bises et bon dimanche à vous deux!

    RépondreSupprimer
  4. Bonsoir Lucie,
    superbe reportage vraiment intéressant. Bravo ! Que de détails dans les faits et les photos.
    Un vrai régal pour les passionnés de nature dont je fais partie !

    RépondreSupprimer
  5. Cours magistral!
    Incroyable développement!
    Bien mieux que tous les cours suivis dans ma jeunesse. Un régal à suivre.
    Il faut vivre en permanence avec une loupe à la main ou sur le boîtier dans votre jardin :-)

    RépondreSupprimer
  6. Bonjour Lucie,
    Je crois que plus on observe plu on a besoin d'observer, de découvrir de comprendre ce monde merveilleux qu'est la nature. Monde où rien n'est laissé au hasard !
    J'ai photographié un Apollon dans les Pyrénées la semaine dernière. Il est sur mon blog. Ce que je ne comprends pas (et cela m'a un peu déçue) c'est que ses ocelles ne soient pas colorées quand il ouvre les ailes. Elles le sont juste dessous.
    J'ai été très impressionnée par ce grand et beau papillon dont j'ignorais même l'existence.
    Aurais-tu une explication à ce sujet. J'ai visité pas mal de site sans y trouver une réponse...
    Mon machaon est sorti de sa chrysalide et s'est envolé....
    Merci et bonne journée.
    Cricri

    RépondreSupprimer
  7. J'ai trouvé il y a deux jours des larves de Arge Pagana qui avaient fait bien des dégâts sur un rosier .Mais je n'ai pas trouvé les oeufs.
    Bises

    RépondreSupprimer
  8. Je repasserai, ce matin je suis sous pression ce serait du gaspillage de visiter ce message à la sauvette !

    RépondreSupprimer
  9. Intéressant article. Les photos sont incroyables.

    RépondreSupprimer
  10. La ponte et les oeufs dans la tige !!! Je suis bouche bée...
    Quel bonheur d'avoir des outils numériques au service de ta curiosité scientifique et quelle chance que tu partages le fruit de tes observations !

    RépondreSupprimer
  11. Il me semble que j'ai eu cette pagana au début de la saison, les feuilles étaient mangés de cette façon, j'ai traité avec un produit contre les chenilles et c'était efficace. Chez certains voisins ils sembles que ces paganas ont tout bouffé :)
    Bisous Bonne journée

    RépondreSupprimer
  12. Ca y est, j'au trouvé le coupable que je cherchais en vain. Fantastiques photos, merci !

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.