samedi 9 juin 2012

Capnodis tenebrionis, un Buprestidae.


 Voici le Capnode des arbres fruitiers.

C'est un insecte, un gros bupreste, bien moins coloré que les ceux que nous rencontrons d’habitude, mais beaucoup plus néfaste à certains arbres.

C'est l'heure du petit déjeuner et Capnodis tenebrionis a bon appétit!

J’ai surpris celui-ci, à 1000 m d’altitude grignotant la tige d’un jeune prunellier sauvage, dans la garrigue. Bon, déjà il ne s’en prend pas à un abricotier ou un amandier, ce qu’il aime beaucoup, en général. Vous me direz, dans cette garrigue, il n’y a pas d’arbre cultivé et d’ailleurs pas beaucoup d’arbres ! C’est vrai, c’est pourquoi je l’ai remarqué, gros comme il est et bien noir, il lui est difficile de passer inaperçu. Quand j’ai bougé sa branche –petit-déjeuner, il a fait comme beaucoup de coléoptère, il s’est laissé choir au sol  et a fait le mort. Mais dommage pour lui, il n’y avait pas beaucoup d’herbe pour le dissimuler !!

Et nous avons fait une petite séance photo.

Sur le dos on voit les dessus de ses tarses , bruns.

D’abord sur le dos puisque c’est ainsi qu’il veut rester, je veux rassure au-bout de 3 minutes, il s’est dit que cela  lui suffisait de  rester sans bouger ! Immobile on voit que le dessous de ses tarses est brun alors que la couleur noir mate de son corps est presque uniforme. Les entomologistes se plaignent de la difficulté qu’ils rencontrent quand ils veulent « l’épingler » pour leur collection, tant sa carapace est solide et dure à transpercer ! Il n'a pas de "points faibles ", même dans sa partie abdominale!
Tout est bien rangé afin que rien ne dépasse .

Il fait 27 mm, il appartient à la sous-famille des Chalcophorinae qui compte une quinzaine d’espèces en France.
Quelques taches sur les élytres mais surtout un pronotum joliment marbré de blanc.

Il est noir mais ce sont surtout les écailles blanches de son pronotum qui forment de jolies marbrures et c’est bien cela qui le fait reconnaître facilement.

Son front est dépourvu de cette pruinosité blanche que l’on voir surtout sur le pronotum. Ses antennes  sont droites.
Un tête avec un front sombre! Rassurez-vous il s'envolera vite de cette fleur peu à son goût!

On le voit surtout de juin à août. C’est  sa larve qui cause aussi bien des dégâts, elle vit dans les racines des pruniers, pêchers, abricotiers, cerisiers. On le rencontre surtout dans la partie  méridionale du pays, montagnes exclues.

9 commentaires:

  1. Post intéressant sur ​​un petit scarabée. Superbes photos comme toujours. Bon week-end Diane

    RépondreSupprimer
  2. Jamais vu dans nos arbres fruitiers...
    Beau scarabé, bien mis en valeur;

    RépondreSupprimer
  3. Jamais vu celui-là non plus!
    Compte tenu de sa taille, il doit en effet faire des ravages!!
    Mais il a une bonne tête avec ses gros yeux allongés!
    Ton article est très sympa et tes photos parfaites!
    Bizzz à vous 2, A+!

    RépondreSupprimer
  4. Un curieux insecte que je ne connaissais point. Merci de nous l'avoir présenté. Bientôt des images du col du Granier ?

    Cdlt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  5. Il a un corsage très élégant, je ne l'ai jamais vu je m'en souviendrais...
    Hum... Je sens que Jma a quelque chose à nous montrer...

    RépondreSupprimer
  6. bravo une fois de plus pour ces photos toujours aussi parfaites (de la zygène aussi)
    Je n'ai pas encore rencontré ton petit cuirassé mais je si ça se produit je le reconnaîtrai, avec son joli caraco. Je crois comprendre qu'il faut regarder (bien regarder) par terre où sur le dos il passe inaperçu.
    - J'ai beaucoup de mal avec blogger actuellement. J'espère venir à bout de ces difficultés pour publier les photos qu'il me refuse.
    ?
    bonne soir&ée, Lucie

    RépondreSupprimer
  7. Bravo Lucie pour les belle images et le reportage.
    J'ai déjà rencontré...et photographié bien sûr....l'un de ses cousins Anthaxia manca à la robe rouge, et il est vrai que sa couleur lui donnait une connotation de petit bijoux ancien. Ce sont malgré tout des Coléoptères rares par ici ce qui augmente forcément l'intérêt que l'on peut leur porter.

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour,
    ça fait plusieurs années que j'en trouve dans mes abricotiers ! Dès que je vois des feuilles au pied de l'arbre , j'examine les branches et j'en trouve 1 ou 2.J'ai également fait de jolies photos !

    RépondreSupprimer
  9. les créateurs de mode, d'accessoires, les lunetiers peuvent se pencher sur les buprestes, quand ils n'ont pas d'idée

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.