dimanche 11 octobre 2015

Helicoverpa armigera :l’Armigère ou Noctuelle de la tomate



J’ai trouvé cette chenille début septembre dans l’herbe.
Helicoverpa armigera , chenille  dernière mue

Ses jolies marbrures ont attiré mon regard, elle se promenait dans l’herbe.
Comme souvent quand je ne vois pas la plante particulière consommée, je nourris la chenille avec des feuilles de pissenlit et elle a accepté.

Helicoverpa armigera , chenille  , détail gibbosité segment abdominal.*

 Helicoverpa armigera a une livrée variable mais les bandes latérales plus foncées, les fines épines sur tout le corps(visibles sur les photos grossies 3 fois) et le huitième segment abdominal avec une légère gibbosité en sont des caractères distinctifs.
Helicoverpa armigera , chenille  , détail de la tête.*

Collectée le 9 septembre, la chenille s’est nymphosée le 15 septembre et le papillon est né le 7 octobre. Son développement est rapide.

C’est la chenille qui est nocive  pour les cultures de tomates, le maïs, les œillets, les chrysanthèmes.
Voici une version verte de la chenille (l'image date de 2012)qui se nourrissait sur Dimorphoteca.

Je ne sais laquelle de ces plantes elle consommait chez moi, mais mes tomates ne présentaient pas de trous ! Il est sûr que dans une culture à grande échelle, elle n’est pas la bienvenue et on trouve sur le web de nombreux moyens de s’en débarrasser.
Helicoverpa armigera , papillon mâle

Le papillon présente une livrée variée plus ou moins claire. : ses ailes antérieures  sont ornées d’une bande brune marquée de points clairs.
Helicoverpa armigera , papillon mâle, points blanches en bordures des ailes antérieures

Mon exemplaire est un mâle : car il de couleur gris-vert tandis que  la femelle est brun orangé. Le mâle arbore des yeux très verts, que je trouve magnifiques. 
Helicoverpa armigera , papillon mâle aux beaux yeux verts tendre!*

La photo grossie 3 fois nous les montre glabres rendant visible , par endroits la composition des yeux fait de multiples facettes(les ommatidies).
Helicoverpa armigera , papillon mâle, détail de l'oeil vert.*

En France elle est présente presque partout et les papillons du sud ont la fâcheuse tendance à migrer vers les régions septentrionales en année chaude.
Helicoverpa armigera , un dernier regard!

 Mais c’est surtout dans les zones au climat doux que l’on trouve 2 voire 3 ou 4 générations.

 *Photos grossies 3 fois

8 commentaires:

  1. Tu sais moi je regarde la netteté de tes photos et je n'en reviens pas. C'est fabuleux !
    Bonne fin de dimanche

    RépondreSupprimer
  2. Salut Lucie! Pour les photos tu utilises le MP-E65mm de Canon? C'est très intéressant à savoir car à défaut de loupe performante pour les déterminations ça doit être bien.
    Concernant l'armigère j'en ai "récolté" au moins 3: une dans du basilic, une qui est morte (je ne l'ai vu que trop tard) dans du persil, une autre dans une tomate (c'était ma toute première, je t'avais d'ailleurs laissé un mot ici). Celle de mon basilic je l'ai nourrie aussi bien avec du basilic que du persil. J'ai constaté globalement la même durée de développement que toi. En revanche mes armigères étaient plutôt verdâtres que brunâtres (sauf celle dans la tomate qui m'a hélas échappée) et le papillon que j'ai pu photographier était plutôt beige-vert que gris-vert. Je n'ai pas eu le temps de montrer mes "élevages" improvisés cet été sur mon blog. Au final j'ai pu déterminer: une plusie du Ni (j'en ai eu une autre depuis qui s'est envolée il y a quelques jours), une armigère, une noctuelle peltigère et un dernier indéterminé car il a eu un souci lors de l'émergence de l'imago (cocon tissé trop serré contre la paroi du bocal, feuille trop sèche, les ailes sont restées "froissées"; dommage, il semblait très beau. Sa chenille ne m'a pas permis une identification. Merci pour tous tes conseils, c'est grâce à toi que j'ai pu découvrir tout ça! Bonne semaine. :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Estelle de ton retour d'expérience. C'est toujours intéressant de partager nos suivi d'élevage!
      Oui le MP-E 65 mm me sert pour "voir" bien des détails , c'est un peu "sportif" avec des bestioles très vives, il faut être prêt avant que les bestioles ne se mettent à explorer leur environnement et échapper à notre oeil, la patience est de mise!

      Supprimer
  3. patience et persévérance surtout!
    félicitations pour les deux, et pour l'érudition

    RépondreSupprimer
  4. merci pour ton avis sur ma "mouche"
    bien déçue de voir que tu ne les avais pas en rayon. Très peu de références en français.
    Au fait... tu as en tags: "diptère" et "diptères"
    est-ce que les deux renvoient à la même liste? comme c'est assez long à tout visionner je n'ai utilisé que le premier

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut que je revois ces publications pour ne garder qu'un seul tag, merci de me le faire remarquer!

      Supprimer
    2. C'est fait, il n'y avait qu'un seul article avec diptère au pluriel, comme cela concernait deux mouches, le pluriel s'était imposé!

      Supprimer
  5. Encore un élevage réussi ! Bravo ! J'ignorais que le pissenlit pouvait servir de menu de substitution.
    Autrefois j'ai eu un jardin mais jamais je n'ai vu de chenilles dans les tomates... C'est vrai qu'à l'époque on n'était pas regardant sur les traitements !!!

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.