mercredi 19 septembre 2012

Charaxes jasius, la Nymphale de l'arbousier


Pour une de nos dernières sorties de l’été 2012 nous sommes partis à la recherche du très beau Jason,  le Pacha à deux queues, (Charaxes jasius ) papillon méditerranéen qui aime les arbousiers !
Au repos, sur un tronc de chêne liège, Charaxes jasius, prend le soleil!

En effet sa chenille se nourrit principalement sinon exclusivement des feuilles de l’arbousier, autrement dit l’arbre aux fraises : Arbusto unedo.

L’an passé, au mois de juillet nous avions trouvé une belle chenille en train de se nourrir sur un arbousier dans une  zone de garrigue à la végétation rare parsemée de chênes liège et bien sûr  d’arbousiers.
Chenille du Pacha à deux queues, "fondue" dans l'arbousier sa plante nourricière quasi exclusive par chez nous.

Le Jason fait deux générations par an, l’une au printemps, la seconde de la mi- août à la mi- octobre.

C’est ainsi que nous sommes partis dans des lieux où nous savions trouver de nombreux arbousiers à la recherche de ce beau papillon.

Sa grande taille et le peu de papillons visibles en fin d’été dans la garrigue desséchée permettent de le reconnaître facilement.
La trompe bien enfoncée dans une fente de l'écorce, le Jason se nourrit

Si nous avons bien vu des Jasons dans les deux premiers lieux où nous avons prospecté, jamais ils ne sont arrêtés. Leur vol puissant les amenait à une hauteur de 3 ou 4 mètres et rien ne semblaient les arrêter. De temps en temps ils se reposaient en haut d’un arbre, jamais à notre hauteur. Que cherchaient-ils,une compagne, de quoi se nourrir, pondre ? Nous avons inspecté de nombreux arbousiers à la recherche d’œufs ou de minuscules chenilles. Rien , mais il faut dire que c’est une tâche extrêmement ardue, surtout sous le soleil !

Nous étions déjà bien contents d’avoir la confirmation de leur présence dans ces zones. Le papillon se porte bien !
La concurrence est rude, tout en bas du tronc, une fourmi qui vient aussi prélever sa part.

En fin d’après- midi, nous avons rejoint notre dernière zone à prospecter, là où en juillet 2011 nous avions photographié une chenille.

La chance était avec nous ! La zone est très vaste, mais à peine la voiture garée, nous l’avons vu ! Nous avons cependant bien observé,  car déjà dans la matinée, il était accompagné du Silène (Brintesia circe ) autre grand papillon qui aime beaucoup les chênes. Il est facile de  les confondre en vol,  ces papillons sont de taille identique. Le Jason apparaît brun et jaune, tandis que le Silène présente deux grandes bandes blanches .
Toujours sur un chêne liège pour sucer la sève qui suinte

Le mieux étant bien sûr de les voir posés !

Et nous l’avons vu sur un tronc de chêne liège, à hauteur d’homme, une vraie aubaine.

Mais nous avons été intrigués par son attitude, il se nourrissait. Sa trompe déroulée ne laissait aucun doute. Adulte, le Jason suce des liquides dans différents végétaux, il aime les fruits très mûrs, même un peu pourris. Mais que pouvait-il bien trouver sur ce tronc de chêne liège où il revenait régulièrement ?
Trompe enroulée, le départ est proche.

Lors d’une de ses absences je suis allée regarder ce tronc de très près. Il suintait un peu de sève. C’était donc cela que Charaxes  jasius allait pomper. Et il y avait d’autres amateurs,  les fourmis qui tournaient aussi autour de cette source de nourriture.
Aïe, aïe, elle me pince cette coquine de fourmi!

Cela me vaudra d’ailleurs une scène amusante ! Figurez-vous que notre Jason s’est fait mordre la trompe par une fourmi !Et il a été obligé de dégager d’abord sa trompe de la source de sève , puis de la secouer vigoureusement pour s’en débarrasser. La fourmi était bien accrochée au bout de la trompe du Jason , elle tenait fermement la trompe.
La fourmi ne lâche pas prise!

 J’ai pensé à l’éléphant qui se fait mordre la trompe par une souris et qui l’envoie promener au loin. Cela m’a fait bien sourire, quelle scène cocasse! Après un temps pour se remettre, le papillon reprendra tranquillement son repas, une si petite fourmi ne va pas le priver d’une nourriture riche et abondante. Car dans cette zone de garrigue il n’y a ni fleurs ni fruits, tout est sec, archi sec….

 Ce fut pour nous une superbe rencontre. Le Pacha à deux queues est visible sur le pourtour méditerranéen jusqu'à la mi-octobre.

