dimanche 9 février 2014

Pipit de Berthelot (Anthus berthelotii) endémique des iles Canaries et de Madère


 
Pipit de Berthelot, un ventre clair finement strié
Dans le monde des oiseaux, certains, parés d’un plumage rutilant, d’autres d’un chant mélodieux ou encore de mœurs surprenantes, attirent le regard sur eux !

Ce n’est absolument pas le cas du Pipit de Berthelot. Ni couleurs flamboyantes ni chant tonitruant perché sur une branche ! Au contraire il sautille au sol, est peu visible dans les broussailles ou les cailloux des sols pauvres où il vit. Mais c’est un endémique des îles Canaries  et de Madère, ce n’est que là qu’on peut le voir !
Vu de dos, il est difficile à distinguer.

Nous l’aurons rencontré en bien des lieux divers. Petit, entre 13 et 14 cm, ses couleurs discrètes,le dissimulent dans son milieu.

Il nous a accompagné, tantôt dans les murets au bord des routes, sur les champs de lave noire, sur des salines abandonnées ou en bord de plage, sautillant sur le sol à la recherche des minuscules graines qui font sa nourriture.
Dans son milieu de prédilection , le sol.

Sa couleur dominante : brun sable plus ou moins foncée,  un peu de gris sur le dos. Un bec et des pattes plus claires. Le dos bien plus coloré, les couvertures alaires plus brunes bordées de blanc donnent du relief à ce plumage.

Le ventre blanc finement strié fait une tache claire dans le décor et c’est cela qui permet de repérer l’oiseau. Autre caractéristique un sourcil blanc bien marqué, une tache plus sombre derrière l’oeil, et une rayure malaire brune lui donne un air très sérieux.
Les minuscules graines  sont au menu.

Là sur Lanzarote, au bord d’un petit plan d’eau, le long d’une saline l’oiseau cherche dans la partie humide de petits insectes, ils sont deux à tourner autour de nous pendant tout le temps que nous resterons là à observer des limicoles.
Au bord des salines, le vent soulève les plumes du petit Pipit de Berthelot.


Bien plus loin de la mer, dans un décor plus minéral, des laves anciennes , le voici  dans un chaos de roches , des lichens colorés lui font un bel écrin.
Dans les maigres végétation des champs de lave

Le voici sur les dunes bordant une des plus belles plages de Fuerteventura, il allait de buisson en buisson sautillant sur le sable à la recherche des minuscules graines qui font sa nourriture. Un dernier regard qui nous laisse beaucoup de bons souvenirs
Sur la plage!

12 commentaires:

  1. Quel bel oiseau ! Tes photos sont magnifiques !
    Bon dimanche Lucie :)

    RépondreSupprimer
  2. Tes photos sont terribles dans ce décor bien différent du nôtre!
    En effet, il n'est pas plus coloré que les autres pipits mais celui-là doit être moins fréquent à voir que 'mon' spioncelle puisqu'il ne niche qu'aux Canaries et à Madère!
    Une série très sympathique, bravo Lucie!

    RépondreSupprimer
  3. merci pour le reportage

    j'aime bien l'allure "bombe le torse" de la 5, avec le vent, et les petites fleurs roses de la trois


    tu as lu ça? http://www.liberation.fr/economie/2013/12/27/aux-canaries-il-y-a-du-forage-dans-l-air_969276

    tombe dessus en cherchant pourquoi le remorqueur Red Panther fait des Z en face du delta de l'Ebre (http://www.marinetraffic.com/fr/ais/home/centerx:1.351598/centery:40.71428/zoom:8/mmsi:225355000), ça sent la prospection, je n'aime pas ça

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Nous n'avons vu, sur l'île aucun écho de ces tentatives, juste un ou deux tags sur des énergies alternatives.
      Le Delta de l'Ebre, une autre zone magnifique, qui mérite d'être protégée! Que restera-t-il à la nature?

      Supprimer
  4. Ce pipit de Berthelot se fond dans le décor et il doit falloir être très attentif pour le voir , il est joli .
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Je ne le connaissais pas du tout ce petit pipit. Merci pour ces photos Lucie.
    Bises et bonne semaine.

    RépondreSupprimer
  6. Encore un très beau billet écrit sur une espèce endémique que je ne verrai jamais, mais que j'ai aimé découvrir dans ton jardin. Un beau récit étayé par des photos magnifiques. Au plaisir...

    RépondreSupprimer
  7. Il a sa beauté aussi ,ce modeste petit oiseau et sa présentation toute en délicatesse nous le rend très sympathique !

    RépondreSupprimer
  8. il faut avoir l'oeil pour le voir celui-ci ! :)

    RépondreSupprimer
  9. Tous les pipits sont des oiseaux bien sympathiques! mais prendre des images comme tu le fais, je tire mon chapeau.

    RépondreSupprimer
  10. Les passereaux endémiques, se sont présentés à ton objectif un à un, sans hésiter.
    Celui-ci a même un petit air cabot, presque insolent.
    Quant aux fleurs roses qui n'ont pas échappé à Claudie se sont des erodium, impossible évidemment de préciser lesquels.

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.