mercredi 22 février 2012

Fauvette à tête noire: comportement territorial d'un mâle


Le froid s’est bien éloigné de notre région, le soleil brille et les oiseaux ont repris leur petite vie. En ce moment le printemps se prépare très sérieusement. Les pies transportent de longs bouts de bois pour installer l’armature de leur nid en haut d’un grand épicéa !C’est parfois cocasse quand la branche ne passe pas là où il faut pour la placer à la plus haute fourche de l’arbre, la branche tombe et je vois dans les jumelles le regard désolé de l’oiseau qui ne s’arrête pas à si peu, et va rechercher sa branche tombée.

Les petites mésanges ont repris leurs visites pour trouver un logis, un couple de charbonnières visite le caisson des volets roulants de mes voisins. Notre miss Parus, la petite Mésange bleue a testé deux nichoirs situés dans le jardin et même la Mésange huppée est allée voir à quoi cela ressemblait !
Un mâle de fauvette à tête noire qui a de la suite dans les idées!

Les Fauvettes à tête noire construisent un nid dans les haies .Mais en ce moment j’ai un mâle qui a un comportement très caractérisé ! Il s’est approprié une dizaine de mètres carrés dans le jardin. C’est un endroit bien particulier, on y trouve deux mangeoires et des coins au sol où tombent les graines. Deux arbres servent de base arrière : un mandarinier et un citronnier. Ces agrumes ne perdent pas leurs feuilles et on peut donc bien s’y cacher !

Les fauvettes ne peuvent pas manger les graines de tournesol car elles ne peuvent pas les décortiquer. Pour ces petits oiseaux j’ai pris l’habitude de passer au hachoir les graines pour leur proposer ces brisures qui sont alors faciles à manger.

Les graines de tournesol hachées sont bien nourrissantes


Jo, comme je l’ai appelé a trouvé une mangeoire avec ces petites brisures et trouve cela très bon ! Il a décidé que c’était donc l’endroit idéal pour y attirer une copine. Il appelle doucement quand il est sur la mangeoire, de temps en temps il consomme quelques graines pour prendre des forces et il appelle. Entre temps les habitués veulent eux aussi se nourrir à cet endroit. Alors Jo se transforme en Jo la terreur ! Pas question de laisser approcher qui que ce soit. Les petites Mésanges bleues pourtant bien courageuses sont chassées sans ménagement et  poursuivies jusque dans le citronnier où elles trouvent un abri.

Même le Verdier, bien plus gros doit renoncer.
Jo la terreur surveille son territoire

Jo la terreur a décidé que c’était sa mangeoire et que c’était pour lui et son hypothétique copine.

Il est parfois encore plus sournois : caché à l’abri des regards dans le mandarinier, il surveille les abords. Voilà un Chardonneret qui a ses habitudes sur cette mangeoire. Jo sort de sa cache et fonce, l’intrus a vite compris et s’en retourne d’où il vient !

A la buvette aussi on surveille les alentours.

Alors me direz-vous a-t-il eu du succès ?

C’est relatif et peu glorieux. Une après-midi, j’étais en observation et j’ai vu notre Jo foncer sur une femelle, la pousser sous le mandarinier et la petite fauvette lui a échappé au bout de 30 secondes toute ébouriffée.

Depuis chaque fois qu’une femelle s’approche de la mangeoire, apercevant Jo, elle s’enfuit à toute vitesse ! De même elle ne s’attarde pas à la buvette que Jo fréquente assidûment ! Je pense que sa mauvaise réputation est faite parmi les petites fauvettes !

Voici maintenant notre terreur transformée en Jo le balafré!


Deux jours plus tard voilà que Jo m’est apparu en Jo le balafré ! Sur sa mangeoire, je le retrouve avec cette tache de sang séché sur la joue. Il a sans doute dû se faire moucher par un autre oiseau moins docile.

Comment suis –je sûre qu’il s’agit toujours de Jo ?

Il a une marque reconnaissable autour de l’œil, le cercle blanc est interrompu sur son œil gauche.

Madame Fauvette à tête noire objet de tant de soucis pour Jo!

Je ne suis pas inquiète pour la pérennité de l’espèce dans le jardin, les fauvettes à tête noire sont très nombreuses dans mon petit coin. A 100 mètres du jardin une grande haie de lierre en concentre une bonne dizaine qui se nourrissent de ses baies. Les mâles y sont en majorité, peut être eux aussi gardent –ils des coins où la nourriture est abondante pour séduire leur futures compagnes ?

21 commentaires:

  1. Bravo Lucie pour ta chronique et tes portraits de Jo le balafré!

    RépondreSupprimer
  2. Extra, l'histoire de Jo la terreur!
    Je ne les vois pas chez moi, hélas!
    La calotte rousse de madame est bien jolie!
    Heureusement que tu en as plusieurs autour, tu verras peut-être les jeunes au printemps!
    Bises à vous deux et bonne journée, Lucie!

