vendredi 27 juillet 2012

Milesia crabroniformis, la Milésie faux frelon, le plus grand Syrphe de France.


Voici un diptère, une mouche en fait,  impressionnante. Elle est de belle taille et avec ses couleurs voyantes, rouge pour les pattes, du jaune  au brun en passant par l’orange, elle ressemble à un frelon ! Elle en a en plus la taille puisque l’insecte fait entre 20 et presque 30 mm.
Milesia crabroniformis vient se nourrir sur les lavandes en fleurs

Mais ce n’est pas un frelon, même pas une guêpe et cet insecte n’a absolument pas la possibilité de piquer.

Comment en être sûr ?
C'est la tête qui nous dit qu'il s'agit d'un syrphe, certes très grand, mais inoffensif.

D’abord le frelon ne vient jamais se nourrir de nectar. Quand il visite une fleur, c’est en chasseur pour y débusquer une éventuelle butineuse qui fera son repas ou celui de ses larves.

Milesia crabroniformis, vient comme beaucoup de Syrphes adultes se régaler du nectar ici sur ces belles lavandes qui fleurissent à 1700 m d’altitude au – dessus de la haute vallée du Var.Sur les   pentes qui surplombent la rivière  des forêts touffues expliquent sa présence.  En effet je n’avais jamais vu cet insecte dans la garrigue. Ici, il trouve le bois mort dans lequel sa larve se développe, en particulier le bois de bouleau en décomposition.
Milesia crabroniformis  orné d'un dessin brun sombre sur le pronotum

C’est un mâle les yeux se touchant en un point, ceux des femelles ne se rejoignent pas.
Les antennes (1) arrondies et surmontées d'un pinceau fin  et une langue volumineuse et extensible (2) nous indiquent un Syrphe.

Extrêmement mobile, il reste sur les fleurs et se déplace en allant d’une fleur à l’autre. Sa taille et son poids font pencher les fleurs, tout bouge ! Que c’est difficile d’avoir une image bien nette ! L’insecte se soucie peu du spectateur, une fois rassasié, hop, il prend son vol et s’en va bien loin .Je ne le reverrais pas de toute l’après –midi !
Un vrai frelon avec des antennes allongées formées de plusieurs articles, un pronotum avec le V rouge et un abdomen se terminant en pointe.

Afin de ne pas les confondre voici Vespa crabro, le Frelon. On voit  que ses antennes sont bien différentes. Et c’est un insecte qui dispose de solides mandibules pour décortiquer ses proies ou creuser les fruits dont il se nourrit en fin d’été.Celui-ci nettoyait ses antennes bien différentes de celles des Syrphes.
Je suis comme vous, je préfère voir un faux frelon !

19 commentaires:

  1. Belle série!
    Le fond est superbe, on croirait une aquarelle!
    Je ne pense pas avoir rencontré cette Milésie!

    RépondreSupprimer
  2. Je n'ai jamais observé de syrphe aussi imposant! Merci Lucie pour ton beau reportage.

    RépondreSupprimer
  3. super un nouvel article ! Très beau ce syrphe, et puis tes photos sont super réussies malgré ses mouvements imprévisibles :-) Bravo

    RépondreSupprimer
  4. Quel beau billet! Le respect ne peut que s'imposer devant chacune de ces créatures.

    RépondreSupprimer
  5. Merci pour l'explication. Je voudrais aussi voir un faux frelon! De superbes photos. Bon week-end. Diane

    RépondreSupprimer
  6. Tiens-tiens!
    Il y a un moment que je ne les ai pas vues ces beautés!
    Ces diptères fréquentent essentiellement les chardons chez moi et ils ne passent pas inaperçus!
    Ca ne m'empêche pas de me réjouir quand je vois un frelon, mais un indigène!
    nous sommes envahis par les asiatiques ici... :(
    Bel article Lucie!
    Bon dimanche et bises à vous deux!

    RépondreSupprimer
  7. je crois que j'ai photographié la même mouche que je publierais bientôt

    RépondreSupprimer
  8. C'est tout de suite plus sympa quand c'est inoffensif, jolies photos !

    RépondreSupprimer
  9. Encore de magnifiques photos Lucie !
    Bel article et toujours très intéressant !
    J'ai vu un syrphe quasiment tout noir dans mon potager ce matin, malheureusement je n'avais pas mon appareil photo..
    A très bientôt,
    Aurélien

    RépondreSupprimer
  10. Ouah quelle belle présentation! Magnifique Lucie et je ne le connaissais pas celui-ci!

    RépondreSupprimer
  11. Spectaculaire ! Tant l'insecte que tes magnifiques photos ! Je ne connaissais pas ce syrphe, merci de nous l'avoir présenté !

    Cdlt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  12. bravo pour ces magnifiques photos ! J'ajouterai un fort important caractère distinctif entre les syrphes (ordre des Diptères - aussi mouches, tipules,...) et guêpes / frelons (Hyménoptères - aussi abeilles, bourdons, ichneumons,...): les Diptères ont 2 ailes alors que les Hyméno en ont 4 !

    bonne continuation
    Arnaud

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci de cette importante précision Arnaud.Sur photo c'est plus facile à observer que sur le vif!

      Supprimer
  13. J'ai trouvé un mâle mort que je viens d'identifier grâce à votre site, merci.

    RépondreSupprimer
  14. Merci grâce a vous j'ai pu identifier "la bestiole" que j'ai photographié aujourd'hui, merci pour toutes ces explications.Bon fin de dimanche.

    RépondreSupprimer
  15. Bonjour,
    Le blog est toujours un régal pour les yeux et une source d'informations fiables.
    Bravo!
    Il arrive que les frelons butinent, car ils on besoin d'énergie pour voler. Les proies servent pour nourrir les larves.Vous pouvez par exemple les observer en septembre sur le lierre (le frelon européen tout comme l'asiatique) butiner tranquillement, puis soudain capturer un insecte, se suspendre à une branche pour faire une boulette avec le thorax de la proie, puis partir vers le nid. C'est une observation qui permet souvent de localiser les nids de frelons asiatiques.
    Cordialment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Pascal de vos observations.
      J'observe en effet des frelons sur les fruits pour se nourrir( je les vois consciencieusement creuser mes pommes) et j'ai assisté à des chasses, mais je n'ai jamais vu l'endroit où le frelon emportait sa proie. J'ai d'ailleurs été étonnée de la distance qu'il parcourait!

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.