vendredi 13 juillet 2012

Anthidium florentinum, des femelles cueilleuses de coton.


L’été est une saison où l’activité des abeilles est à son maximum.
Butiner, recueillir du pollen pour nourrir ses futures larves, leur préparer un nid où elles seront à l’abri pendant la mauvaise saison, voilà de quoi occuper la journée des abeilles solitaires femelles.

Après la découpeuse de feuilles, voici maintenant la cueilleuse de coton ou même de soie !

Nous sommes dans la famille des Anthidies, ces grandes abeilles jaunes et noires qui peuvent impressionner mais qui ne s’en prennent jamais à nous. Les mâles nous tournent parfois autour car nous sommes des intrus dans leur territoire et ils nous le font savoir mais renoncent vite devant les géants que nous représentons pour eux.
Les femelles fécondées d’Anthidium florentinum qui visitent mon jardin année après année, depuis la fin du mois de juin,sont bien occupées.
Elles utilisent différents matériaux prélevés sur des végétaux.
Au travail dans les fleurs desséchées du cirse.

J’ai observé cette année le travail de l’une d’elle sur les fleurs sèches du cirse commun.

L’an passé c’était sur le cinéraire maritime qu’elle recueillait de quoi faire un nid douillet pour ses larves.

L’abeille arrive en survolant les différentes fleurs qui sont en fin de floraison et déjà bien sèches. Son choix  faist,le prélèvement commence. Avec ses mandibules , elle tire, elle tire sur les aigrettes qui surmontent les graines. On sent parfois l’effort tant elle est inclinée sur la fleur.
Anthidium florentinum tire bien fort pour détacher les aigrettes soyeuses.

Et avec ses deux paires de pattes avant elle rassemble son petit baluchon. Les pattes arrières la maintiennent fermement sur la fleur.
Sur les capitules sèches des cirses il suffit de tirer fermement pour en retirer les aigrettes soyeuses qui feront une jolie enveloppe pour son œuf et sa réserve de pollen.
L'abeille ramène les fibres végétales  sur son ventre pour en faire une petite boule.

Le tout étant placé dans une tige creuse, un  trou étroit ou comme j’ai vu faire sous ma table de terrasse où hélas le travail fut totalement vain, le petit tube étant dirigé vers le sol et tout retombait sous la table. Elle s’est pourtant échinée deux jours avant de renoncer.

Cette année c’est la première fois que je vois la femelle Anthidium florentinum prélever ces jolies aigrettes.
On voit les mandibules bien écartées pour saisir les aigrettes sèches de la fleur.

L’an passé, elle avait jeté sa préférence sur les tige laineuses du cinéraire maritime.

Là le travail est différent. Les tiges et les feuilles sont recouvertes de poils laineux. Ce sont eux que prélève l’abeille en raclant avec ses puissantes mandibules tiges et feuilles. Et une fois rassemblés, ils forment une petite boule semblable à du coton.
Perchée sous la fleur du cinéraire,Anthidium florentinum a déjà bien travaillé.

Le travail est assez long car les fibres végétales ne se détachent pas facilement.
La femelle , mandibules écartées entasse sa précieuse récolte sur son abdomen .

Et une fois la boule d’une taille jugée suffisante on s’envole.
Prête pour l'envol.Parfois la récolte tombe, mais l'insecte essaie alors de la récupérer.

Je n’ai jamais vu une abeille partir avec très peu de récolte. Concentrée sur son travail, elle ne l’abandonne pas et se laisse approcher, bien sûr sans geste brusque. C’est un spectacle que j’admire chaque fois que j’ai l’occasion de le voir. L’instinct dicte à ce petit insecte le matériau et la manière appropriée pour le recueillir afin de préparer sa descendance.


14 commentaires:

  1. fantastique !
    mais combien de temps y passes-tu donc pour voir tout ça ?
    Car évidemment toutes ces rencontres et photos superbes ne sauraient être le seul fruit de la chance
    - mon propre jardin est très neuf, petit et inhospitalier, soleil dur et vents violents font la vie dure à ce qu'on tente d'installer. Ce qui n'empêche pas les visites et les trouvailles, mais comme moi-même je préfère aller promener plus loin... je ne suis pas assez familière des allées-et-venues du petit peuple.

    RépondreSupprimer
  2. Quel travail assidu!
    Et quelle précision dans les détails!
    Bon 14 Juillet!

    RépondreSupprimer
  3. Ohlala !!! Tu es comme cette abeille ! Avec cet article tu as fourni un travail de longue haleine ! Bravo c'est fascinant, je suis assez observateur, mais je n'ai jamais observé un tel phénomène! Bravo, je mets ton article sur twitter et facebook , faut partager ça !!!
    tu habites dans quelle région ?

    RépondreSupprimer
  4. et bien c'est la première fois que je vois ça!!! quel fabuleux reportage et découverte pour moi.. et quel travail pour cette abeille bien sympathique.. fantastique ! merci à toi Lucie, bonne journée

    RépondreSupprimer
  5. Ah, que je comprends ton admiration et ta patience devant ce travail de fourmi... Heu, d'hyménoptère!
    Tes photos sont franchement merveilleuses, si nettes et si détaillées!
    Je me souviens en effet de celle qui avait travaillé en vain sous ta table! Ces choses arrivent!
    Bravo et bonne soirée, mes amitiés à vous deux!

    RépondreSupprimer
  6. C'est toujours une découverte de parcourir ton blog ,qu'elle patience Lucie !
    Incroyable tes photos !
    Bravo et merci !
    Bon dimanche !

    RépondreSupprimer
  7. Étonnant ! Je n'avais jamais eu l'occasion de voir ce spectacle dont j'ignorais même l'existence ! Merci pour ce beau reportage Lucie !

    Cdlt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  8. Oui, pleine d'admiration pour toi et ces jolies abeilles. De découvrir ces occupations bien précises et de les mettre en photos, c'est toi et ce travail de patience des abeilles aussi!
    Faut dire ici les malheureuses abeilles sont noyées autant que nous...

    RépondreSupprimer
  9. Très intéressant, quelle détermination et sérieux en vu de cette tâche qui est la raison de vivre des êtres vivants.

    RépondreSupprimer
  10. C'est un superbe reportage sur une abeille assez peu connue. Sa méthode pour protéger sa progéniture est originale : un nid de coton ou de soie... Les oeufs seront bien tenus au chaud :-)

    RépondreSupprimer
  11. Je pense n'avoir jamais vu cette abeille avec son petit ballot sous le ventre mais je n'observe pas assez .
    En tout cas c'est fort intéressant tes articles concernant cette abeille .
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. Merci pour ce sujet ! Maintenant je comprends mieux ma rencontre avec cette abeille et son coton à la bouche !
    Apparemment, je pense, qu'elle récolte aussi un peu de tissu ou coton sur mon étendoir, je l'ai vu s'activer sur une chaussette blanche un peu cotonneuse (les petites bouloches).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à vous de votre retour d'expérience! Les abeilles trouvent des solutions qui nous étonnent!Je n'en ai jamais vues sur le linge!

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.