mardi 2 février 2010

Torcol fourmilier:un hivernant rare en visite au jardin!


C’est bien parce que nous avons eu un visiteur tout à fait inhabituel dans notre jardin que je reprends la plume !

Vous savez en ce moment il fait bien froid partout et nous sommes occupés principalement à …manger, manger, pour garder la chaleur de notre corps ! Les nuits sont bien froides, même par ici, on ne se gèle pas autant que nos cousins restés plus au nord du pays, mais..il ne fait pas chaud !
Un visiteur inhabituel …Oui !
Je n’en ai pas cru mes yeux quand depuis la buvette, c’est à dire le plus bas que je descende. moi je ne vais pas terre, quelle idée, j’ai vu un oiseau en tenue de camouflage.
Oui, une tenue que je ne connaissais pas, j’ai vraiment dû regarder plusieurs fois pour reconnaître un oiseau de la famille des Pics ! Nous ne nous nous fréquentons pas..
Oui un pic, mais le plus petit de la famille: un torcol fourmilier cherchait de la nourriture au sol…
Je dois vous dire que je ne sais pas grand chose de lui.
Alors je redonne la plume à Lucie, elle va vous en dire davantage !A bientôt quand il fera moins froid..
 signé :Miss Parus caeruleus


Un torcol au mois de janvier dans le jardin.

Eh oui, chers amis, comme miss Parus je n‘en croyais pas mes yeux quand j’ai vu, un peu à l’écart de la troupe de pinsons, chardonnerets et tarins en train de se restaurer au sol, un oiseau de la taille d’un pinson, mais d’un plumage bien différent !
Il n’est pas allé aux mangeoires, il s’est contenté de chercher au sol ! Il a fait une petite promenade, fouillant les herbes et heureusement est resté quelques instants à portée de mon objectif.


Tête du torcol : observons le détail de ce plumage magnifique.

Rentrée dans la maison, le visionnage des photos et la comparaison avec un ouvrage d’identification a confirmé ma première idée ! C’était bien un torcol fourmilier ! Torcol fourmilier, un nom qui donne une piste : ce petit Pic, eh! oui un pic, est le seul pic migrateur. Jynx torquilla de son nom scientifique.
Pourquoi torcol car il tord le cou comme un contorsionniste ! Il est surtout capable de l’allonger et de ressembler à un serpent s’il se sent menacé et de dresser les plumes de sa tête en forme de huppe! Car il vit essentiellement au sol où il cherche …bien sûr des fourmis !!!Il a une langue collante qui se déplie lorsqu’il explore une fourmilière !


Le torcol fourmilier cherche des insectes dans l'herbe!

Que faisait-il dans mon jardin en ce dernier jour du mois de janvier ?
Les torcols sont des migrateurs. C’est logique : essentiellement insectivores, ils sont obligés d’aller voir ailleurs en hiver pour trouver des insectes ! Car en cette saison, même par ici, les insectes ne fournissent pas des repas copieux !


Le  torcol fourmilier, petit curieux, se repose au soleil!

La consultation de l’Atlas des oiseaux nicheurs de Provence Alpes Côte d’Azur renseigne sur leur habitat et leur présence dans la région. C’est un hivernant rare. Mais la particularité de notre département est le fait qu’il occupe la zone de 0 à 500mètres alors que dans les Alpes on le rencontre surtout au- dessus de 500mètres.
Mais c’est un sédentaire en Corse, normal en hiver, le climat y est plus doux !
Au mois d’avril, quand il revient de ses vacances africaines ( le voyage et même le séjour est terrible car beaucoup meurent pendant ce périple) c’est la meilleure période pour l’observer. C’est à ce moment qu’il chante, d’ailleurs les deux sexes chantent, mais son chant nasillard n’a rien d’extraordinaire ! Sa particularité étant qu’il le module et rend son repérage difficile !

Puisque j’ai eu l’occasion de l’avoir sous les yeux j’ai vérifié une particularité de la famille des Pics ! Ils ont les pieds un peu différents des autres oiseaux.
Voyez sur cette photo de tarin : l’oiseau a 4 doigts, 3 vers l’avant et un vers l’arrière du pied !


Détail du pied d'un tarin des aulnes : 3 doigts dirigés vers l'avant, un vers l'arrière.

Maintenant un crop d’une image du pied du torcol ( je sais l’herbe est gênante, mais…)Il n’a que 2 doigts dirigés vers l’avant du pied et donc les 2 autres regardent vers l’arrière du pied. Un moyen d’avoir une excellente prise quand il se promène sur les troncs à la recherche d’insectes ! Sa tenue camouflée avec ses stries grises sur le dos augmente la confusion et le dissimule aux regards.


Les pieds du torcol ont seulement 2 doigts dirigés vers l'avant et aussi 2 doigts vers l'arrière, une particularité de la famille des Picidés.

En fait, je dirais que c’est un oiseau qui aime la discrétion !!Il fréquente les lisières et les clairières forestières, les vergers.Mais le souvenir qu’il me laisse, outre ces quelques images ,c’est l’extraordinaire beauté de son plumage : du blanc, gris clair, gris soutenu, doré, roux brun s’agence en une marqueterie délicate! Les plumes sont un chef d‘oeuvre de complexité.


Torcol fourmilier, un hivernant peu fréquent: nous interroge-t-il sur la conservation de son milieu?

