mardi 11 mars 2014

Osmia cornuta: le grand ménage.


Episode 2

Il s’agit maintenant de passer aux choses sérieuses !
Hier donc, à peine née madame Osmie est vigoureusement courtisée et sans doute fécondée.
Que fait-elle alors en ce beau dimanche ensoleillé ?

Eh bien, elle cherche un logis pour héberger sa future descendance. Pas de temps à perdre !

Osmia cornuta transportant des débris dans ses mandibules.

Il y a deux appartements vacants, les tubes de dessous la fameuse table de la terrasse. Mais, ils sont encombrés des résidus des précédents locataires. Qu’à cela ne tienne, tout l’après- midi, on gratte, on pousse des débris à l’extérieur et on essaie de se débarrasser de cette maçonnerie qui operculait le logis.
Osmia cornuta: une ménagère énergique.

Le spectacle est plein de suspense.

D’abord il y a au moins 3 femelles pour seulement deux appartements et celles qui ont été les premières occupantes sont obligées de veiller à ne pas se faire piquer le logis. Il y  aura des rencontres un peu musclées quand une nouvelle venue s’introduit dans le logis que nettoie la titulaire. C’est à reculons que la seconde sortira !

Pour résoudre cette grave crise du logement je propose un morceau de bambou qui sera vite inspecté et gratté afin de le rendre compatible au logement d’une future famille d’Osmie.
Madame Osmie ressort bien sale de son futur logis.

Ensuite un mâle viendra se pointer devant chacun des tubes en train d’être nettoyé ! Le naïf croyait sans doute qu’une beauté Osmie toute fraîche allait en sortir. Après s’être fait sèchement repousser, il se présente près du tube numéro 2 où de belles antennes lui redonnent espoir !
Un mâle attend l'arrivée de la ménagère.
 
 Et hop encore une fois c’est sèchement que la dame lui fait comprendre que c’est trop tard ! Fallait être là hier ! Encore raté.En y regardant de près, je constate qu’il s’agit du mâle aux triongulins déjà très agressif le jour précédent et évincé.
Le mâle aux triongulins attend, sans succès.

Ensuite mes deux ménagères affairées emploient des techniques différentes pour faire le ménage à fond.

Toutes deux rentrent la tête la première. Il faut ensuite se retourner pour utiliser les puissantes mandibules afin de décrocher ce qui colle au tube et en particulier cette couche de mortier. L’une se retourne à l’intérieur du tube car je vois ses antennes s’agiter près de l’ouverture.

La seconde après être rentrée tête la première constate que cela ne va pas, elle ressort et cette fois rentre en marche arrière pour fignoler son ménage !

Il faut dire que j’ai passé près de deux heures à les observer. Jamais je n’avais vu autant d’Osmies s’affairer sous cette banale table qui fait leur bonheur depuis maintenant plusieurs années(depuis 2008 je les photographie à cet endroit).

Un tube de bambou testé mais ensuite abandonné.

 

Les dernières observations

Lundi le travail continue. Et surprise, dans le tube numéro 1, l’industrieuse abeille apporte déjà du pollen. C’est dire qu’elle est en train de pondre et d’approvisionner ses futures larves en nourriture.

Le tube en bambou est abandonné.

J’avais placé un morceau de cardère sous la table de manière horizontale. J’y ai vu une abeille y rentrer et l’ai entendu gratter à l’intérieur, ce sera peut-être un futur nid.

En résumé :

Jour 1 : naissance et accouplement

Jour 2: nettoyage du nid

Jour 3 : ponte

Je ne sais pas exactement quelle est la durée de vie de l’Osmie cornue, je les vois actives chez moi jusqu’à la mi-avril. On l’estime à six semaines pour les femelles et une quinzaine pour les mâles. Il faut dire qu’ils ne sont utiles que pour la fécondation qui intervient après la naissance et qu’ils ne participent en rien à la suite des opérations.
C'est un réel plaisir de voir cette belle abeille vivre à nos côtés.

 

 

 

6 commentaires:

  1. Quelle belle et captivante suite ! Bravo Lucie, c'est passionnant !
    Bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  2. Bravo Lucie, tu fais une bonne conteuse !
    Belle observation étayée par de superbes photos.
    Si je comprends bien ces abeilles sont de vraies contorsionnistes pour faire leur demi-tour dans un si petit espace... En tout cas, les choses sont rondement menées, pas de temps mort, la vie est brève.
    A bientôt.

    RépondreSupprimer

  3. Les parasites tombent à pic pour t'aider à différencier les mâles.
    Ces osmies ont squatté les orifices d'un poste de radio lecteur CD que j'avais réservé à ma terrasse. J'avais été intriguée d'entendre un grésillement alors qu'il était éteint !!!

    RépondreSupprimer
  4. J'adore ton petit feuilleton... Y'a du suspense!!!
    Tu crois qu'on aura un faire-part pour la naissance des petitous? ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Deede, faudra être patiente, on ne les verra que lorsqu'ils seront déjà "grands", au printemps prochain!

      Supprimer
  5. Bonsoir Lucie, je vois que tu observes les osmies. Moi aussi, j'y passe du temps en ce moment et je te rejoins : c'est un réel plaisir de les regarder.

    Je me demandais à quoi les puissantes mandibules des femelles leur servaient, j'ai ma réponse et je t'en remercie.

    Superbes photos ! Un vrai régal pour mes yeux de passionné !

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.