mercredi 6 février 2013

Megapodius reinwardt, Orange footed Scrubfowl ,Mégapode de Reinwardt


Dès le premier jour de notre arrivée en Australie nous avons vu ce curieux oiseau. Brun avec une petite crête je l’avais surnommé la  « poule à crête », ignorant son nom et ses mœurs. Comme une poule elle grattait le sol, toujours en mouvement. Je pense qu’elle y cherchait sa nourriture comme nos gallinacés domestiques.
Megapodius reinwardt dans son milieu,hautes herbes et broussailles.

Alors que la plupart des oiseaux s’arrêtent de temps en temps, celle-ci était toujours en train de courir et n’avait qu’une idée disparaître dans les fourrés.

Nous l’avons vue en différents endroits du Territoire du Nord, cette zone au climat tropical. Il me fut extrêmement difficile d’en faire une photo correcte, Megapodius reinwardt, son nom scientifique, était toujours à l’ombre, près des buissons.

Son plumage brun sombre et gris sur la poitrine lui offre un camouflage efficace sur le sol de feuilles mortes qu’elle arpente inlassablement. Et si on s’approche trop près d’elle, hop, elle s’envole.
A la recherche de nourriture en soulevant les feuilles qui jonchent le sol.

 Mégapode signifie qu’elle a de grands pieds. Les siens sont jaunes et lui sont d’une très grande utilité.

D’abord pour trouver sa nourriture : avec beaucoup de vigueur elle soulève feuilles et végétaux en décomposition sous les arbres pour y dénicher de petits insectes.

Mais aussi pour se reproduire. C’est là que j’ai appris avec étonnement que cet oiseau ne couvait pas ses œufs. Elle utilise une méthode naturelle et sans presque de fatigue. Mais au départ elle déploie beaucoup d’énergie et  d’ingéniosité. Pour le dire simplement, Mégapode  de Reinwardt, enterre ses œufs dans un tumulus de végétaux en décomposition. Elle utilise la chaleur du compost pour les maintenir à bonne température.

Le couple souvent rassemble une grande quantité de végétaux pour construire un tumulus, tumulus, agrandi, réutilisé plusieurs fois. Cela nécessite de prévoir plusieurs mois à l’avance l’emplacement du lieu de ponte. L’emplacement choisi, pas au hasard, il faut alors longuement apporter, rassembler, entasser les matériaux. Pas n’importe lequel, il faut prévoir ceux qui maintiendront les œufs durant l’incubation à la bonne température.

Très vite Megapodius renwardt rejoint les buissons.
 

 Les œufs pondus, on ne s’en occupe plus ! (Certains  oiseaux restent à proximité du tumulus) Tous les œufs n’éclosent pas, des prédateurs savent aussi  les trouver pour s’en nourrir, les varans sont très amateurs.

Megapodius reinwardt avec ses grands pieds toujours en mouvement.
 

Et le poussin comment se débrouille-t-il ! Eh bien avec ses pattes (les revoilà ces grandes pattes) il perce la coquille et se fraie un chemin pour accéder à la surface ! Tout emplumé (pas de délicat duvet chez lui) il se débrouille pour chercher sa nourriture.

Voilà un mode de vie qui pose bien des questions .Comment le jeune oiseau sait-il trouver sa nourriture, échapper aux dangers, reconnaître un congénère ?

 

15 commentaires:

  1. J'ai les vu dans un parc à Darwin un fois. Mais oui, ils sont très difficile d'approcher et photographie bien.

    RépondreSupprimer
  2. Vraiment très intéressant ! :)

    RépondreSupprimer
  3. Bravo une bien belle prise!
    C'est un oiseau qui me fait toujours rire car ils sont connus pour imiter les bruits des humains comme la tronçonneuse et bien d'autres! LOL!
    Belles photos et belle lumière!
    Bises et bonne journée à vous deux!

    RépondreSupprimer
  4. Etrange ce bel oiseau!
    et très bon le reportage, les varans effectivement doivent se régaler...

    RépondreSupprimer
  5. Une belle petite tête ! Merci Lucie pour ton article très intéressant, bonne journée :)

    RépondreSupprimer
  6. J'aime beaucoup ta 1ère photo, dans les herbes hautes. Ton voyage en Australie a été riche en curieuses rencontres !

    Biseeeeeeeeeeeeeeeeeees de Christineeeeeeeeeeeeee

    RépondreSupprimer
  7. Oiseau intéressant. Je n'ai pas vu ça quand j'étais en Australie. Bonne journée. Diane

    RépondreSupprimer
  8. Ah jolie; j'avais l'impressions qu'il semble aussi comme une oiseau tres connu: le coq du mountain... (pas coq au vin LOL) :)
    tres jolie comme vous avez dire/surnomme "poule à crête" ...

    RépondreSupprimer
  9. une silhouette de dinosaure (mais ça c'est normal, si je me souviens bien) et une stratégie de mouche -ou de serpent- pour les oeufs...

    RépondreSupprimer
  10. Belle rencontre d'un oiseau qui, comme dit Claudie, parait avoir des moeurs de reptiles quant à l'incubation des oeufs. Mais l'Australie ne semble plus à une étrangeté près... :-)

    RépondreSupprimer
  11. Il est incroyable cet oiseau et c'est bien la première fois que je découvre un oiseau qui ne couve pas ses œufs.
    Bises

    RépondreSupprimer
  12. Incroyable ce Megapodius! J'aurais dit un jouet en bois! Quelle belle aventure pour vous!

    RépondreSupprimer
  13. Bonjour Lucie,
    Ses couleurs me font penser aux Gallinules poule d'eau, de beaux gris et brun foncé.
    Elle est haute sur pattes, très belle découverte.

    RépondreSupprimer
  14. Dès la première image je lui trouvais un air soucieux... la tête de quelqu'un en retard à son rendez-vous chez son Psy... Je comprends tout c'est la culpabilité !!!

    Merci, Lucie pour ce reportage qui nous ouvre encore une page du grand livre d'ornithologie

    RépondreSupprimer
  15. Un oiseau pour le moins original qui me fait penser au géo-coucou ! Bravo Lucie pour ces belles images !

    Cdlt,
    Jma

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.