Oiseau protégé nationalement, par une directive de 1979.Alors avec miss Parus, nous vous souhaitons de le rencontrer un jour. En attendant, si vous utilisez moins d’insecticides dans votre jardin, vous rendrez un grand service à bien des oiseaux !
Voilà une jolie page qui complète bien les informations que j’ai pu vous donner.

21 commentaires:

  1. Et bien, pour une bonne surprise, c'est une bonne surprise ! Bravo pour ta réactivité à le photographier ! Il est vraiment magnifique !

    Cdt,
    Jma

    RépondreSupprimer
  2. c'est vraiment un oiseau au plumage magnifique ,vraiment etudié pour se fondre dans la vegetation du sol ,un peu comme la becasse , bravo pour avoir saisi le bon instant sur les deux premieres ou il a l'air de toiser le monde d'en haut ...
    Merci de permettre de faire connaissance avec monsieur et ses moeurs ...

    RépondreSupprimer
  3. Je crois bien que je ne l'ai jamais vu dans le jardin!
    Pourtant, je ne mets aucun engrais, aucun pesticide et il y a de nombreuses fourmilières dans le jardin mais j'habite en ville et peut-être n'est-ce pas un oiseau citadin.

    Comme toujours, tes photos sont magnifques :)

    RépondreSupprimer
  4. Ouah et bien ca c'est énorme, dans ton jardin!!! Fichtre, moi qui n'en ai jamais vu un, même quand je l'ai cherché, je vais venir visiter ton jardin ;-)
    Superbe tout simplement superbe, l'observation et les photos! Tu fais des envieux!!!

    RépondreSupprimer
  5. C'est vrai qu'il a un plumage magnifique : toutes les nuances du brun y sont.Le gros plan de la tête est une véritable oeuvre d'art.
    Sa raréfaction s'explique sans doute,entre autre,par son régime alimentaire trop spécialisé sur les fourmis.Tu as raison de parler d'insecticides,c'est effarent ce que les gens peuvent utiliser d'insecticides et d'engrais chimiques.Là il y a toute une éducation à refaire.Et ça c'est pas gagné.

    RépondreSupprimer
  6. Un moment rare qui a du te faire bien plaisir et qui t'a donné l'occasion d'un beau texte et de belles photos sur cet oiseau.
    Merci de nous faire un si beau cadeau.
    Décidemment, serait ce un retour d'une belle diversité, les oiseaux retrouvent nos jardins beaucoup plus naturels. L'effort que beaucoup d'entre nous apportons semble payant.

    RépondreSupprimer
  7. Vraiment extraordinaire à bien des niveaux!
    Son plumage se rapproche plus de celui de la bécasse, un oiseau que je connais bien et tout aussi mystérieux! Et puis surtout, cette histoire de doigts de pieds... heu de pattes!
    C'est comme les perroquets! Pour mieux crapahuter!!!
    Ne sachant pas si je le verrais un jour, je suis ravie de le découvrir chez toi!
    Tu en as bien profité! Merveilleux!

    RépondreSupprimer
  8. waouh trop chouette, encore un sublime reportage !

    RépondreSupprimer
  9. Un oiseau extraordinaire, beau. Tu nous étonnes à chaque fois de la diversité dans ton jardin ou aux alentours mais aussi de ton oeil un peu magique. Maintenant vient il dans ma contrée? je ne l'ai jamais rencontré.

    RépondreSupprimer
  10. En voici un qui a eu la bonne idée d'arrêter chez toi ce qui nous permet de le découvrir car tu as l'œil et la connaissance.
    Encore une belle journée car j'ai beaucoup appris
    Bonne journée Alain

    RépondreSupprimer
  11. Impressionnant, sacrée Miss parus caeruleurs, il n'y a que toi pour faire cela.
    Il est pas mal ton copain. ;)

    RépondreSupprimer
  12. comme il est beau cet oiseau!! je ne suis pas près de le voir chez moi celui-là!! dommage c'est un magnifique visiteur.

    RépondreSupprimer
  13. C'est vrai qu'il est bien joli ce torcol !

    RépondreSupprimer
  14. Quelle belle observation! En plus, les photos sont superbes!

    RépondreSupprimer
  15. Beaucoup de chance d'avoir reçu la visite d'un si bel oiseau et beaucoup de talent pour le décrire, le photographier et nous le présenter.
    Merci Lucie.
    Bonne soirée
    Bises

    RépondreSupprimer
  16. Magnifique observation ! Je n'ai vu le torcol qu'une seule et unique fois...et je n'avais pas mon appareil photo!!!
    Bravo pour tes photos!
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  17. Encore une page qui va compter dans ta série "ornitho".
    Non contente d'avoir pu réaliser d'excellentes prises de ce visiteur rare, tu nous montres des détails précis d'un grand intérêt.
    Je t'imagine à la recherce de fourmilière tentant de convaincre ces dames de venir s'installer dans ton jardin pour retenir ton invité... (lol)

    RépondreSupprimer
  18. Bonjour Lucie,
    Tu as reçu une visite rare mais très intéressante. Cette rencontre est le rêve de beaucoup de personnes.
    Merci pour tes photos, précises agréables à voir et revoir.

    RépondreSupprimer
  19. Ton article est passionnant, merci !

    RépondreSupprimer
  20. Quelle chance d'avoir pu voir et photographier ce torcol au plumage extraordinaire.Un oiseau que je n'ai jamais vu en vrai.
    Bises

    RépondreSupprimer
  21. je le connaissais mais ne savais qu'il faisait partie des pics
    merci pour toutes ces infos
    bonne journée

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.