22 commentaires:

  1. Quel beau reportage , les papillons sont tjrs très esthétiques :) Les photos avec la fourmi sont extraordinaires !! Bravo :)

    RépondreSupprimer
  2. Ce Jason est magnifique, bravo Lucie pour ta dernière observation!

    RépondreSupprimer
  3. Bravo pour les photos magnifiques. Très joli papillon. Bonne journée. Diane

    RépondreSupprimer
  4. Superbes photos et belle étude bien complète, qui nous apprend bien des choses sur ce papillon que nous n'avons pas eu la chance de le rencontrer!

    RépondreSupprimer
  5. BRAVO!
    Applaudissements de ma part qui espère tant un jour le rencontrer!
    Je me demandais quand tu allais nous le présenter, c'est un des quelques challenges que je n'ai pas réussi cette année!
    La fourmi qui lui mord la trompe, ça c'est fabuleux et rare!
    J'imagine ton fou-rire!!
    Grosses bises et.... et non je le dirai pas, tu t'en doutes bien! LOL! ;-)

    RépondreSupprimer
  6. Des photo superbes et ta persévérance récompensée, merci Lucie pour le partage et ce bel exposé qui met en exergue ce magnifique papillon... hélas inaccessible pour bien des macroteux de l'hexagone !!!

    RépondreSupprimer
  7. Vraiment magnifique ce papillon ! Je rêve de la voir en vrai ! Effectivement, la dernière phot est assez cocasse ! Merci pour le partage et ces belles photos !

    Cdlt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  8. il faut que je prenne le temps d'aller à Paulilles... toute une allée pour lui, s'il y en a ici, il y sera
    Merci pour ce beau reportage

    RépondreSupprimer
  9. Quel plaisir de découvrir Jason et son aventure! S'en souviendra t'il? Vous oui ça c'est plus sur.

    RépondreSupprimer
  10. Il est somptueux au moins autant que tes prouesses pour aller le chercher dans son milieu préféré. Merci de nous le faire découvrir.

    RépondreSupprimer
  11. Je n'avais jamais vu ce papillon et on pourrait faire une séance vidéo gag chez les papillons, très drôle cette fourmi mordant la trompe du Jason.
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. C'était déjà une rencontre exceptionnelle en soi et je vois que tu as bénéficié d'un bonus ! Un été qui s'achève en beauté, tu es en veine et j'imagine que questions rencontres rares c'est pas fini pour cette année 2012, tu vas encore nous éblouir, Lucie.

    RépondreSupprimer
  13. Toujours aussi féérique de venir se promener par ici !

    La scéne de la fourmi est vraiment la cerise sur le gateau, bravo !!

    RépondreSupprimer
  14. un papillon magnifique!! et si amusante celle de la fourmi!!

    RépondreSupprimer
  15. Superbe reportage. L'anecdote de la fourmi est marrante. En voila un que je ne risque pas de rencontrer par chez moi... Les arbouses je ne les trouve qu'en boîte :-)

    RépondreSupprimer
  16. Superbe papillon que l'on ne connait absolument pas sous de plus hautes latitudes, les photos sont sublimes, la chenille extraordinaire, bravo !

    RépondreSupprimer
  17. Qu'il es beau !!!
    Moi qui suis un grand fan de papillons, je ne l'ai jamais rencontré.
    Merci pour ces beaux clichés !
    Bonne soirée Lucie

    RépondreSupprimer
  18. Quelle merveille ce papillon ! Je le préfère en papillon qu'en chenille... Quant aux fourmis, elles n'ont donc vraiment peur de rien ! Très bonne soirée :)

    RépondreSupprimer
  19. Magnifique reportage! merci pour ce joli partage

    RépondreSupprimer
  20. J'ai un arbutus unedo mais pas de Jason et c'est bien dommage . Il est magnifique ce papillon .
    bises

    RépondreSupprimer
  21. je reviens sous ton article.
    j'avais trouvé 4 de ces chenilles. j'allais tous les jours "prendre" des nouvelles. Pendant un mois et demi, tout était tranquille. Puis, petit à petit, l'une après l'autre, elles ont disparu. :( Comme elles étaient extrêment passives, je crains qu'elle n'aient été mangées. J'espère qu'il yen a d'autres planquées dans mes deux arbousiers. Snif, elles me manquent ces jolies petites cornues.
    j'ai d'autres chenilles que je n'ai pas réussi à identifier.

    je vais continuer à me balader chez toi
    ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il se peut en effet que les chenilles aient fait le délice d'un oiseau. Mais il est aussi possible qu'elles aient trouvé un endroit moins exposé!
      On peut aussi cueillir la branche sur laquelle elles sont installées pour les mettre à l'abri! La chenille recommence à se nourrir au printemps!

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.