dimanche 3 juillet 2011

Brenthis daphne et Brenthis ino. Nacré de la ronce et Nacré de la sanguisorbe

Identifier les Nacrés est parfois bien difficile, sauf bien sûr pour les Lépidoptéristes.
Alors quand j’ai le même jour, pas sur les mêmes lieux, photographié le Nacré de la Ronce et le Nacré de la sanguisorbe, j’ai fait mes comparaisons.

Nacré de la Ronce.
D’abord le Nacré de la ronce, est le plus répandu et le plus grand des deux papillons de la famille des Heliconiinae. Brenthis Daphne porte ce nom vernaculaire parce que sa chenille se nourrit de la ronce : Rubus fructicosus (la ronce à mûres)ou Rubus idaeus(le framboisier).C’est souvent à proximité de ces ronces qu’on voit voler le papillon.
Nacré de la sanguisorbe, on remarque la marge noire plus épaisse.
Le Nacré de la sanguisorbe utilise la sanguisorbe (entre autres comme plante hôte pour sa chenille),Brenthis ino utilise aussi la filipendule ou le framboisier par exemple.On l’appelle aussi la Petite violette.
Nacré de la sanguisorbe sur une des plantes hôtes de la chenille.
Eh bien lui, je l’ai vu dans un pré ou poussait de nombreux pieds de sanguisorbe officinale. Cette page vous présente la plante avec de jolies photos en plus.

Voilà déjà deux indications sur les lieux où on peut rencontrer l’un ou l’autre de ces Nacrés.

Maintenant les différences concernent aussi les papillons .
Le Nacré de la ronce est plus grand
• Sa bordure noire du recto est moins importante
• Au revers de l’aile de l’aile postérieure, « on voit la base de S4, adjacente à l’extrémité de la cellule, est jaune en partie ombrée ou striée de brun jaune» (selon le Guide des papillons d’Europe et d’Afrique du Nord ,Tom Tolman, Richard Lewington, chez Delachaux et Niestlé). Ce que j’ai encerclé de brun afin de mieux le visualiser.

Dessous du Nacré de la ronce, le cercle met en évidence la fameuse cellule ombrée.
Voici les caractéristiques du Nacré de la sanguisorbe
• Plus petit, sa bordure noire est aussi plus marquée
• Mais au revers de ses ailes, il faut observer l’aile postérieure et cette même base de S4 qui est alors entièrement jaune sans ombre ou couleur brune.
Nacré de la sanguisorbe, la cellule cerclée est entièrement de couleur jaune.
Ces deux papillons sont absents du nord de la France. Le Nacré de la ronce est bien présent dans ma région, mais celui de la sanguisorbe beaucoup moins et il se rencontre surtout entre 1000 et 1500 mètres. Le lieu où je l’ai observé et où poussent de nombreux plants de sanguisorbe, se trouve à 1200 mètres d’altitude.

11 commentaires:

  1. Merci pour ton article, il va m’être utile, je m'y perds souvent.

    RépondreSupprimer
  2. Là tu vois quand tu décris la différence à la base S4, et bien je comprends pourquoir je ne lache pas mon 300mmm même pour les papillons... Parce que pour voir cette différence, euh ben faut plus que des lunettes astronomiques ;-) Joli reportage Lucie, avec encore une fois de bien belles photos!

    RépondreSupprimer
  3. Ino est superbe , considéré comme rare chez moi , je crois une seule obs faite , je n'aurais certainement jamais la chance de pouvoir les comparer , surtout que les différence sont minime , il faut vraiment s'attacher a chaque nacré de la ronce qui lui est dominant pour le trouver ...superbe comparatif et explication

    RépondreSupprimer
  4. Ton analyse m'est très utile car il est compliqué de bien les distinguer dans la nature: nacré et mélitée se ressemblent aussi. A y perdre son latin! Cet après-midi, j'ai cru apercevoir des demi-deuil mais sans garantie car ils ne se posaient jamais.
    Très belles images: tes papillons ont l'air tout frais, aucune aile abîmée.

    RépondreSupprimer
  5. En effet ils sont très proches!
    Ton article est bien construit avec de bien belles photos à l'appui!
    Je n'ai pas B. ino ici, je ne risque pas de les confondre... pour le moment!
    Mais beaucoup d'insectes ont été aperçus ces dernières années, là où normalement on ne les voyait pas. J'ai même pris le Thécla du prunellier qui ne devrait pas être dans ma région!
    Avec un peu de chance, peut-être un jour le verrai-je ici!
    Bonne journée et bien amicalement, les amis!

    RépondreSupprimer
  6. On en apprend toujours sur ton blog
    Merci pour cette belle étude!

    RépondreSupprimer
  7. Oups c'est moins évident que ce que je pensais entre ces deux là, il va falloir faire très attention. :)

    RépondreSupprimer
  8. c'est un véritable casse tête ces Nacrés,l'observation de l'environnement est une piste que j'utilise souvent mais pas fiable à 100%

    RépondreSupprimer
  9. Retraite ou pas, l'enseignante continue d'enseigner !...
    Voilà un message qui m'aidera lorsque je prendrai le temps de trier mes nacrés...
    Merci Lucie, et si tu pouvais en faire autant sur les mélitées ce ne serait pas inutile non plus ...

    RépondreSupprimer
  10. J'ai photographié un Brenthis ino butinant le tant désiré Dianthus superbus, ce qui m'amène sur cette page. Je vois que tu avais mis un lien le blog végétal, je viens de refaire le message des sanguisorbes, l'adresse a changé. Excuse-moi de tout chambarder, c'est pour la bonne cause ! http://monerbier.canalblog.com/archives/2014/08/09/30377075.html

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.