    RépondreSupprimer
  3. Excellent l'histoire de Jo , n'as tu jamais songé à écrire des livres pour raconter les oiseaux aux enfants :)!

    RépondreSupprimer
  4. Il ne manque que le son à ton message... ton récit est si clair et détaillé qu'on se croirait à tes côtés à observer tout ce petit monde... ton jardin doit être rempli de gazouillis joyeux ou vindicatifs !...

    RépondreSupprimer
  5. Comme c'est amusant !!! Chez moi aussi il y a un Jo bis , exactement le même comportement . Seulement hier il y avait un attroupement , mésanges, tarins , pinsons , chardonnerets ... et gros étournaux. Là notre Jo bis est resté calmement près de SA boule de graisse et a fait celui qui ne voyait rien . Je pense qu'il a peur des étourneaux et qu'il ne désire pas avoir de grosses balafres comme ton Jo . Je mettrai bientôt sa photo sur mon Blog , je le trouve très drôle quand il fait la boule avec son regard de grosse terreur !!!
    Lucie je trouve que tu as un don pour nous raconter si bien la vie de tes oiseaux . C'est exactement ça !!! et en plus tes photos sont splendides , pour tout cela je te remercie vivement.( c'est une bonne idée de casser les graines de tournesol je n'y avais pas pensé).
    Bise de Sophie.

    RépondreSupprimer
  6. Très belle histoire, oiseaux magnifiques,superbes photos et du couple svp, c'est du très bon travail!

    RépondreSupprimer
  7. Bravo et merci pour la présentation de Jo! Superbe série de photo d'un oiseau que j'aimerai bien mettre décemment dans mon boitier!

    RépondreSupprimer
  8. Bravo pour le suivi de Jo .
    Un sujet très intéressant et enrichissant !

    RépondreSupprimer
  9. Bien entendu, ta narration m'a comme d'habitude passionné, et ce d'autant plus que la mienne de femelle fauvette que j'avais surnommée la "Teigne"(et que tu m'avais identifiée l'an passé)est revenue dans mon jardin (à moins que ce ne soit sa fille...) avec un comportement identique à celui de l'année dernière c'est-à-dire celui d'une vraie teigne à l'égard de tout ce qui s'approche des mangeoires, fusse t'il plus costaud.Un oiseau de caractère pourrait on dire !!!

    RépondreSupprimer
  10. Une bien belle histoire naturelle! Merci

    RépondreSupprimer
  11. il trouvera bien un oiseau qui le remettra a sa place ,j'ai remarqué que certain chasse certaines espèce mais pas d'autre a taille égale ,je me dis que le délit de sale gueule existe aussi chez ls oiseaux ...Belle série et narration ...

    RépondreSupprimer
  12. Belle histoire de Jo la terreur ! Mais avec ce fichu caractère, va t'il trouver l'âme sœur ?

    Cdt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  13. De belles histoires, toujours aussi bien écrites, une petite page de vie au paradis des fauvettes à tête noire.

    RépondreSupprimer
  14. Je trouve que cette année , les oiseaux ont été moins nombreux à venir se nourrir. Est ce du à la douceur de l'hiver ( à part la période de grand froid ou au fait que des chats se promènent souvent dans le jardin?

    RépondreSupprimer
  15. Comme c'est bien narré.. trop mignonnes ces petites fauvettes. J'en avais beaucoup en Haute savoie mais depuis que je suis dans l'Aude je n'en ai pas encore vu dans mon jardin.
    chatou

    RépondreSupprimer
  16. ne vont- elles jamais vers le Nord, ou rarement. Les seules que j'ai vu étaient à Bordeaux et en Bretagne. Jo n'est vraiment pas commode mais sera peut-être prisé grâce à sa combattivité...Délicieux reportage Lucie.

    RépondreSupprimer
  17. chris j ai aussi sur le bord de ma fenetre une doublure de jo et c est vrai personne ne vient s en aprocher donc j ai mi d autre mangeoires pour mes mesanges a tete bleu et les charbonieres mais les verdiers si risque mais pas lngtemp quelques chardonneret vienne plus bonne heure c est tres agreables merci pour votre site

    RépondreSupprimer
  18. J ai trouver une fauvette avec une grosse boule dure , d une taille d une olive qui ce pondouille et l empêche de voler , ça peut être quoi?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Les oiseaux aussi sont malades. Cela peut être un kyste, une blessure qui a mal évolué.

      Supprimer
  19. Bonjour, que mange une fauvette à tête noire ? peut-elle vivre seule ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La fauvette mange des baies, des fruits sauvages ou cultivés.Des pommes qui restent sur un arbre, des baies de cotonoaster, de lierre...
      Je pense qu'elle peut vivre seule, ce n'est pas un oiseau qui vit en groupe.

      Supprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.