mercredi 1 février 2012

Talèves sultanes (Porphyrio porphyrio),scènes de vie en hiver.


 Après la première rencontre avec la Talève sultane, sur un petit étang du delta de l'Ebre où nous sommes retournés le lendemain, nous avons vu qu’il y en avait en fait quatre qui se déplaçaient à la limite de la végétation.
Les Talèves se nourrissent en bordure des champs de riz, près d'un rideau de phragmites, refuge en cas d'alerte.

Mais ce n’est qu’un peu plus tard que nous avons eu une surprise encore bien plus grande en voyant tout un groupe de Talèves se nourrir dans un champ. Nous étions dans une exploitation écologique de riz. La culture du riz occupe la majeure partie des terres arables du delta de l’Ebre. Il y reste quelques terres destinées à l’élevage et des zones maraîchères sur le pourtour des petites localités et en bordure du fleuve. D’ailleurs nous avons vu avec grand plaisir une très longue piste cyclable doublée par une promenade piétonne très bien aménagée, qui longent l’Ebre sur de longs kilomètres.
La talève sultane est une bonne nageuse.

Pourquoi avons-nous vu beaucoup de Talèves dans les champs de riz cultivés de manière différente ?

Les Talèves mangent essentiellement des végétaux, en particulier les plantes qui poussent en limite d’étangs comme les phragmites et … mais aussi les plants de riz ! Et alors les riziculteurs ne sont plus d’accord pour laisser les oiseaux se régaler au détriment de leurs cultures. Elles se sont alors installées en bordure de  cette ferme écologique où on les laisse tranquilles !
Un fort désaccord entre deux Talèves

En hiver les champs de riz sont vides mais il reste des racines des plantes coupées en fin d’été et c’est ce que cherchaient ces oiseaux. Mais extrêmement peureuses, les poules s’envolaient dès que quelqu’un passaient à moins de 50 mètres. Elles volaient (l’oiseau vole très bien sur de courtes distances) se réfugier sur l’étang voisin. Quand l’eau est trop profonde pour y marcher, elles pratiquent la nage. C’est un oiseau très débrouillard qui court vire, vole bien et nage ! 
Un bon coup de pattes et voilà pour toi!

Pour avoir quelques images de proximité nous nous sommes installées dans un rideau de phragmites à proximité d’un des champs où elles se nourrissaient. Ne nous voyant pas debout comme elles ont l’habitude de voir les humains elles sont revenues se nourrir mais ont gardé une certaine distance.

Détail !
Elles se déplacent en petits groupes mais j’avais bien l’impression de voir un ou une sentinelle : elle ne se mettait pas à chercher de la nourriture mais scrutait le paysage. Le groupe vit paisiblement et nous n’avons vu qu’une seule altercation. Heureusement je ne me déplace jamais sans mon mari qui a saisi ces images ! C’est à coup de pattes que l’on se vole dans les plumes et des cris  stridents soulignent le désaccord ! A quel sujet ? Nous ne le saurons jamais ! Cela se termine par une course poursuite et l’indésirable restera de l’autre côté du rideau de phragmite, sur l’étang, le vainqueur revenant se régaler de vieux chaumes de riz.
La fuite pour le vaincu

La Talève est le plus grand oiseau de la famille des Rallidés, elle mesure de35 à 50 cm de hauteur ;
La Gallinule poule d’eau de 32 à 35 cm, la Foulque macroule : 36 à 39cm.


Sur les chaumes de l'étang, au fond  Talève, Foulque au premier plan et...

 Nous terminerons par cette photo sur l’étang, 3 oiseaux sont présents, la Talève, au premier plan la Foulque macroule et un autre individu qui fera l’objet d’un billet ultérieurement.

Un clic pour voir  les imges en plus grand.

13 commentaires:

  1. Un oiseau que je ne connais pas aux jolies couleurs ! :)

    RépondreSupprimer
  2. C'est splendide cette seconde séquence!
    Bravo à vous deux pour ces photos, surtout la bagarre... Ca met de l'animation dans l'image!
    Tu sais qu'elles mangent aussi des insectes et araignées, mais également des grenouilles et d'œufs?
    Je les ai photographiées en Australie et mes recherches m'ont apporté cette info!
    Bravo pour cette magnifique série!
    bises et bonne journée à vous deux!

    RépondreSupprimer
  3. Et dire que certains ont fait toute une histoire pour un gars qui aurait marché sur l'eau mais on n'a aucune preuve de l'évènement...
    Là, au moins, c'est du concret! Chouettes images!

    RépondreSupprimer
  4. Un autre texte plein d'intérêt.

    Sais-tu de quelle façon les riziculteurs empêchent les talèves de s'approcher de leurs cultures?

    Merci à toi et à ton photographe, qui se débrouille fort joliment.

    RépondreSupprimer
  5. Magnifiques photos, un coup de coeur pour celle où le vaincu prends la fuite.

    Je ne connaissais pas ces oiseaux. Ils seraient bienvenus au Québec où les phragmites gagnent du territoire et représentent une menace pour nos quenouilles.

    RépondreSupprimer
  6. génial ! merci pour ce reportage animé l'avant-dernieère image est extra

    RépondreSupprimer
  7. Extra ! Je vois que non seulement elles se sont laissée admirer mais elles ont aussi assurer le spectacle !
    Bravo au mari : il assure !!!

    RépondreSupprimer
  8. Des couleurs superbes, bravo pour ces clichés. J'ai fait une découverte.
    bonne journée
    chatou

    RépondreSupprimer
  9. Les talèves savent voler, nager, courir, comme tu dis elles sont débrouillardes et ont de belles couleurs.
    Bises

    RépondreSupprimer
  10. à ce que je vois, marcher sur l'eau n'est pas un miracle réservé !!!! bravo pour ces magnifiques photos !

    RépondreSupprimer
  11. Superbes observations !

    Cdt,
    Jma

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.