mercredi 6 juin 2012

Orellia falcata, une jolie Téphritide sur le salsifis des prés.


Les Téphritides, des petites mouches,  ont la particularité, pour les femelles de présenter un ovopositeur gainé par  un appendice conique très sclérifié. C’est ainsi qu’on les reconnaît du premier coup d’œil. Et chacune de ces espèces est liée à une plante en particulier. C’est ainsi que si vous voyez un individu sur une fleur, inutile d’en chercher sur des plantes différentes. Il faut chercher sur d’autres plantes de la même espèce.
Sur la fleur du salsifis des prés, Orellia falcata est bien petite.

J’ai vu ces petites Orellia falcata sur de jolies fleurs jaunes du salsifis des prés  qui ornaient une superbe prairie en Savoie.
Cachée au coeur de la fleur , seuls ses beaux yeux verts révèlent sa présence.

La couleur des ailes leur permet aussi de se dissimuler dans la plante.
Et cherchant de fleur en fleur j’ai trouvé d’autres individus, .Je peux ainsi vous présenter le mâle et la femelle et bien sûr un accouplement.
Dérangé, le mâle ici, (son abdomen n'a pas d'appendice) se cache sous la fleur .

Ces mouches sont petites, elles font moins de 6mm.On remarque bien sûr leurs beaux yeux verts.

Une femelle Orellia falcata facilement reconnaissable à son appendice sclérifié.

Au premier regard ce sont les ailes et leurs jolis dessins qui permettent de les identifier.
Un couple à l'abri sous la fleur.

Entre le dessin des ailes et la plante sur laquelle on trouve les individus nous avons 2 excellents critères d’identification. Bien sûr il y a des farceurs qui se prélassent sur d’autres fleurs, mais ce ne sont que des exceptions. Tous les sujets que j’ai photographiés étaient  sur le salsifis des prés !

Au cours de sa toilette, on peut voir l'ovipositeur de la femelle sorti de sa gaine protectrice.

C’est au cours de sa toilette que j’ai pu voir  l’ovipositeur sorti de sa gaine protectrice. La mouche fait une toilette scrupuleuse, comme tous les insectes et elle vérifie en quelque sorte le bon fonctionnement de cet organe essentiel. La gaine est munie de petites dents qui servent à percer la tige de la plante dans laquelle elle déposera ensuite ses œufs.
Leurs ailes sont remarquables!

Le salsifis des prés pousse partout en France, sa grande taille le fait  bien remarquer au milieu des prés, , on peut ainsi  facilement voir ces petites mouches.


10 commentaires:

  1. Très joli reportage sur cette mini mouche :)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai souvent photographié le salsifis des prés mais je n'ai encore jamais remarqué cette jolie mouche. Merci Lucie pour ton bel article!

    RépondreSupprimer
  3. Quelle précision dans l'observation...
    Il me semble la reconnaître avec ses stries sur les ailes et ses yeux fluo...très belle série, bien documentée!

    RépondreSupprimer
  4. C'est incroyable comme tu peux voir tous ces insectes et cette petite mouche aux yeux verts est bien jolie mais je ne l'ai jamais vue.
    Bises

    RépondreSupprimer
  5. Déjà vu cette petite mouche mais je ne suis jamais arrivé a lui tirer le portrait correctement .
    Chapeau !

    RépondreSupprimer
  6. On peut voir ces petits yeux vert ressortir de tout ce jaune. Bravo, très belle article.

    RépondreSupprimer
  7. Grâce à toi je regarderai ces salsifis avec un oeil tout neuf !

    RépondreSupprimer
  8. Un très instructif reportage que je vais soigneusement mettre dans un coin de ma mémoire car il risque fort de me servir pour de futures rencontres proches. J'ai un faible pour ces petites mouches que je trouve superbement bariolées et très photogéniques.
    Une belle série d'images passionnantes Lucie, merci !!!

    RépondreSupprimer
  9. les yeux et les ailes sont vraiment très beaux!! et quelles miniatures!

    RépondreSupprimer
  10. J'aurai dû regarder de plus près les salsifis que j'ai croisé. Encore un insecte que je ne connaissais pas ... avec de belles images en prime !

    Cdlt,
    Jma

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.