jeudi 1 juillet 2010

Macareux moine( Fratercula arctica): le nourrissage de l'oisillon!

Aux Shetlands, la nidification des macareux se poursuit ! Un œuf est pondu au fond du terrier et couvé !
Sur certains sites comme à Sumburgh, la RSPB, la société royale de protection des oiseaux est présente et a installé une caméra dans un terrier ! Quand l’oiseau couve, il somnole, s’occupe de sa toilette et patiente ! L’incubation dure entre 39 et 43 jours !
La présence des macareux est liée à la nourriture disponible, en particulier des petits poissons tels les lançons que consomment ces oiseaux ! Or cette ressource est aussi utilisée pour nourrir les saumons dans les fermes marines installées dans ces fjords ! A tel point qu’il y a eu une baisse de la présence des macareux sur ce site! Suite à quoi, une charte est signée avec les pêcheurs éleveurs de saumons pour un partage de la ressource avec les oiseaux ! Et depuis la fréquentation du site par les macareux remonte !
La présence massive de colonies d’oiseaux atteste de la richesse en nourriture d’une zone !

Séance d'étirement sur l'eau!

Un spectacle fantastique consiste à voir le macareux revenir à son terrier avec de nombreux poissons destinés à la nourriture du poussin ! C’est pourquoi, l’an passé nous avions refait un séjour fin juin sur la côte Est à proximité d’Edimbourg, où l’on peut se rendre sur l’île de May ( quand la météo le permet…et ce n’est pas tous les jours ! )
Le poussin ne sort pas du terrier jusqu’au moment où il prendra son envol et accompagnera ses parents en mer. Cette période dure entre 38 et 45 jours! Donc pas d’images d’un petit macareux ! Mais aux abords de l’île les parents sont en mer et se laissent balancer par la houle entre deux parties sérieuses de recherche de nourriture ! Des séances d’étirement permettent de se remettre des positions recroquevillées dans l’étroit terrier.


Vol rapide, le bec chargé de poissons !

Quelques précisions à propos de la taille du macareux : il pèse en moyenne de 320 à 480g ! Et mesure30cm avec une envergure d’environ 60cm.C’est un des petits occupants des falaises ! Ce qui le rend bien vulnérable vis à vis des goélands et des labbes, prédateurs puissants !


Une belle pêche!

Avant de rentrer dans le terrier avec sa pêche, l’oiseau fait une longue pose ! Ce qui nous permet de rendre compte de sa virtuosité de pêcheur d’abord, et ensuite de son habileté pour transporter tous ces poissons dans son large bec !


Une pose pour observer ce qui se passe autour du terrier!

Mais ce bec si particulier, possède à l’intérieur du palais des « petites pointes résistantes , dirigées vers l’arrière, et la langue puissante est râpeuse et sillonnée …….De plus, les mandibules supérieure et inférieure exercent l’une sur l’autre une pression égale sur toute la longueur du bec , et pas seulement à l’extrémité ;maintenir tout un rang de poissons devient un jeu d’enfants… » Le macareux moine et autres alcidés d’Europe ; Laurent Cocherel et Sylvain Mahuzier , Delachaux et Niestlé.


En voilà deux qui ont bien travaillé!

Ce qui nous donne ces jolies images de macareux moines attendant d’aller porter le repas à leur poussin.On remarquera que la taille et la nature des poissons changent.

Ce seront les dernières de ce reportage sur l’oiseau emblème de la LPO ! Passer du temps au milieu de ces colonies d’oiseaux marins reste parmi mes meilleurs souvenirs de vacances !

Rappel des précédnts articles consacrés au sujet
Quand le macareux moine vient à terre
Macareux moine: l'aménagement du logis

14 commentaires:

  1. Ces macareux sont vraiment des personnages très attachants.
    On doit surement les représenter en peluches pour les enfants.
    En tous les cas, merci pour ce reportage et ces si belles photos.

    RépondreSupprimer
  2. Tout simplement magnifique. Ces macareux sont vraiement photogéniques et tu as su bien en profiter. j'espère faire de même en aout quand je visiterai Latrabjarg ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Cet oiseau est bien plus petit que ce que j'imaginai ! Les photos où il a du poisson dans le bec sont superbes ! Bravo
    A bientôt

    RépondreSupprimer
  4. Tes photos sont belles et ton reportage rend attachant ces macareux dont j'ignorais tout, merci Lucie !

    RépondreSupprimer
  5. magnifique , et spectaculaire
    quel fin pécheur que cet oiseau
    tu as vraiment vécut des moments aux allures complices ...
    j'imagine que tu as du passer quelques heures pour recolter toutes ces scenes ...

    RépondreSupprimer
  6. :)
    Je les attendais avec impatience, ces photos-là!
    J'étais sûre que tu aurais pixelisé ces beaux oiseaux avec leur pêche dans le bec!
    C'est fort, quand même d'arriver à en transporter autant... sans en laisser tomber!!
    Magnifique!

    RépondreSupprimer
  7. Ouch!
    J'ai cliqué trop vite! Pas vérifié si mes coordonnées étaient bien rentrées!
    Au cas ou, je disais mon admiration devant ces clichés, comme quoi je les attendais avec impatience, et devant la dextérité de ces beaux oiseaux qui n doivent pas en laisser tomber beaucoup!
    Bonne soirée, Lucie!

    RépondreSupprimer
  8. J'ai beaucoup aimé tes reportages sur les macareux, ces oiseaux sont magnifiques et on apprend plein de choses sur leur mode de vie
    Bises

    RépondreSupprimer
  9. ces photos sont toujours aussi magnifiques quel plaisir de te lire, çà donne envie de partir a leur rencontre...

    RépondreSupprimer
  10. Je serais surprise que tu ne retournes pas les voir l'année prochaine... C'est très évident que ces oiseaux te passionnent. Il faut reconnaître qu'ils ont tout pour plaire à une naturaliste comme toi : Bel aspect, étrange, comportement, rareté... tout un programme !

    RépondreSupprimer
  11. ils sont vraiment magnifiques...j'adore leur façon de tenir leur pêche ...

    RépondreSupprimer
  12. tes photos sont vraiment superbes
    c'est bien de voir que parfois on peut s'entendre pour protéger le Nature ............

    RépondreSupprimer
  13. Quel oiseau superbe ! Et des photos magnifiques ! Merci !

    RépondreSupprimer

Votre avis sur ce sujet m'intéresse;je lis toujours les commentaires avec beaucoup de plaisir, ...même si je n'y réponds qu'occasionnellement.